Les « oursolapins », de nouveaux jouets venus de Moscou

par Marina Pastoukhova

Avez-vous déjà vu des oursolapins? Quoi ? Vous pensez que ça n’existe pas ?  Eh bien, dorénavant si, au moins sous forme de peluches. Imaginés et cousus par une jeune créatrice de Moscou, Polina Pekatch, ces êtres insolites ont séduit non seulement des collectionneurs des « Teddy bears » mais aussi le jeune public qui adore jouer avec ces créatures en enlevant leurs pattes accrochées par des boutons. Nous avons réussi à échanger en exclusivité avec Polina sur ce sujet.

Aujourd’hui la famille de ces drôles d’ours grandit de plus en plus : après leur succès à l’exposition « Teddy Fun » à Saint-Pétersbourg où ils étaient choisis pour représenter le «visage» du salon, grands et petits amateurs de peluches commencent à les connaître et en demander un pour eux. Même l’idée des pattes qui s’enlèvent a paru tellement amusante que d’autres créateurs ont vite saisi du concept et se sont mis à fixer les membres de leurs peluches avec des boutons.

Les oursolapins ne se sentent plus les « extraterrestres » dans ce monde des « Teddys » car l’imagination de Polina continue à leur créer des frères aussi originals et étranges, en combinant toutes les matières possibles – cuir, tissus militaires ou anciens, châles à motif russe traditionnel.

En fait, c’est un morceau de tissu justement qui a inspiré la création du premier oursolapin. Tel Pinocchio, né d’un morceau de bois qui ne voulait pas être brûlé comme les autres, c’est un mètre de tissu destiné initialement pour un manteau qui a imposé son existence. Polina rêvait de fabriquer un ourson dès l’âge de 16 ans, quand elle regardait les images dans le portail des créateurs des jouets. Mais il a fallu attendre 7 ans avant l’apparition de son premier « bébé ». D’après la jeune créatrice, étudiante d’une école de design à Moscou, elle adore toute sorte de matériel artistique et parfois elle a même « l’impression que toute cette multitude des tissus, des dentelles, des couleurs veut l’expulser de sa propre chambre ». C’est ainsi que sa maison remplie de toutes sortes de matériaux, elle regardait le tissu du manteau dans une boutique et savait déjà qu’elle allait l’acheter, essayant tout de même de trouver au moins une excuse, pour justifier son achat. D’un côté, le tissu ressemblait à un caoutchouc marron et de l’autre c’était une fourrure artificielle douce d’un joli beige. Et hop ! Bingo ! Voici que l’idée d’une peluche bizarre lui traverse l’esprit : d’un côté un ourson vieilli, avec un bouton à la place de l’œil et de l’autre un lapin touchant !

Le tissu a été très compliqué à coudre, la machine mécanique n’y parvenait presque pas et les aiguilles ordinaires se cassaient à chaque fois, donc pour les sortir du tissu il fallait à chaque fois utiliser une pince. « La réalisation de l’oursolapin n’a pas été facile, raconte Polina, et en plus je me suis rappelée d’une poésie enfantine qui raconte l’histoire d’un ourson abandonné, que l’on a fait tomber par terre en lui arrachant une patte. » C’est ce souvenir qui l’a poussée à faire les pattes qui s’enlèvent en les accrochant avec des boutons de vêtements, ainsi le premier oursolapin pouvait être complètement décomposé (non seulement ses pattes, mais aussi sa tête et même la queue s’enlevaient).

Polina a failli abandonner le processus à plusieurs reprises, tant le tissu était compliqué. La peluche a mis du temps à venir surtout à cause de longues pauses dans  le travail. Une semaine seulement après avoir commencé, la créatrice a arrêté de coudre. Puis ont suivi presque 6 mois d’arrêt, avant que Polina ne retrouve la volonté de recommencer. Elle a été inspirée par un devoir à son école de design : il fallait inventer une image de marque pour une société imaginaire. « Je travaillais sur l’image d’un site de la prose littéraire d’avant-garde et c’est là où je me suis rappelée de l’oursolapin qui correspondait le mieux au caractère du projet. »

Après tout se passe comme d’un coup de baguette magique : une fois l’oursolapin fini et les examens passés, Polina voit une affiche de l’exposition Teddy à Moscou. Résolue d’y participer, elle décide de voir les organisateurs avec ses créations, n’étant pas sûre qu’elles correspondent vraiment à la catégorie « teddys». Et là non seulement l’oursolapin a été approuvé pour être exposé, mais les organisateurs décident de l’acheter. Polina qui à l’époque n’était pas renseignée sur les prix de ce type de travail, accepte de fabriquer un autre exemplaire de jouet presque en cadeau. Après ce succès, l’oursolapin va s’exposer à Saint-Pétersbourg où il devient l’image de la foire « Teddy Fun » 2011. Après tous ces défilés, il se fait acheter par un collectionneur de Londres, devenant ainsi l’ourson le plus cher vendu en Russie.

Aujourd’hui la fabrication de l’oursolapin reste artisanale et il existe un nombre d’exemplaires limité. Le prix d’un exemplaire varie autour de 150-200 euros. Mais juste après la première publication sur le Web, les fabricants des jouets à Saint-Pétersbourg ont volé l’idée des pattes fixées sur les boutons. Comme en Russie les droits d’auteur ne sont pas très bien protégés, il faut chercher de nouvelles idées plus vite que les concurrents n’arrivent à s’en saisir. En tout cas les oursolapins se préparent maintenant pour venir à l’encontre des amateurs de jouets européens, au Salon de l’Ours en Peluche en septembre à Paris. Donc le travail sur la nouvelle collection est en cours en ce moment. En même temps, Polina s’occupe de la diffusion de sa marque qu’elle a nommé « Aguai », ce qui veut dire « différent, autre » un chinois. Le site Web www.aguai.ru vient de voir le jour, elle prend part également à des concours et à des forums thématiques sur Internet. Pour le prochain salon, un tirage de cartes postales avec les oursolapins est également prévu. Polina rêve de créer une collection d’oursolapins plus accessibles pour les enfants, en utilisant des matières souples et sécurisées.

Les petits adorent l’idée des pattes qui s’enlèvent, cela les distrait beaucoup. Cela fait travailler aussi leur imagination, ils aiment changer des pattes et observer le résultat. En plus, avec plusieurs jouets, cela devient presque comme un jeu de construction. Les enfants ont l’habitude de demander : « Qui est sa maman ? C’est une ourse ou une lapine ? »

Apparemment, les enfants aiment bien l’originalité de ces jouets. Dans la culture enfantine soviétique, on a déjà connu un personnage difficile à définir mais adoré par plusieurs générations. Il s’appelle Tchébourashka, et aujourd’hui il y a même un musée qui lui est consacré. Créé dans un livre, il a été rendu vivant dans une série de dessins animés qui n’a pas perdu son actualité et est même traduite en plusieurs langues, y compris le japonais.

C’est ce côté de conte devenu la réalité qui attire les enfants envers les oursolapins et donc dans le futur proche, verra-t-on les oursolapins défiler dans les chambres des enfants du monde entier ?


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.