Rencontre Texto avec Coline Pierré

Le mercredi 7 avril 2021, à la BU de l’Université Sorbonne Paris Nord, les étudiant∙es de première année du Master professionnel MTI (Métiers culturels du texte et de l’image) ont fait la rencontre de Coline Pierré, autrice jeunesse et éditrice. En amont de la rencontre, les étudiant∙es ont lu des livres écrits ou édités par Coline Pierré et ont préparé les questions qui ont animée la rencontre, modérée par Mathilde Lévêque, enseignante et co-directrice du master. Les échanges ont été l’occasion de revenir sur la carrière d’éditrice et d’autrice jeunesse de Coline Pierré et de parler des processus créatifs et de l’engagement dans l’écriture.

Coline Pierré a toujours voulu se rapprocher de la voie de l’écriture. Après un parcours en licence d’information-communication à l’université Paris 8, elle s’engage dans la rédaction d’articles pour diverses entreprises. Son désir d’écrire est ravivé par la lecture de classiques jeunesse et au cours de l’année 2013, elle publie son premier livre jeunesse, Apprendre à ronronner, publié à L’Ecole des loisirs. En 2015, elle fonde avec l’écrivain Martin Page la maison d’édition Monstrograph, dédiée à la publication de livres dessinés et hors normes. Cette maison d’édition organise son lancement autour de deux livres écrits, dessinés à la main et publiés par leurs soins : Tu vas rater ta vie et personne ne t’aimera jamais et Encyclopédie des introvertis. Un premier livre collectif dédié aux conditions de vie et de travail d’un artiste intitulé Les artistes ont-ils vraiment besoin de manger ? est publié en 2018. Inspiré du podcast Bookmakers diffusé sur Arte, ce recueil collectif s’intéresse à la création, à l’engagement politique ou aux questions matérielles lorsque l’on est un∙e artiste. Après l’élaboration d’un site web, la création d’une association, un réel statut se profile et la maison d’édition se lance dans la production de deux essais sur la question du féminisme parus en 2020  Poétique réjouissante du lubrifiant de Lou Sarabadzic, et Moi les hommes je les déteste de Pauline Harmange. Le premier remporte un vif succès auprès du public et est repris aux éditions Le Nouvel Attila tandis que le deuxième, qui se rapporte à une défense de la misandrie, remporte un succès malgré lui et bien avant sa publication, suite à une polémique assez largement relayée dans les medias.

Après différents conseils pour lutter contre la procrastination en tant qu’écrivaine, l’autrice nous a également révélé les principaux thèmes des ateliers d’écriture qu’elle anime régulièrement au sein des bibliothèques ou des milieux scolaires. Les thèmes qui se rapprochent de l’imaginaire et de l’étrangeté sont très appréciés de l’autrice. Ces ateliers mettent en pratique le rapport entre l’écriture et le corps, ou des thèmes permettant de sortir de ces retranchements et barrières mentales. Ses activités s’organisent également autour de l’oralisation des textes ou des performances orales accompagnées d’instruments qui permettent aux textes d’avoir une existence sonore.

S’intéressant au processus créatif, les étudiant∙es interrogent Coline Pierré sur le choix du titre d’une œuvre. Elle explique qu’il peut survenir avant la rédaction comme pour les recueils Apprendre à ronronner et La fuite chez moi ou après la rédaction du livre, de façon plus difficile. Dans sa démarche créatrice, Coline Pierré a la volonté de ne pas être didactique et souhaite faire des livres qui font réfléchir tout en laissant libre cours à la compréhension et à l’interprétation de chacun. Par le biais de la fiction et de l’imaginaire, elle tend à questionner nos habitudes et les normes de la société en se centrant sur des thèmes tels que l’écologie ou le féminisme. Le choix personnel de l’autrice de s’orienter et s’engager vers la littérature jeunesse tient à la grande liberté qu’apporte cette littérature. Bien qu’elle soulève très peu d’intérêt et qu’elle soit peu médiatisée, elle donne selon Coline Pierré la possibilité aux auteurs et autrices de parler de tout, de manière frontale en faisant le choix ou non d’avoir recours à l’image. L’écriture étant plus directe, la littérature jeunesse est moins sujette à l’autocensure que dans la littérature générale et les recueils laissent également une plus grande place à l’émotion.

Cette rencontre enrichissante, à retrouver prochainement sur la chaîne Youtube de l’université, nous aura permis de faire la rencontre d’une éditrice et autrice jeunesse engagée, dont les livres sont disponibles au kiosque de la bibliothèque de l’université (fonds Livres au trésor).

Compte rendu rédigé par Léa De Barros, étudiante du M2 MTI, stagiaire de la structure fédérative Médialect. Nous remercions Stephen Oudart pour les photographies.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathilde Lévêque (16 avril 2021). Rencontre Texto avec Coline Pierré. Masters MTI pro Métiers du texte et de l'image & ALC recherche . Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/aykb


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.