Archives de catégorie : Jeunesse

L’exposition MTI : carnet de route

Bonjour à toutes !

Je poste aujourd’hui la première page d’idées pour l’exposition, reçue aujourd’hui de la part de Camille Labrouste.

Vous pouvez réagir directement dans les « commentaires ».

Mathilde et moi pouvons vous créer des comptes Auteur sur demande.

En réfléchissant à une scénographie et à des idées pour notre exposition sur « les petits éditeurs », il m’est venu l’idée d’un projet. Je vous confie les idées concernant l’exposition en elle-même avant de vous parler du projet:

  • Scénographie: mettre en fond sonore des rires d’enfants, placer un coin lecture avec une petite bibliothèque et des coussins parterre pour que les enfants puissent lire et se détendre.
  • Présenter l’exposition comme un parcours (cf. jeu de l’oie ou le dessin animé Dora l’exploratrice (désolée pour les références un peu « primaires ») dans lequel l’enfant se mettra en scène. Par exemple (je ne sais pas quel est le contenu de l’exposition), mais on peut imaginer qu’il y ait des petits panneaux qui expliquent plus ou moins le fonctionnement d’une maison d’édition et, pour chaque étape du développement d’un livre, l’enfant reçoit un objet qui à la fin du parcours, reconstituera un livre. (couverture, feuillets … en mousse par exemple).
  • Faire participer les enfants aussi en leur proposant de se mettre à la place de l’auteur ou du dessinateur en racontant ou dessinant une histoire, qu’on pourrait accrocher sur un mur.

Je vous soumets le projet, même s’il n’est qu’à l’état débauche, afin de savoir si c’est intéressant et s’il est judicieux de l’explorer. Hier, au service culturel, il a été question de nous offrir la possibilité de monter un projet culturel. Donc, en creusant un peu sur l’édition pour la jeunesse; je suis arrivée à la conclusion que les livres jeunesses sont certes réalisés pour les enfants et le public jeune mais rarement réalisés par eux. Finalement, ce sont plus les adultes que les enfants qui décident de leur lecture. Donc, je pensais, qu’on pourrait essayer de créer un livre, et si possible de l’éditer (format papier et/ou numérique), fait par et pour les enfants. On se servirait de notre exposition pour récolter les désires des enfants (le contenu qu’ils souhaitent voir dedans…) en leur faisant remplir un questionnaire et en se servant des dessins et des histoires racontées (cf. ci-dessus). Parce qu’il est évident que tous les enfants (et surtout ceux de notre secteur) ne s’identifient pas aux héros ni aux cadres dans lesquels ces derniers évoluent. Ce serait aussi une initiative pour inciter les enfants à lire et prendre goût à la lecture. Un livre à leur image est, je pense, plus ludique et a plus d’impact qu’un discours.

Le « top ten » des éditeurs de jeunesse… et les autres

Notes d’après l’introduction de Luc Pinhas au livre collectif paru à l’Harmattan en 2008 sur l’édition de jeunesse francophone ; je ne retiens ici que ce qui concerne les éditeurs en France métropolitaine.

C’est donc un état des lieux datant de 2008.

L’édition jeunesse a connu une progression plus forte depuis les vingt dernières années que la moyenne des activités éditoriales.

Elle correspond à 11,3% du chiffre d’affaires global de l’édition française 2007.

9 entités assurent 72% des ventes en 2006.

1. HACHETTE, éditeur « historique » de littérature jeunesse depuis le XIXe siècle occupe la première place.

2. EDITIS regroupe Nathan, Pocket, Hemma et Langue au chat. A aussi racheté Gründ en 2007.

3. BAYARD avec appui de Milan

4. GALLIMARD, sachant que le phénomène Harry Potter l’avait plutôt placé au même rang qu’Hachette (pas d’Harry Potter en 2006).

5. FLEURUS (groupe média participations, qui détient Mango)

6. L’ECOLE DES LOISIRS

7. FLAMMARION (Père Castor et Casterman)

8. LITO (2%)

9. ALBIN MICHEL (2%).

Rachats :

Hatier et Didier > Hachette

Casterman > Flammarion

Milan > Bayard

Gründ > Editis

Situation l’oligopole partielle1.

p. 11 : importance de la « reconnaissance symbolique », rôle des novateurs ».

« Que l’on pense ainsi, par exemple, à Etre, la maison de Christian Bruel, qui a succédé au Sourire qui mord, mais aussi à Rue du monde, à l’Atelier du poisson soluble, aux Trois Ourses, à Callicéphale, à MeMo, voire au Baron perché, la maison d’Adam Biro chez Vilo ou à Lo Païs d’enfance, dans le giron des éditions du Rocher depuis 2003 ».

Ce sont ces éditeurs (et d’autres !) qui nous intéresseront pour monter notre exposition. La recherche est ouverte, bonnes lectures !

  1. pour mémoire, art contemporain : le secteur est un oligopole à fanges []

Exposer la littérature pour la jeunesse (2)

Les étudiants du master MTI, encadrés par Anne Larue et Mathilde Lévêque, organiseront une exposition sur les livres pour la jeunesse, avec le soutien et l’aide de l’Action culturelle de l’Université Paris 13 et du centre de documentation Livres au trésor.

L’exposition, qui aura lieu au début du mois de décembre à Paris 13 (Villetaneuse), sera consacrée aux « petits » éditeurs. En guise d’introduction, j’invite les étudiants du MTI à lire le premier numero de la revue en ligne « Strenae », dont le dossier thématique est consacré à l’éditeur Robert Delpire:

http://strenae.revues.org/59

Par ailleurs, les étudiants commenceront par explorer les bibliothèques et les médiathèques de leur choix pour se plonger dans le vaste univers des livres pour enfants et sélectionner des albums qui attirent leur attention (coups de coeurs, interrogations, rejet, souvenirs d’enfance ou d’école, etc.)

Ce carnet de recherche leur servira de carnet de route, où ils pourront rendre compte pas à pas de l’avancée de leurs travaux.

Mathilde Lévêque.

Exposer la littérature de jeunesse

8 pages de références BNF pour « exposition jeunesse livre », pour 9 pages avec « exposition jeunesse ». Autrement dit, la majeure partie des expositions jeunesse concerne le livre de jeunesse.

Guide de l’édition jeunesse 2007, libre accès salle T 070.8 LOUP 9

On constate que les catalogues d’expo vont en s’épaississant et en se raffinant au fil du temps, au fur et à mesure que grandit l’intérêt pour la culture de jeunesse. A noter que les expos ont lieu dans le cadre de bibliothèques, qu’elles sont souvent commanditées, du moins au début, par le milieu associatif, et qu’elles ont contribué localement au rayonnement de collections ou d’intérêts ayant déjà un ancrage de terrain (existence d’une collection d’ouvrages, association de promotion de la lecture enfantine…). Leur visée est parfois modeste, mais parfois l’exposition (et surtout le catalogue qui en résulte) a de l’ambition. celui de 2009 est un véritable outil de recherche.

1982. Qui a peur du loup ? Bibliothèque municipale de Bordeaux

Feuilles A4 imprimées de façon correcte, peut-être laser, reliées par une agrafe. Le document de la BNF est incomplètement conservé : il manque une page et une autre page est conservée en double. Le plan de l’exposition figure sur la liasse. Il montre qu’on a dégagé un coin lecture + des regroupements thématiques, le tout dans une seule salle oblongue.

Loup se veut un mot générique pour tout ce qui fait peur, sorcières, ogres, géants également.

L’impulsion de l’exposition est associative : association Nous voulons lire ! 10e anniversaire.

Présente des livres français et étrangers.

La liasse d’accompagnement de l’exposition n’a pas vocation à être un catalogue, mais un simple document d’orientation. Le but de l’exposition, avec son regroupement thématique, est de mettre en valeur les collections existantes de la bibliothèque.

1988. Caen. Expo à la bibliothèque, basée sur les ouvrages existants dans les fonds anciens de livres pour la jeunesse. Trésors de la bibliothèque de Caen. l’exposition a une visée patrimoniale. Le livre de jeunesse intéresse surtout en tant que « trésor ». Cette visée, ce regroupement aurait pu être différent : un moyen d’approche pour mieux faire connaître les collections, les « aérer », en quelque sorte !

1993. Beatrix Potter, exposition à Clamart

Livret A6, feuilles photocopiées NB, pliées, 2 agrafes, 20 pages (donc pas une grande maîtrise dans le nombre de pages par rapport au pliage, qui normalement est de 16 ou 32 pour être rentable, pas d’économie de papier !). Livret très attachant, instructif. Une vulgarisation qui rend bien compte de l’art de Beatrix Potter malgré le caractère modeste de l’exposition. Une expo de bien plus grande envergure à eu lieu à la bibl. de Munich en 2003 autour de B. Potter et Pierre Lapin.

1998. Le magasin des enfants. La littérature pour la jeunesse (1750-1830)

Exposition à Montreuil, Bibl Robert-Desnos, organisée par Isabelle Havelange et Ségolène Le Men, s.d. (1998).

Le catalogue est un livre collectif plutôt qu’un compte rendu d’exposition. Il affirme sa posture historique : il montre l’émergence de la notion d’enfance au 18e siècle, le rôle pionnier des 70 volumes écrits par Marie Leprince de Beaumont, Mme d’Epinay (qui bizarrement ne figure pas dans le répertoire bibliographique), Stéphanie de Genlis. Le catalogue, également structuré comme un livre d’histoire, n’apporte aucun renseignement sur l’exposition elle-même. C’est un outil de recherche et la façon dont les objets ont été exposés ne fait pas l’objet d’analyse. On apprend p. 123 que l’expo a surtout été constituée de livres présentés, mais aussi de portraits peints, de cahiers manuscrits, d’alphabets, cartes, boîtes, quelques objets, gravures, et des impressions sur étoffe des Fables de la Fontaine. La photo : n° 160 : Le Renard et la Cigogne, étoffe rouge brun et jaune, 50 sur 67 cm, impression à la planche de bois.

Les « magasins » étaient de véritables plans de formation pour une classe d’âge, un public enfantin déterminé ; des éducations complètes, des instructions d’éducation fondées sur le dialogue. Exemple, un extrait de Marie-Antoinette Lenoir mettant en scène l’institutrice et son élève (recommandations de lectures selon l’âge de l’élève).

Ce livre a un caractère pionnier en France, où les études sur la jeunesse n’étaient pas alors si développées. Il est en bien des points inaugural. L’usage d’appeler « Mme de » y est encore maintenu, à la place du prénom de l’auteure (usage préconisé par les féministes). La littérature de jeunesse, c’est ipso facto la promotion d’auteurs féminins, oubliés de l’histoire et biffés des mémoires. Point important…

2009. Babar, Harry Potter et Cie, BNF

Enorme livre, perspective de recherche fortement marquée. Multiples collaborations, iconographie riche et recherchée. La bibl. des bibl. reconnaît ainsi à la litt. de jeunesse une grande importance. Pour fêter l’accueil, par la BNF, de La Joie par les livres ==) création du Centre national de la littérature pour la jeunesse.

On ne parlait presque pas d’Harry Potter en réalité dans cette expo : la saga gothicoïde était placée au milieu des autres sources, sans emphase spécifique.

Le catalogue traite du livre, de l’objet livre, des classes d’âge (bébés, enfants…), du public enfantin, des trad. et adaptations, mais ne traite pas des petits éditeurs contemporains ni réellement de l’histoire de l’édition contemporaine de jeunesse. il traduit le fait que c’est encore une nécessité, en 2009, de retracer un historique qui n’est pas encore entériné. Il constitue un état des lieux de la recherche en plein essor.