Tous les articles par maellechristien

Entretien avec Pauline Guelaud

Visite et rencontres au musée du Louvre, le 22 septembre 2010

Elle nous accueille dans un bureau à la hauteur de l’institution où elle travaille.
Beaux parquets et hauts plafonds, moquette pourpre.
Souriante, notre hôte nous met à l’aise en quelques secondes et nous accorde un moment privilégié : nous allons échanger avec l’une des 2 500 fourmis du plus grand musée du monde. Pauline Guelaud, la trentaine, est chargée de production pour le département Art Contemporain du Louvre. Ne le cherchez pas sur le plan du musée (aussi grand qu’une carte routière), vous ne le trouverez pas.

Se faire une place
C’est en 2003 que Pauline Guelaud a rejoint l’audacieux projet Art contemporain au Louvre. Il faut l’avouer, dans l’esprit de tous, l’intitulé est antinomique. La complexité de la mission de Pauline Guelaud réside dans cette tension. Comment légitimer la présence de l’Art Contemporain dans un lieu aussi immuable et institutionnel ? Pour permettre au projet de grandir et de s’épanouir, il faut mener un véritable combat. C’est David contre Goliath…
Et pour cause, il paraît difficile de glisser une oeuvre de Jan Fabre dans le département des écoles du Nord, sans ménager l’équipe chargée du lieu en question. Car ne vous méprenez pas, l’Art Contemporain ne s’apprend pas seulement aux enfants et amateurs, mais d’abord à ses propres collègues. Chacun étant spécialiste dans son domaine, notre interlocutrice a compris l’importance de la médiation autour de sa spécialité.
La communication interne est donc incontournable et les questions qui fâchent sont soulevées maintes fois par les conservateurs des départements concernés, à l’occasion de réunions très animées.

Le méfiant
—« Pourquoi devrais-je accueillir cet artiste dans mes salles ? Et quel est son discours sur l’art ? »
Le sceptique
—« Mais au fait, est-ce vraiment de l’art ? »
Le pragmatique
—« Mais je vais devoir déplacer mon Rembrandt alors ? »

Proposer des dialogues inattendus
«Du 12 novembre 2004 au 10 février 2005, Contrepoint invitait les visiteurs à suivre un parcours pour le moins inhabituel ou à découvrir de manière imprévisible, au fil de leur visite, les interventions des artistes. Les oeuvres étaient disséminées aux quatre coins du palais et leur présence, volontairement discrète, a fait grand bruit. »*

Partant de la difficulté de se faire une place dans le musée, Marie-Laure Bernadac, conservateur général chargé de mission pour l’Art Contemporain, et Pauline Guelaud, son assistante, ont été tentées d’être les entremetteuses de dialogues iconographiques entre les sages héritages du passé et les tonitruantes œuvres contemporaines. Le pari était plutôt risqué, puisque l’exposition en question avait un obstacle fort, celui de la communication. En effet, comment communiquer sur une exposition qui n’a pas un point d’ancrage mais une multitude, disséminés dans l’immensité du Musée ?  Malgré cet obstacle, l’exposition remporta un succès fort – sans doute lié à l’audace de la démarche – et le bénéfice d’un tel événement fut pointé par de nombreux conservateurs, y compris par ceux qui faisaient preuve de réticences au début du projet.

Un poste multifacettes
Le contrepoint est un type d’expositions parmi d’autres, mais en nous parlant des détails de son élaboration, P. Guelaud nous a livré un aperçu des différentes missions qu’elle peut remplir quotidiennement.
Tout commence avec le choix d’un artiste, souvent déterminé par l’expérience du conservateur général. Puis, il y a des rencontres, des échanges, des notes d’intentions données par l’artiste : P. Guelaud a pour objectif de relayer les concepts et souhaits de l’artiste auprès de son équipe. Cela implique de pouvoir expliquer à son tour l’intérêt de la démarche de l’artiste, d’en exprimer l’attrait et l’enjeu pour le musée.
Puis, par une prise de contact avec le conservateur concerné par l’intervention de l’artiste, son second rôle est de déterminer la faisabilité du projet (exercice de coordination avec un régisseur, un scénographe). Un travail d’une telle envergure nécessite bien entendu de fédérer une équipe solide qui se sent capable de porter le projet, il faut donc avoir des qualités de manager.
Polyvalente, elle sait être réactive pour répondre à l’imprévu : lors du Contrepoints #3, la pièce d’Anish Kapoor intitulée C-curves à doublement posé problème. Son imposante fragilité a fait tiquer le service sécurité, poussant la jeune femme à réagir en conséquence, en installant à regrets un cordon de mise à distance. La surface en miroir de la structure, bien trop attirante pour les mains curieuses des visiteurs a quant à elle exigée à toute l’équipe du projet d’en assurer la propreté jour après jour. Chargée de mission, c’est aussi un travail de terrain !

* extrait du site du Louvre,
http://www.louvre.fr/llv/dossiers/page_magazine.jsp?CONTENT%3C%3Ecnt_id=10134198673229775&CURRENT_LLV_MAGAZINE%3C%3Ecnt_id=10134198673229775

Journal MTI n°5 – Flavia Cocchi à la galerie Anatome

du 1er octobre au 11 décembre 2010

La Galerie Anatome est le seul lieu permanent en France d’exposition du graphisme contemporain

L’exposition éponyme « COCCHI » n’a rien à cacher. Entrez dans l’espace ouvert et lumineux de la galerie Anatome, scénographié par Flavia Cocchi elle-même : quelques caisses empruntées à la Poste suisse esquissent une construction dénuée de décorations. Nous sommes dans le vrai et le pratique. Presque dans la grille : ces caisses, modules en plastique gris sur lesquels on se plaît à s’asseoir, répondent au graphisme que nous découvrons bientôt et que la graphiste qualifie d’« utilitaire ».

Au rez-de-chaussée sont présentés ses livres, encastrés dans des blocs de mousse. Est-ce une façon pour Flavia Cocchi de mettre en valeur la délicatesse de son travail graphique ? Car sous son apparente rigueur et un pragmatisme tout à fait emprunt à la tradition helvétique, nous pouvons percevoir dans son travail une certaine fragilité, voire de la sensualité.
Ses quelques ouvrages en libre consultation permettent au visiteur de juger de l’utilisation des papiers, des matières. Parlons ici de ce petit livre, conçu à l’occasion de l’exposition  Passions d’orange, papiers d’agrumes. Il retrace la particularité et la finesse d’une collection de papiers d’emballage, a priori peu précieux, qui entourent les oranges italiennes. Flavia Cocchi n’a pas choisi pour ce livre un papier classique et passe-partout. Elle a décidé d’utiliser un papier délicat pas même imprimable en recto-verso (choix audacieux du point de vue de la réalisation); un papier à l’image de cette collection atypique. Pour l’ouvrage Nature en kit elle utilise une feutrine marron en guise de couverture. Pour le catalogue d’exposition Air en Forme, la couverture est gonflable. Simple mimétisme ou adaptation astucieuse du thème de l’ouvrage ? Visiblement, la lausannoise laisse libre cours à sa spontanéité, sans pour autant travailler sans filet.

Rigueur ET détournement des codes
Que ce soit en supprimant le titre d’un livre, en laissant couler le texte d’une page à l’autre sans ménager de marges, ou encore en laissant apparaître une grille de construction comme élément graphique d’une affiche, Flavia Cocchi semble aimer jouer avec les codes établis par la tradition graphique suisse.
C’est en découvrant le premier étage de la galerie, dédié aux affiches, que le travail de l’artiste prend soudain une grande résonance. Suspendus dans le vide, les grands formats découpent habilement l’espace.
Nous ne dirons donc pas que F. Cocchi renie son héritage helvétique, car l’affiche de l’événement « Criss+Cross » aurait vite fait de nous donner tort. Bien au contraire, elle s’en amuse et y revient parfois pleinement, comme en témoignent les affiches uniquement typographiques pour le Fonds d’art plastique de la ville de Lausanne. C’est sobre, construit, efficace : ne l’oublions pas, Max Miendinger,  Adrian Frutiger et Rudi Meyer font partie de son patrimoine.

Le processus révélé
Peu d’expositions de graphistes contemporains offrent aux visiteurs le privilège et la confidence du processus de création. Il permet parfois, par analyse comparative, d’apprécier d’autant plus ou différemment les compositions finales. Quand vous avez en face de vous cette affiche imaginée par Flavia Cocchi pour promouvoir la scène artistique en faveur des femmes atteintes du cancer, la sensation est déjà particulière. Cette grande surface rose tendre est ponctuée en son centre par un tout petit mot : seins. Il est écrit dans une typographie uniquement faite de ronds rouges. Des ronds, comme des seins. Des ronds, posés dans ce format comme des petits pois au fond d’une assiette. Le mot ne flotte pas, ce qui serait un échec en terme de composition. Mais le mot règne en maître, dans sa splendeur féminine. Il intrigue, on s’approche du texte en bas, et le pari est réussi ! Sous l’affiche sont exposées les étapes de recherche préalable et l’outil de réalisation de la proposition finale. Un petit tampon encreur rond, tout simplement.

Le graphisme est un jeu
Si vous avez l’occasion de vous rendre à cette exposition, vous ne pourrez pas manquer ce mur couvert des lettres de l’alphabet. à nouveau, la grille. Un jeu de mots croisés qui se déploie sur les trois niveaux (la galerie comporte une mezzanine). Peut-être regardera-t-on d’un autre œil ce jeu après la visite. Des cartes et des craies rouges sont à la disposition des visiteurs : ne partez pas si vite, et prenez le temps de chercher dans l’immensité soudaine de ce mur les mots qui inspirent ou ont inspiré le travail de Flavia Cocchi. Les associations fortuites que vous y trouverez n’engagent que vous. Ainsi, vous pourrez chercher pêle-mêle :
Chopin, fondue, Lissitzky, Nouvelle Vague, robe à pois, Gainsbourg, Nemours, Pantone, Renaissance italienne, Helvetica (bien sûr), risotto, Vian et bien d’autres. Flavia Cocchi nous entraîne aisément dans l’un de ses questionnements majeurs, celui de la lettre et de son rapport à l’espace.

Cette exposition de travaux graphiques laisse sans doute moins de place à l’interprétation et au questionnement que le ferait une exposition d’art contemporain à proprement parler. Les affiches, les livres parlent d’eux-même… Mais il ne faut pas relâcher son attention, car sous son apparente sobriété, le graphisme de F. Cocchi offre à qui le voudra l’appréciation d’un travail bien construit et malicieux.

Flavia Cocchi – Mudac, musée de design et d’arts appliqués contemporains
Lausanne / Affiche F4_ 2007


Références pour la scénographie


Bonsoir à toutes,

Puisque le thème de notre exposition se précise, je poste ce soir quelques photos de la scénographie du Festival Travelling à Rennes (édition 2006), festival de cinéma. Cette année-là, le thème était  » la ville, la nuit « .

Voici la scéno que nous avions mise en place pour le pôle enfant, qui comportait entre autres un espace lecture et l’exposition des travaux d’une illustratrice jeunesse .

La qualité des photos est déplorable – désolée – heureusement elle n’ont qu’une valeur documentaire !