Archives de catégorie : Féminisme

Roven, revue de dessin contemporain

La revue Roven à Paris 13!


Jeudi 7 octobre, à 11h30 dans le cadre du cours « Culture de l’art contemporain », Marine Pagès et Johana Carrier, les fondatrices et rédactrices en chef de la revue Roven, dessin contemporain (publiée aux Presses du Réel), viendront présenter leur travail et le projet de la revue.

A vos questions!

Magali Nachtergael


La séance est ouverte aux autres étudiants de Master intéressés (édition) : salle D 116 (si libre) ou E 300

Liens : http://www.lespressesdureel.com/magazine.php?id=114
http://rovenrevue.blogspot.com/2009/02/roven-revue-critique-sur-le-dessin.html


Mort d’une lesbienne radicale

Michèle Causse a choisi de mourir le 29 juillet 2010. Je ne sais pas pourquoi ; malade, peut-être ; sa décision lui appartient. Il y a encore si peu de mois, elle me soutenait face aux éditions Garnier qui avaient retiré mon livre de la vente. Elle m’écrivait (alors qu’elle était peut-être très malade, peut-être pour d’autres raisons décidée à mourir ; elle avait encore le courage d’écrire cela à une inconnue) :

« La censure qui vous affecte m’a permis de connaître vos travaux et de vous présenter mon vif soutien pour ce qui vous arrive. Votre histoire est peu commune. Je connais mieux, personnellement, la censure qui affecte, en amont, tout travail qui se présente comme un manifeste, toute oeuvre qui est, en elle-même, un manifeste. Croyez à ma sympathie ».

Michèle Causse a défendu les droits de la femme, lu Wittig à la première heure, écrit des essais et des fictions. Elle est considérée comme une féministe « radicale », comme Ti-Grace Atkinson (on ferait mieux de parler de féminisme conceptuel, ce serait plus juste ; le mot de « radical », imposé à ces théories, est fait pour qu’on s’écarte de ce chemin).

Féminisme conceptuel : après tout, c’était l’époque. l’art conceptuel a longtemps été un art de la subversion, de la contestation, avant d’être récupéré par les Américains et dans les musées (ou les deux).

Voici quelques textes de Causse pour commencer :

Qui a peur de Valérie Solanas ? Actes du 4e colloque International d’études lesbiennes : fureur et jubilation, 9-12 avril 2004, Espace lesbien n°4, Bagdam Espace Edition, Toulouse, 2004, pages 19-35.

Claude Cahun ou la mutante héroïque. Pour une anthologie des créatrices lesbiennes dans la Résistance, a cura di Paola Guazzo. Bagdam Espace Lesbien, avril 2008

Voyage de la grande Naine en Androssie, roman.

Et voici l’adresse de son site :

http://www.michele-causse.com

Le motif médiéval de Sheela-na-Gig et la persistance folklorique de Baubô

Résumé : Le motif sculpté de Sheela-na-Gig, visible sur de nombreux chapiteaux d’églises médiévales anglaises, traduit la persistance folklorique du motif originel de Baubô – qui fait rire la douloureuse Perséphone par l’exhibition comique de la vulve féminine. A partir de l’analyse de l’ouvrage de Barbara Freitag sur la question, nous nous intéresserons au combat sous-jacent entre mythe et folklore dans un contexte patriarcal : comment, et sous quelles formes, un « conte » grec déjà par lui-même assez « folklorique » et marginal, et qui, comme par hasard, concerne essentiellement les femmes (la fondation du culte agraire de Déméter à Eleusis) a pu subsister malgré la pression de l’idéologie patriarcale qui règne depuis 5000 ans.

Faut-il réhabiliter Margaret Murray ?

Il est d’usage, aujourd’hui, de vilipender l’anthropologue britannique Margaret Murray, qui s’est illustrée dans les années 20 et 30 par ses travaux sur le folklore médiéval anglais, et notamment sur l’imaginaire du « dieu cornu » des sorcières. Très appréciée en son temps (au point de s’être vue confier la rédaction de l’article « Sorcellerie » de l’Encyclopaedia Britannica, article qui sera réédité sans modification jusque dans les années soixante), Margaret Murray a fait l’objet d’attaques nourries, particulièrement de la part de l’écrivain britannique Elliot Rose qui, en 1962, dans un livre édité à Toronto, A Razor for a Goat. Ce mépris a été relayé par diverses autorités de l’histoire des religions, dont Mircea Eliade qui, dans Occultisme, sorcellerie et modes culturelles [1976], traduction 1978, se réfère à Murray d’une manière dont il serait bon de mettre en lumière l’ambiguïté.

On peut confronter les hypothèses de Margaret Murray sur le dieu cornu avec des romans, dont les uns, antérieurs, comme le célébrissime Tess d’Urberville, tendent à prouver qu’elle n’a pas tort au sujet du folklore anglais, tandis que d’autres (Les Dames du lac) témoignent de l’influence explicitement citée de sa pensée. Margaret Murray est une chercheuse qui a influencé la réception du Moyen Âge, tout en étant désavouée par ses pairs, ce qui a impliqué une diffusion anarchique de sa pensée.

Que penser en effet des attaques systématiques dont Murray est l’objet ? Une comparaison de sa méthode avec celle de ses collègues de l’époque, et l’analyse de ses travaux sur d’autres sujets que le folklore anglais médiéval montre que, si aujourd’hui on y trouverait à redire, Murray n’est pas spécialement à blâmer, loin de là. En somme, nous nous demanderons si ce n’est pas l’objet-même des recherches de Murray – le folklore médiéval anglais – qui entraîne un tel désavoeu. Dans Culture populaire et culture des élites dans la France moderne (XV-XVIIIe siècle), Robert Muchembled a fort bien montré comment un fort discrédit plane sur l’étude de la culture populaire. Dans quelle mesure l’étude du folklore médiéval n’entraîne-t-elle pas ipso facto une réaction idéologique de discrédit ?

Fiction, féminisme et post-modernité

Vient de paraître aux éditions Classiques Garnier

4e de couverture :

Cet essai, consacré à la littérature de l’imaginaire, s’interroge sur la valeur subversive d’un corpus dont on n’aurait a priori pas attendu la moindre velléité de subversion : la littérature contemporaine populaire de très grande diffusion, anglosaxonne et française. Il montre comment, soumise au choc du backlash (revanche antiféministe des années 80) la fiction grand public choisit une voie souterraine de résistance, et garde enfouie la mémoire d’une féminité triomphante qui devient son sujet principal et « occulte ». Ce travail engage donc une réflexion sur le caractère paradoxal des best-sellers : la littérature la plus commerciale, la plus « facile », la plus ludique serait-elle celle où s’expriment le mieux les aspirations politiques et théologiques des sociétés occidentales d’aujourd’hui ?