Le « top ten » des éditeurs de jeunesse… et les autres

Notes d’après l’introduction de Luc Pinhas au livre collectif paru à l’Harmattan en 2008 sur l’édition de jeunesse francophone ; je ne retiens ici que ce qui concerne les éditeurs en France métropolitaine.

C’est donc un état des lieux datant de 2008.

L’édition jeunesse a connu une progression plus forte depuis les vingt dernières années que la moyenne des activités éditoriales.

Elle correspond à 11,3% du chiffre d’affaires global de l’édition française 2007.

9 entités assurent 72% des ventes en 2006.

1. HACHETTE, éditeur « historique » de littérature jeunesse depuis le XIXe siècle occupe la première place.

2. EDITIS regroupe Nathan, Pocket, Hemma et Langue au chat. A aussi racheté Gründ en 2007.

3. BAYARD avec appui de Milan

4. GALLIMARD, sachant que le phénomène Harry Potter l’avait plutôt placé au même rang qu’Hachette (pas d’Harry Potter en 2006).

5. FLEURUS (groupe média participations, qui détient Mango)

6. L’ECOLE DES LOISIRS

7. FLAMMARION (Père Castor et Casterman)

8. LITO (2%)

9. ALBIN MICHEL (2%).

Rachats :

Hatier et Didier > Hachette

Casterman > Flammarion

Milan > Bayard

Gründ > Editis

Situation l’oligopole partielle1.

p. 11 : importance de la « reconnaissance symbolique », rôle des novateurs ».

« Que l’on pense ainsi, par exemple, à Etre, la maison de Christian Bruel, qui a succédé au Sourire qui mord, mais aussi à Rue du monde, à l’Atelier du poisson soluble, aux Trois Ourses, à Callicéphale, à MeMo, voire au Baron perché, la maison d’Adam Biro chez Vilo ou à Lo Païs d’enfance, dans le giron des éditions du Rocher depuis 2003 ».

Ce sont ces éditeurs (et d’autres !) qui nous intéresseront pour monter notre exposition. La recherche est ouverte, bonnes lectures !

  1. pour mémoire, art contemporain : le secteur est un oligopole à fanges []

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.