Exposer la littérature pour la jeunesse (2)

Les étudiants du master MTI, encadrés par Anne Larue et Mathilde Lévêque, organiseront une exposition sur les livres pour la jeunesse, avec le soutien et l’aide de l’Action culturelle de l’Université Paris 13 et du centre de documentation Livres au trésor.

L’exposition, qui aura lieu au début du mois de décembre à Paris 13 (Villetaneuse), sera consacrée aux “petits” éditeurs. En guise d’introduction, j’invite les étudiants du MTI à lire le premier numero de la revue en ligne “Strenae”, dont le dossier thématique est consacré à l’éditeur Robert Delpire:

http://strenae.revues.org/59

Par ailleurs, les étudiants commenceront par explorer les bibliothèques et les médiathèques de leur choix pour se plonger dans le vaste univers des livres pour enfants et sélectionner des albums qui attirent leur attention (coups de coeurs, interrogations, rejet, souvenirs d’enfance ou d’école, etc.)

Ce carnet de recherche leur servira de carnet de route, où ils pourront rendre compte pas à pas de l’avancée de leurs travaux.

Mathilde Lévêque.

Exposer la littérature de jeunesse

8 pages de références BNF pour « exposition jeunesse livre », pour 9 pages avec « exposition jeunesse ». Autrement dit, la majeure partie des expositions jeunesse concerne le livre de jeunesse.

Guide de l’édition jeunesse 2007, libre accès salle T 070.8 LOUP 9

On constate que les catalogues d’expo vont en s’épaississant et en se raffinant au fil du temps, au fur et à mesure que grandit l’intérêt pour la culture de jeunesse. A noter que les expos ont lieu dans le cadre de bibliothèques, qu’elles sont souvent commanditées, du moins au début, par le milieu associatif, et qu’elles ont contribué localement au rayonnement de collections ou d’intérêts ayant déjà un ancrage de terrain (existence d’une collection d’ouvrages, association de promotion de la lecture enfantine…). Leur visée est parfois modeste, mais parfois l’exposition (et surtout le catalogue qui en résulte) a de l’ambition. celui de 2009 est un véritable outil de recherche.

1982. Qui a peur du loup ? Bibliothèque municipale de Bordeaux

Feuilles A4 imprimées de façon correcte, peut-être laser, reliées par une agrafe. Le document de la BNF est incomplètement conservé : il manque une page et une autre page est conservée en double. Le plan de l’exposition figure sur la liasse. Il montre qu’on a dégagé un coin lecture + des regroupements thématiques, le tout dans une seule salle oblongue.

Loup se veut un mot générique pour tout ce qui fait peur, sorcières, ogres, géants également.

L’impulsion de l’exposition est associative : association Nous voulons lire ! 10e anniversaire.

Présente des livres français et étrangers.

La liasse d’accompagnement de l’exposition n’a pas vocation à être un catalogue, mais un simple document d’orientation. Le but de l’exposition, avec son regroupement thématique, est de mettre en valeur les collections existantes de la bibliothèque.

1988. Caen. Expo à la bibliothèque, basée sur les ouvrages existants dans les fonds anciens de livres pour la jeunesse. Trésors de la bibliothèque de Caen. l’exposition a une visée patrimoniale. Le livre de jeunesse intéresse surtout en tant que “trésor”. Cette visée, ce regroupement aurait pu être différent : un moyen d’approche pour mieux faire connaître les collections, les “aérer”, en quelque sorte !

1993. Beatrix Potter, exposition à Clamart

Livret A6, feuilles photocopiées NB, pliées, 2 agrafes, 20 pages (donc pas une grande maîtrise dans le nombre de pages par rapport au pliage, qui normalement est de 16 ou 32 pour être rentable, pas d’économie de papier !). Livret très attachant, instructif. Une vulgarisation qui rend bien compte de l’art de Beatrix Potter malgré le caractère modeste de l’exposition. Une expo de bien plus grande envergure à eu lieu à la bibl. de Munich en 2003 autour de B. Potter et Pierre Lapin.

1998. Le magasin des enfants. La littérature pour la jeunesse (1750-1830)

Exposition à Montreuil, Bibl Robert-Desnos, organisée par Isabelle Havelange et Ségolène Le Men, s.d. (1998).

Le catalogue est un livre collectif plutôt qu’un compte rendu d’exposition. Il affirme sa posture historique : il montre l’émergence de la notion d’enfance au 18e siècle, le rôle pionnier des 70 volumes écrits par Marie Leprince de Beaumont, Mme d’Epinay (qui bizarrement ne figure pas dans le répertoire bibliographique), Stéphanie de Genlis. Le catalogue, également structuré comme un livre d’histoire, n’apporte aucun renseignement sur l’exposition elle-même. C’est un outil de recherche et la façon dont les objets ont été exposés ne fait pas l’objet d’analyse. On apprend p. 123 que l’expo a surtout été constituée de livres présentés, mais aussi de portraits peints, de cahiers manuscrits, d’alphabets, cartes, boîtes, quelques objets, gravures, et des impressions sur étoffe des Fables de la Fontaine. La photo : n° 160 : Le Renard et la Cigogne, étoffe rouge brun et jaune, 50 sur 67 cm, impression à la planche de bois.

Les « magasins » étaient de véritables plans de formation pour une classe d’âge, un public enfantin déterminé ; des éducations complètes, des instructions d’éducation fondées sur le dialogue. Exemple, un extrait de Marie-Antoinette Lenoir mettant en scène l’institutrice et son élève (recommandations de lectures selon l’âge de l’élève).

Ce livre a un caractère pionnier en France, où les études sur la jeunesse n’étaient pas alors si développées. Il est en bien des points inaugural. L’usage d’appeler « Mme de » y est encore maintenu, à la place du prénom de l’auteure (usage préconisé par les féministes). La littérature de jeunesse, c’est ipso facto la promotion d’auteurs féminins, oubliés de l’histoire et biffés des mémoires. Point important…

2009. Babar, Harry Potter et Cie, BNF

Enorme livre, perspective de recherche fortement marquée. Multiples collaborations, iconographie riche et recherchée. La bibl. des bibl. reconnaît ainsi à la litt. de jeunesse une grande importance. Pour fêter l’accueil, par la BNF, de La Joie par les livres ==) création du Centre national de la littérature pour la jeunesse.

On ne parlait presque pas d’Harry Potter en réalité dans cette expo : la saga gothicoïde était placée au milieu des autres sources, sans emphase spécifique.

Le catalogue traite du livre, de l’objet livre, des classes d’âge (bébés, enfants…), du public enfantin, des trad. et adaptations, mais ne traite pas des petits éditeurs contemporains ni réellement de l’histoire de l’édition contemporaine de jeunesse. il traduit le fait que c’est encore une nécessité, en 2009, de retracer un historique qui n’est pas encore entériné. Il constitue un état des lieux de la recherche en plein essor.

Mort d’une lesbienne radicale

Michèle Causse a choisi de mourir le 29 juillet 2010. Je ne sais pas pourquoi ; malade, peut-être ; sa décision lui appartient. Il y a encore si peu de mois, elle me soutenait face aux éditions Garnier qui avaient retiré mon livre de la vente. Elle m’écrivait (alors qu’elle était peut-être très malade, peut-être pour d’autres raisons décidée à mourir ; elle avait encore le courage d’écrire cela à une inconnue) :

“La censure qui vous affecte m’a permis de connaître vos travaux et de vous présenter mon vif soutien pour ce qui vous arrive. Votre histoire est peu commune. Je connais mieux, personnellement, la censure qui affecte, en amont, tout travail qui se présente comme un manifeste, toute oeuvre qui est, en elle-même, un manifeste. Croyez à ma sympathie”.

Michèle Causse a défendu les droits de la femme, lu Wittig à la première heure, écrit des essais et des fictions. Elle est considérée comme une féministe “radicale”, comme Ti-Grace Atkinson (on ferait mieux de parler de féminisme conceptuel, ce serait plus juste ; le mot de “radical”, imposé à ces théories, est fait pour qu’on s’écarte de ce chemin).

Féminisme conceptuel : après tout, c’était l’époque. l’art conceptuel a longtemps été un art de la subversion, de la contestation, avant d’être récupéré par les Américains et dans les musées (ou les deux).

Voici quelques textes de Causse pour commencer :

Qui a peur de Valérie Solanas ? Actes du 4e colloque International d’études lesbiennes : fureur et jubilation, 9-12 avril 2004, Espace lesbien n°4, Bagdam Espace Edition, Toulouse, 2004, pages 19-35.

Claude Cahun ou la mutante héroïque. Pour une anthologie des créatrices lesbiennes dans la Résistance, a cura di Paola Guazzo. Bagdam Espace Lesbien, avril 2008

Voyage de la grande Naine en Androssie, roman.

Et voici l’adresse de son site :

http://www.michele-causse.com

La ville. Textes et terrains

Pratiques et poétiques de l’espace urbain en contextes postcoloniaux (Afrique, Amérique, Europe)

Séminaire animé par Aline Bergé (Paris 3), Xavier Garnier (Paris 3), Julien Knebusch (Paris 3), Marc Kober (Paris 13) et Alain Ricard (CEAN/ CNRS)

Ce séminaire interdisciplinaire s’intéressera à toutes les formes d’interaction entre les textes et les espaces urbains et périurbains, dans une perspective transcontinentale. Les différentes pratiques de l’espace qui s’inventent dans les métropoles en mutation sont étroitement associées à des productions de textes qui inscrivent une poétique de la ville. C’est ce lien entre configurations urbaines et configurations textuelles que nous proposons d’explorer.

La prise en compte des phénomènes migratoires dans les dynamiques de développement, défiguration et/ou recomposition des grandes métropoles mondiales autorise une lecture postcoloniale des textualités urbaines. La contribution de géographes, anthropologues, historiens, sociologues, politologues qui s’intéressent aux questions de textualité, viendra enrichir au cours du séminaire la réflexion littéraire sur la genèse d’une poéticité des grandes métropoles contemporaines.

- 21/10/2010 17:30 - 19:30
- 25/11/2010 17:30 - 19:30
- 16/12/2010 17:30 - 19:30
- 27/01/2011 17:30 - 19:30
- 24/03/2011 17:30 - 19:30
- 28/04/2011 17:30 - 19:30
- 26/05/2011 17:30 - 19:30
- 23/06/2011 17:30 - 19:30

Colloques Modernités médiévales, 2005-2010

L’association Modernités médiévales parraine un colloque par an sur le thème de la “reverdie” médiévalisante qui marque aujourd’hui l’ensemble de la culture et les médias. Mariage médiéval, joutes, fêtes de village, repas médiévaux, cosplay et déguisement, jeux grandeur nature, jeux de reconstitution sont autant de facettes de ces pratiques. Que traduit le désir de “retour au médiéval” d’un point de vue anthropologique ? Le néomédiéval est-il une nostalgie (de l’enfance, de la fiction) ou une simple signalétique de ralliement (comme le montrent par exemple les codes med fan de l’illustration internautique, par exemple) ?

Voir le site : http://www.modernitesmedievales.org

Colloque 2010 : Le savant dans les lettres. Récritures et érudition dans la réception du Moyen Âge”, les 21, 22 et 23 octobre 2010, coorganisé par Alain Corbellari et Ursula Bähler à l’Université de Lausanne.

Colloque 2009 : Médiévalisme, modernité du Moyen Age organisé au château de Malbrouck (Manderen / Metz), par Vincent Ferré et Eric Necker.

Colloque 2009 : Journées d’études “La Fantasy en France aujourd’hui : écrire, éditer, traduire, illustrer”, organisées par Anne Besson et Anne Larue les 10 et 11 juin 2009 à Paris 13-Paris Nord.

Colloque 2008 : Le Moyen Âge en jeu, les 3, 4 et 5 avril 2008, coorganisé par Florence Plet, Séverine Abiker et Agathe Sultan, Université Bordeaux III (LAPRIL). Le Moyen Âge en jeu, textes accompagnés d’un Cdrom et réunis par Séverine Abiker, Anne Besson et Florence Plet-Nicolas, Eidôlon n°86, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, oct. 2009.

Colloque 2007 : Fantasmagories du Moyen Âge : entre médiéval et moyenâgeux, les 7, 8 et 9 juin 2007, coorganisé par Elodie Burle et Valérie Naudet, Université d’Aix-Marseille (CUERMA).

Colloque 2006 : Fantasy : le merveilleux médiéval aujourd’hui, les 16 et 17 mars 2006, coorganisé par Anne Besson et Myriam White, Université d’Artois (CRELID). Le Merveilleux médiéval aujourd’hui, sous la direction d’Anne Besson et Myriam White-Le Goff, Paris, Bragelonne “Essais”, 2007.

Colloque 2005 : Lectures du Moyen Âge, organisé par Jean-Louis Benoit, Marie Casset, Joëlle Quaghebeur et Isabelle Durand-Le Guern à l’Université de Bretagne-Sud (Lorient) les 31 mars, 1er et 2 avril 2005. Images du Moyen Âge, sous la direction d’Isabelle Durand-Le Guern, PU de Rennes “Interférences”, 2006.

Villes marocaines

Colloque international « Lire les villes marocaines : création et urbanité » : 18-19 février 2010

Université Paris 13. Campus de Villetaneuse. jeudi 18- vendredi 19 février 2010

Comité d’organisation : Christiane Albert (université de Pau),
Moktar Belarbi (université de Meknès), Véronique Bonnet (université
Paris 13), Marc Kober (université Paris 13), Anouar Ouyachchi
(université de Meknès)

Villes marocaines programme

Médiévalisme : modernité du Moyen Age

19-20-21novembre 2009

Colloque international, org. Vincent Ferré (Paris 13 – CENEL / Fabula) et Eric Necker (conseil général de la Moselle)

A l’invitation du conseil général de la Moselle
avec le soutien de « Modernités médiévales » et de fabula.org

Ce colloque vise à dresser un panorama de la présence du Moyen Âge aux XXe-XXIe siècles, dans une perspective pluri-disciplinaire : il s’agit en effet d’envisager la référence médiévale et la réception du Moyen Âge non seulement dans la littérature, mais aussi dans l’architecture, l’histoire, le cinéma, la musique, la bande dessinée et l’histoire de l’art.

En partenariat avec l’association « Modernités médiévales », qui organise depuis 2005 un colloque annuel portant sur la littérature et les arts – Lorient en 2005, Arras en 2006, Aix en 2007, Bordeaux en 2008, avant Paris 13 en 2009 –, ce colloque entend privilégier des interventions générales, synthétiques ou théoriques, plutôt que des interventions portant sur un auteur ou un exemple. Il s’agit en effet de travailler à la constitution d’un cadre général et théorique de réflexion sur les activités actuelles de recherche portant sur le médiévalisme, ou la réception du Moyen Âge.

Les interventions seront publiées en 2010 dans la revue ItinérairesLTC du CENEL (université Paris 13)


Juin 2010 : colloque Big Brother à Grenoble

Du Grand Inquisiteur à Big Brother : le pouvoir dans la littérature et les arts de la fin du XIXe siècle à nos jours

Programme du colloque

Mercredi 2 juin, après-midi

Raison, science et technologie, nouveaux horizons du pouvoir moderne ?

Caroline Julliot (Paris), « Le Grand Inquisiteur figure du rationalisme. »

Marie-Odile Thirouin (Lyon), « “Staline a téléphoné” : manifestations téléphoniques du pouvoir dans  Le Premier Cercle d’A. Soljenitsyne et Vie et Destin de V. Grossman. »

Jean-Philippe Jaccard (Genève), « Le Bienfaiteur et la limitation de l’infini (sur Nous autres de Zamiatine). »

Michel Viegnes (Fribourg), « Totalitarisme  et  intelligence  artificielle : quelques scenarii contre-utopiques (Alphaville de J.-L. Godard et Un Bonheur insoutenable d’I. Levin). »

Robert Kahn (Rouen), « Pouvoir, cybernétique et apocalypse : Dr Strangelove de Stanley Kubrick. »

Jeudi 3 juin, matinée

Figures du pouvoir : entre science et sacré, incarnation et désincarnation

Maria Delaperrière (Paris), « Les masques littéraires du pouvoir totalitaire en Pologne. »

András Kányádi (Paris), « Néron dans la littérature hongroise au XXe siècle ».

Isabelle Després (Grenoble ), « Loup-garou, minotaure et vampires : quelques représentations du pouvoir dans la prose de Viktor Pélévine. »

Crystel Pinçonnat (Paris), « The ultimate carte blanche : de quelques visions du pouvoir dans la fiction afro-américaine. »

Corinne Grenouillet (Strasbourg), « Figures et discours du pouvoir dans l’entreprise moderne (Eric Reinhardt, Lydie Salvayre). »


Jeudi 3 juin, après-midi

Modèles de domination : des utopies architecturales aux techniques de surveillance contemporaines

Eléonore Reverzy (Strasbourg), « Le roman panoptique. Fictions du politique dans Les Rougon-Macquart” (Au Bonheur des dames, Le Ventre de Paris). »

Laurent Baridon (Grenoble), « Construire l’Homme : architecture et eugénisme dans l’architecture française des années 1930. »

Anne Larue (Marne-la-Vallée), « Petits mondes sans issue : le fantasme carcéral de l’architecture dystopique. »

Leonid Heller (Lausanne), «La pensée, objet de lecture, objet de soumission.»

Sandor Kalai (Debrecen), « Le dispositif de la surveillance dans Mygale de Thierry Jonquet. »

Didier Coureau (Grenoble) : « Caméra du pouvoir, pouvoir de la caméra (Dziga Vertov, Jean-Luc Godard, Chris Marker…) »

Vendredi 4 juin, matinée

Le pouvoir à l’épreuve de la littérature

Denis Saint-Amand (Liège), « (Contre-)lexiques du pouvoir.  (Le pouvoir dans le Dictionnaire des idées reçues et autres dictionnaires antidoxiques). »

Sylvie Jeanneret (Fribourg), « Les incarnations du pouvoir dans les romans hugoliens, des Misérables à Quatre-vingt-treize. »

Julie Wolkenstein (Caen), « Visible et secret : les pouvoirs du texte dans La figure dans le tapis d’Henri James. »

Delphine AEBI (Grenoble) « les rapports de pouvoir entre le dramaturge et son public dans le théâtre français des années 40 aux années 60. »

Gayaneh Armaganian (Lyon), « Réfraction de « La Légende du Grand Inquisiteur » chez les écrivains de l’émigration (Gajto Gazdanov, Le retour de Bouddha, Vladimir Nabokov Brisure à Sénestre, Mikhaïl Chichkine Le Cheveu de Vénus). »

Sylvie Servoise (Le Mans), « Christa Wolf ou le dilemme de Cassandre. »

Le motif médiéval de Sheela-na-Gig et la persistance folklorique de Baubô

Résumé : Le motif sculpté de Sheela-na-Gig, visible sur de nombreux chapiteaux d’églises médiévales anglaises, traduit la persistance folklorique du motif originel de Baubô – qui fait rire la douloureuse Perséphone par l’exhibition comique de la vulve féminine. A partir de l’analyse de l’ouvrage de Barbara Freitag sur la question, nous nous intéresserons au combat sous-jacent entre mythe et folklore dans un contexte patriarcal : comment, et sous quelles formes, un “conte” grec déjà par lui-même assez “folklorique” et marginal, et qui, comme par hasard, concerne essentiellement les femmes (la fondation du culte agraire de Déméter à Eleusis) a pu subsister malgré la pression de l’idéologie patriarcale qui règne depuis 5000 ans.

Faut-il réhabiliter Margaret Murray ?

Il est d’usage, aujourd’hui, de vilipender l’anthropologue britannique Margaret Murray, qui s’est illustrée dans les années 20 et 30 par ses travaux sur le folklore médiéval anglais, et notamment sur l’imaginaire du « dieu cornu » des sorcières. Très appréciée en son temps (au point de s’être vue confier la rédaction de l’article « Sorcellerie » de l’Encyclopaedia Britannica, article qui sera réédité sans modification jusque dans les années soixante), Margaret Murray a fait l’objet d’attaques nourries, particulièrement de la part de l’écrivain britannique Elliot Rose qui, en 1962, dans un livre édité à Toronto, A Razor for a Goat. Ce mépris a été relayé par diverses autorités de l’histoire des religions, dont Mircea Eliade qui, dans Occultisme, sorcellerie et modes culturelles [1976], traduction 1978, se réfère à Murray d’une manière dont il serait bon de mettre en lumière l’ambiguïté.

On peut confronter les hypothèses de Margaret Murray sur le dieu cornu avec des romans, dont les uns, antérieurs, comme le célébrissime Tess d’Urberville, tendent à prouver qu’elle n’a pas tort au sujet du folklore anglais, tandis que d’autres (Les Dames du lac) témoignent de l’influence explicitement citée de sa pensée. Margaret Murray est une chercheuse qui a influencé la réception du Moyen Âge, tout en étant désavouée par ses pairs, ce qui a impliqué une diffusion anarchique de sa pensée.

Que penser en effet des attaques systématiques dont Murray est l’objet ? Une comparaison de sa méthode avec celle de ses collègues de l’époque, et l’analyse de ses travaux sur d’autres sujets que le folklore anglais médiéval montre que, si aujourd’hui on y trouverait à redire, Murray n’est pas spécialement à blâmer, loin de là. En somme, nous nous demanderons si ce n’est pas l’objet-même des recherches de Murray – le folklore médiéval anglais – qui entraîne un tel désavoeu. Dans Culture populaire et culture des élites dans la France moderne (XV-XVIIIe siècle), Robert Muchembled a fort bien montré comment un fort discrédit plane sur l’étude de la culture populaire. Dans quelle mesure l’étude du folklore médiéval n’entraîne-t-elle pas ipso facto une réaction idéologique de discrédit ?

Fiction, féminisme et post-modernité

Vient de paraître aux éditions Classiques Garnier

4e de couverture :

Cet essai, consacré à la littérature de l’imaginaire, s’interroge sur la valeur subversive d’un corpus dont on n’aurait a priori pas attendu la moindre velléité de subversion : la littérature contemporaine populaire de très grande diffusion, anglosaxonne et française. Il montre comment, soumise au choc du backlash (revanche antiféministe des années 80) la fiction grand public choisit une voie souterraine de résistance, et garde enfouie la mémoire d’une féminité triomphante qui devient son sujet principal et « occulte ». Ce travail engage donc une réflexion sur le caractère paradoxal des best-sellers : la littérature la plus commerciale, la plus « facile », la plus ludique serait-elle celle où s’expriment le mieux les aspirations politiques et théologiques des sociétés occidentales d’aujourd’hui ?

Le parcours professionnel MTI (Métiers culturels du Texte et de l’Image) est axé sur la culture (arts, jeunesse, médiation) et la communication par le texte et l’image. Il est adossé au master recherche LCA (Littérature, cultures, arts). Sa particularité est de former à la fois au graphisme (PAO) et à la communication culturelle (rédactionnel, organisation d’événements).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search