Journal MTI n°6 – Miroir, mon beau miroir…

Jean-Charles De Castelbajac and The Tyranny of Beauty.

par Iram Nazir_


Connu pour avoir révolutionné le monde de la mode avec des créations hautes en couleurs à caractère ludique, Jean-Charles De Castelbajac (ou JCDC) s’adonne pour la seconde fois à l’art contemporain en proposant du 11 septembre au 23 octobre 2010, une collection de tableaux fidèle à son style : un mélange de plusieurs univers dont celui de son enfance. Il intègre notamment des cartoons ou des logos publicitaires dans des œuvres classiques, ce qui crée un bouleversement assez original. Cependant, à  quoi veut en venir l’artiste ? Pour le savoir, immersion dans le monde décalé du créateur à travers son exposition : the Tyranny of Beauty.


Samedi 18 septembre 2010 : salle lumineuse, silence harmonieux, les quelques visiteurs présents à la B.A.N.K Galerie, rue Volta à Paris, étaient statiques, pensifs parfois souriants face aux œuvres picturales de Jean-Charles De Castelbajac, connu avant tout pour ses exploits dans le monde créatif de la mode. Avec relativement peu d’œuvres exposées (dix toiles de peinture à l’huile et sérigraphies, une toile en tissu et trois sculptures en plâtre), la petite galerie présente le travail de l’artiste d’une façon assez simple voire classique. Accrochées sur les murs, bien espacées, les peintures attendent, seules, qu’on vienne les observer. Le caractère visible et spacieux de la présentation est indéniable dû aux murs beiges qui donnent toute l’attention aux œuvres. Ce samedi, donc, la plupart des visiteurs étaient des visiteuses : une femme d’âge mûr et quelques jeunes filles, sans doute étudiantes et fans du créateur de mode. L’une d’entre elles murmura à l’oreille de sa copine : « C’est beau et marrant à la fois », une remarque qui reflète bien le caractère ludique des œuvres…

…attractives
Les tableaux, de formats plutôt imposants, ont été peints à l’huile. Ils représentent des chefs d’œuvres classiques comme la Naissance de Vénus de Botticelli, reproduits par des peintres chinois (et oui, les peintures viennent de Chine !), un aspect qui ne dérange absolument pas Jean-Charles De Castelbajac à partir du moment où ils sont faits exclusivement pour lui. Une fois la commande reçue, l’artiste s’approprie les œuvres en apposant par-dessus des logos publicitaires ou des personnages de dessins animés grâce à la sérigraphie : technique d’imprimerie, dérivée du pochoir, qui consiste à utiliser des écrans de soie interposés entre l’encre et le support.

On se retrouve alors devant des œuvres déroutantes comme un portrait de Marie-Antoinette entaché par une énorme croix rouge sur le visage ou le Botticelli envahi par une nuée de Blanche-Neige (symbole du danger de la beauté selon l’artiste). Les tableaux sont très attractifs grâce aux couleurs vives qui attirent l’œil du spectateur. Par ailleurs, on remarque la présence de trois sculptures en plâtre au fond de la salle. Elles représentent des bustes de femmes sur lesquels l’artiste a simplement ajouté des perruques de couleurs assez vives, marque de fabrique propre au créateur de mode Castelbajac.

_

Jean-Charles de Castelbajac, White Goddess / White Princess, huile et sérigraphie sur toile, 270x175 cm, 2010. Photo. I. Nazir


Le message de l’artiste

Le thème de l’exposition est très intéressant et correspond à une actualité paradoxale de la part d’un créateur qui donne le ton dans le monde de la mode. Cette tyrannie de la beauté, édictée par les stylistes et les mannequins anorexiques qu’ils font défiler, rappelle en effet l’idée que la société impose un incessant désir de plaire selon des normes bien définies. La recherche de la beauté absolue et éternelle est tellement importante dans notre société qu’elle en devient même effrayante avec l’omniprésence des produits cosmétiques autour de nous. JCDC met en rapport deux époques et deux formes de terreur : la première correspond aux temps révolutionnaires du XVIIIème et XIXème siècle (comme celui des Trois Glorieuses) et la seconde est celle de la société actuelle. L’une est la terreur de l’Homme, l’autre celle de la beauté, toutes les deux pouvant être considérées comme une tyrannie.

Jean-Charles De Castelbajac a donc choisi d’illustrer sa pensée en reprenant de grandes œuvres classiques qu’il a volontairement dérangé en plaçant des logos, des signes ou encore des marques de produits de beauté. La beauté naturelle de ces tableaux est donc gâchée par l’utilisation de crème, de gélules ou autres artifices. Le travail de l’artiste met en évidence le fait que la quête permanente de  la beauté éternelle peut devenir une obsession et ainsi faire des ravages.

Parlons-en franchement
Le sujet et le concept de l’artiste sont assez intéressants et poussent à la réflexion. Seulement, Jean-Charles De Castelbajac donne peut-être une trop grande liberté d’interprétation en nous soumettant bien peu d’informations concernant les œuvres. Seule une simple étiquette indique le titre de l’œuvre, le type, les dimensions, c’est tout. Aucune explication, à nous de réfléchir et de faire notre propre enquête. Mais le message qu’a voulu faire passer l’artiste n’est très difficile à comprendre notamment grâce au titre de l’exposition qui aiguille judicieusement le spectateur qui ne se sent donc pas tyrannisé par l’incompréhension. Ironique, décalée, ambiguë, l’exposition de Jean-Charles De Castelbajac illustre un thème très intéressant à travers un bon concept. Belles œuvres, peu d’information, beaucoup de réflexion, The Tyranny of Beauty est une exposition que l’on peut aller voir si l’on a un peu de temps devant soi. Si ce n’est pas le cas, ce n’est pas si grave que ça, il est encore temps de faire un tour chez Sephora.

_

Jean-Charles de Castelbajac, Glory in coma, huile sur toile, 265x210 cm, 2009. Photo I. Nazir




Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.