Anne Larue, Du patriarcat de Teddy Bear au patriarcat de Tirex Bones : usages contemporains des archosaures (S2-S4, master ALC LICITHE / MTI)

 

Du patriarcat de Teddy Bear au patriarcat de Tirex Bones : usages contemporains des archosaures

Crédits : 6

Volume horaire : 24 h

Mode du cours : e-learning à distance

Mode d’évaluation : contrôle continu sous forme d’exposés et de travaux écrits supposant l’analyse personnelle de romans, de nouvelles ou de films ; contrôle final sous forme d’examen écrit (texte rédigé), durée 3 h

Présentation

Dans son essai Le patriarcat de Teddy Bear, la philosophe Donna Haraway définit un type de patriarcat reposant sur la glorification masculine de la chasse et du colonialisme au tournant des XIXe et XXe siècles.

En marge de cette réflexion, nous nous pencherons sur l’usage actuel, dans la fiction populaire, de deux groupes de la division des archosaures, animaux disparus depuis bon nombre de millions d’années : les dinosaures non-aviaires et les ptérosaures. Nous montrerons comment ces animaux, aujourd’hui qualifiés de “monstres”, sont prétexte, dans le cinéma américain, à une intensification forcenée du patriarcat “nounours” de naguère ; mais dans les romans, ce n’est pas forcément le cas. Tout le monde a vu Jurassic Park et ses suites ainsi que les Godzilla américains les plus contemporains ; mais qui connaît le premier des Godzilla, celui de 1954, où se lit la hantise japonaise des tremblements de terre, d’Hiroshima et de Nagazaki ? Hitoshi Matsumoto, dans Big Man Japan, évoque encore en 2007, sur un mode humoristique, cet antagonisme entre USA et Japon au sujet des “monstres”, mais aussi de la guerre et de la civilisation.

Plusieurs univers s’articulent donc autour de la représentation fictionnelle des dinosaures et des animaux qui leur sont associés : celui des romans et nouvelles de science-fiction, où les affinités complexes entre humains et “lézards” font l’objet de développements fins et profonds, non exempts de réflexions sur l’humanité comme sur le féminisme ; celui du cinéma américain avec son matraquage patriarcal répétitif (tous les films ont pratiquement le même titre) où des hommes armés tuent la grosse bête tandis que les femmes aiment leur mec et poussent des hurlements ; et enfin celui du cinéma japonais, qui s’inscrit à part avec son animation de monstre sous forme de “marionnette humaine”, très différente des machines américaines.

Alors qu’une formulation comme “dinosaures et féminisme” fait sourire ou sursauter, tant l’association entre l’univers masculiniste et les dinosaures semble aller de soi, nous nous demanderons comment les choses changent graduellement et nous réfléchirons aux possibilités offertes aujourd’hui, contre Hollywood et les docu-fictions sexistes, par les dernières recherches scientifiques sur le sujet (et plus particulièrement l’impact des dinosaures chinois à plumes) et notamment le MOOC Dino de l’université d’Alberta et les documentaires de la BBC.

En attendant la rentrée, vous pouvez vous inscrire au MOOC sur le dinosaures (gratuit, sur Coursera) et regarder ces documentaires le lundi soir 21 h sur France 4. Attention, le 3e documentaire du lundi est un docu-fiction sexiste alors que les deux premiers sont intéressants. Essayez de voir le Godzilla de 1954 et Big Man Japan qui passe actuellement sur Arte. Revoyez vos Jurassic Park (Netflix…) et essayez de lire les romans de Michaël Crichton correspondants.

Deux lectures s’imposent pour commencer : l’essai sur le patriarcat de Teddy Bear dans le livre de Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais, publié chez Exils en 2007 (livre bleu vif), et le livre de Jean Le Loeuff (un paléontologue qui s’intéresse aux représentations populaires de dinosaures), T. rex superstar. L’irrésistible ascension du roi des dinosaures, Belin, 2016. A cela il serait bon d’ajouter, de Robert Bakker, Le Ptérodactyle rose et autres dinosaures, publié en français en 1990 et qu’on ne trouve qu’en bibliothèque. Un exemplaire est disponible à la Réserve centrale des bibliothèques publiques parisiennes. Ce Bakker a joué un rôle essentiel dans la représentation des dinosaures vifs, intelligents, rapides (ce qui donnera les vélociraptors des films américains). Son chapeau de cow-boy des grandes plaines américaines est devenu si iconique que l’étudiant qui présente le MOOC de l’université d’Alberta sur les reptiles marins à partir du Trias porte le même !

Une liste de romans et de nouvelles à lire sera proposée au premier cours.  


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.