Journal MTI n°7 – Basquiat, sauve qui peut… la vie

Jean-Michel Basquiat : trop, trop, trop…de vie

par Olga Koniakhina

_

Le musée d’Art Moderne de la ville de Paris présente, en collaboration avec la fondation Beyeler, une exposition dédiée au cinquantième anniversaire qu’aurait eu l’artiste américain, Jean-Michel Basquiat.

D’abord présentée à Bale, cette exposition, dite de grande ampleur jamais vue auparavant, est enfin à Paris. C’est vrai, l’exposition propose aux visiteurs douze salles, réparties par rapport à la période ou au thème privilégié par l’artiste : le tout début, l’art de SAMO, les dessins, des galeries diverses… Plus de 150 œuvres réunies, y compris des photographies et des objets, l’ensemble, énorme, semble un peu difficile à engloutir en une seule fois. Quand le schéma narratif n’est pas forcement linéaire et fait des allez et des retours « chez un galeriste, chez l’autre, période de dessin, période de graffiti, l’amitié », il devient facile de perdre le fil de narration, et de se perdre littéralement dans l’abondance d’information.

D’un autre côté, peut-on vraiment critiquer la volonté de raconter le maximum sur la personnalité d’un artiste qui a marqué son temps, et dont la vie artistique a brusquement commencé à l’âge de 18 ans, dont la vie réelle s’est brusquement terminée à 28 ans, comme les étoiles filantes que furent Janis Joplin ou Jim Morrison. En dix ans, un jeune homme a fait sa petite révolution dans le monde de l’art, en passant d’un continent à un autre ; en se montrant intellectuel sans trop conceptualiser ; en proclamant le retour d’expressionnisme, de la simplicité sans être pour autant minimal.

Cette exposition est un peu comme les œuvres de celui dont le 50ème anniversaire aurait été célébré en 2010 : un « univers mélange ». Ce mix de périodes et de thèmes révèle aussi le style de l’artiste, qui s’exprimait à l’aide des objets quotidiens, de dessins, de peinture… en y rajoutant ses réflexions sur ses racines, sur la politique, sur sa vie. Comme le dit  Fabrice Hergott, le commissaire général de l’exposition, « le traitement de ses références évoquent parallèlement le sampling et le scratching de la musique hip- hop : l’image est morcelée, isolée, répétée, enfouie mais toujours apparente sous les couches de peintures à la manière des palimpsestes».

Apparemment Basquiat fascine toujours autant, et il suffit de voir les gens faire la queue pendant une heure pour admirer ses travaux, dont la notoriété attire. Voici quelques oeuvres déjà célèbres que l’on a le plaisir de retrouver dans l’exposition : Jean-Michel Basquiat dans son atelier de Great Jones Street, New York, 1985 devant Untitled, 1985 (l’image qui figure sur l’invitation au vernissage), In Italian, 1983, Zydeco, 1984 et d’autres. Bien sûr, des images qui témoignent d’amitié entre deux personnalités clés de l’underground new yorkais des années 80, Warhol et Basquiat. Une amitié qui s’est avérée fructueuse pour les deux artistes.

Enfin, cette exposition parle de la vie d’un artiste, toujours riche en événements et dont on n’attend pas forcément de logique. Dans les douze salles s’étalent plusieurs années de travail, d’expérience, de rencontres, de discussion… Il faut tout simplement essayer d’écouter et d’observer pour saisir la complexité de la vie de l’homme et l’artiste que fut Basquiat.
_

Courtesy ADAGP MAMVP

Jean-Michel Basquiat dans son atelier de
Great Jones Street, New York, 1985 devant Untitled, 1985


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.