Faut-il réhabiliter Margaret Murray ?

Il est d’usage, aujourd’hui, de vilipender l’anthropologue britannique Margaret Murray, qui s’est illustrée dans les années 20 et 30 par ses travaux sur le folklore médiéval anglais, et notamment sur l’imaginaire du « dieu cornu » des sorcières. Très appréciée en son temps (au point de s’être vue confier la rédaction de l’article « Sorcellerie » de l’Encyclopaedia Britannica, article qui sera réédité sans modification jusque dans les années soixante), Margaret Murray a fait l’objet d’attaques nourries, particulièrement de la part de l’écrivain britannique Elliot Rose qui, en 1962, dans un livre édité à Toronto, A Razor for a Goat. Ce mépris a été relayé par diverses autorités de l’histoire des religions, dont Mircea Eliade qui, dans Occultisme, sorcellerie et modes culturelles [1976], traduction 1978, se réfère à Murray d’une manière dont il serait bon de mettre en lumière l’ambiguïté.

On peut confronter les hypothèses de Margaret Murray sur le dieu cornu avec des romans, dont les uns, antérieurs, comme le célébrissime Tess d’Urberville, tendent à prouver qu’elle n’a pas tort au sujet du folklore anglais, tandis que d’autres (Les Dames du lac) témoignent de l’influence explicitement citée de sa pensée. Margaret Murray est une chercheuse qui a influencé la réception du Moyen Âge, tout en étant désavouée par ses pairs, ce qui a impliqué une diffusion anarchique de sa pensée.

Que penser en effet des attaques systématiques dont Murray est l’objet ? Une comparaison de sa méthode avec celle de ses collègues de l’époque, et l’analyse de ses travaux sur d’autres sujets que le folklore anglais médiéval montre que, si aujourd’hui on y trouverait à redire, Murray n’est pas spécialement à blâmer, loin de là. En somme, nous nous demanderons si ce n’est pas l’objet-même des recherches de Murray – le folklore médiéval anglais – qui entraîne un tel désavoeu. Dans Culture populaire et culture des élites dans la France moderne (XV-XVIIIe siècle), Robert Muchembled a fort bien montré comment un fort discrédit plane sur l’étude de la culture populaire. Dans quelle mesure l’étude du folklore médiéval n’entraîne-t-elle pas ipso facto une réaction idéologique de discrédit ?


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.