Les « temples mégalithiques » maltais sont-ils vraiment des temples ?

Un des atouts de l’archipel de Malte (avec la douce chaleur en plein hiver) est la présence d’un nombre très grand de structures mégalithiques.

Les humains sont attestés sur les îles vers 7000 ans BP. La grotte de Ghar Dalam (prononcer « ardalam »), à Malta, porte des traces de cette vie où on cultive, où on élève des animaux, où on fabrique des poteries.

Ggantija (prononcer « djigantia »), à Gozo, est une structure mégalithique légèrement plus vieille que Stonehenge : elle date de 5500 BP. L’île de Malta héberge de nombreuses structures datant d’un peu plus tard. Toutes affectent une forme trilobée, avec plus ou moins de lobes.

Tout le monde répète que ces structures sont des « temples ».

Les travaux de l’archéologue Marija Gimbutas, qui s’est intéressée aux cultures pré-indo-européennes, permettent de relier les « temples » de Malte à une époque où les structures mentales de la patriarquie n’existaient pas encore. Nanti/es de ce cadre mental, on s’interroge dès lors sur la destination de ces édifices. Un pli patriarcal, principalement nourri de la pensée du XIXe siècle (antiféministe et religieuse) conduit à penser que le bâtiment est un « temple », avec des « absides », des « autels », et un « saint des saints ». Tel est le discours officiel, entériné par les autorités (à Malte, il existe même une institution officielle qui se consacre à la maintenance des « temples mégalithiques » : c’est dire combien ce préjugé est passé dans les mentalités d’aujourd’hui).

En réalité, rien ne permet de dire que ces structures sont des « temples », sinon notre actuelle manie de la religiosité (typique en réalité de notre siècle, le XXIe). Daniel Dubuisson a dénoncé, dans ses ouvrages, notre « mirceaéliadisme », si je puis dire, c’est-à-dire notre tendance à boire sans réfléchir diverses âneries infondées sur les « hiérogamies » (un beau mot bien savant pour une notion bien creuse) et le « sacré ». Clairement, ces habitudes mentales nous conduisent à voir du religieux partout.

Mais une statue (on en a trouvé dans les structures mégalithiques) n’a pas forcément un but religieux : ce peut être un jouet, une décoration, un souvenir, un art basé sur le plaisir de l’imitation. Des statues et des statuettes, nous en produisons aujourd’hui dans un but non religieux : figurines, poupées, produits dérivés, pères noël en plâtre, bibelots, monuments aux morts… Une statue ne signe pas forcément l’utilisation « religieuse » d’un lieu.

Quant à la déformation volontaire (ici de grosses jambes, des épaules larges…) elle peut très bien être intentionnelle. Par exemple, nos mascottes géantes ont une grosse tête, ce qui ne veut pas dire qu’on ne sait pas comment est fait un corps humain. Nos Mickeys à Disneyland sont des humains zoomorphes sans qu’on ait besoin d’inventer du « sacré », des « sorciers », des « masques rituels ». Les humains de jadis avaient AUSSI le droit de s’amuser, de faire de l’art ou de déformer intentionnellement la réalité.

Ils peuvent aussi la déformer dans un tout autre style comme on le voit par exemple dans des espèces de pièces de jeu d’échecs (?), des statuettes qui étaient précieusement gardées, roulées dans un morceau de cuir. Là, quel que soit l’usage de ces objets, l’intention stylistique est différente. Aussi différente que peut l’être un manga et un visage peint par Frida Kahlo, par exemple.

Des os calcinés d’animaux, comme on en a trouvé à Tarxien (prononcer : tarchienne), ne traduisent pas forcément un « sacrifice » : cela peut aussi être un bon barbecue. Les « autels » sont des tables ou des petits socles. Le « saint des saints » et les « absides » sont des lobes.

Le « trou d’oracle » est un trou, bien utile pour regarder ce qui se passe de l’autre côté du mur. Ce n’est pas la peine d’inventer sans preuve des histoires pythiques, il y a plus simple.

Bref, l’interprétation des « temples » maltais n’est qu’un roman patriarcal, issu d’une société qui ne peut concevoir autre chose qu’elle-même et que ses préjugés : haine des animaux (que l’on va forcément « sacrifier »), haine des femmes (on parlera dès lors des « hommes préhistoriques », des « hommes du néolithique », des « hommes des cavernes, etc.), désintérêt total pour l’accouchement, pour l’enfance, préjugé qui fait voir du « religieux » partout (un vrai asile d’ignorance, le « religieux », et qui cloue le bec de tout le monde, par effet d’autorité), etc. Nous plaquons nos propres préjugés sur la préhistoire et les temps très anciens. Peut-on tenter d’en faire abstraction une minute ? Essayons.

Quel est le principal besoin des humains préhistoriques ou d’époques très anciennes ? Edifier des églises, vraiment ? Pourquoi pas tout simplement se loger ? N’est-ce pas plus urgent que la prétendue « religion » ? Après tout, une « abside », pour reprendre ce vocabulaire plaqué, c’est aussi une chambre dans un tente avec des cloisons. Et si ces fameux « temples » étaient des logements pour les humains de l’époque ?

Ils affectent la forme de la femme – elle-même fort multilobée à Malte : toujours représentée avec de larges épaules rondes, des hanches plantureuses, des jambes quasi-sphériques. Si on regarde le plan de haut, la ressemblance entre la forme d’une femme telle que les gens de l’époque la représentaient et celle de la structure mégalithique est frappante.

Voici la photo d’une figurine du musée archéologique de Victoria et celle du plan de Ggigantja, qui figure dans le même musée.

On peut donc se demander si les humains de l’époque (qui pouvaient être fascinés par l’accouchement) n’ont pas eu envie, la nuit, de se blottir symboliquement dans les creux de la donneuse de leur vie, afin de se protéger des prédateurs et de l’extérieur par des murs bien ajustés. Cela ne veut pas dire qu’ils avaient « un culte de la fertilité » ; ce pourrait être beaucoup plus simple que ça. On pourrait penser assez logiquement que femmes, hommes, enfants aimaient à se protéger symboliquement dans ce ventre de la baleine, remontant dans la matrice par la représentation de l’endroit dont ils sont tous sortis, tout en se protégeant réellement (quelle fonction, élémentairement, pour de tels murs, si grands et si solides, sinon la protection ?). Les maltais n’avaient pas besoin d’un lieu intérieur où manger, où vire : mais un lieu où dormir. Un lieu où on ne mangeait pas : aucun résidu de nourriture ou de feu n’a été retrouvé (sinon des feux bien plus tardifs, qui sont une autre histoire). Un lieu où on n’enterrait pas les morts : aucun squelette n’a été retrouvé. Simplement un lieu où se réfugier la nuit.

N’est-ce pas ce que représente Niki de Saint-Phalle avec sa gigantesque statue La Hon (La Elle) ? On voit les visiteurs de l’exposition entrer par là. Ce n’est pas « sexuel » au sens où nous l’entendons aujourd’hui.

Dès lors, on n’aurait besoin ni de temple, ni de déesse, ni de culte, ni de tout le fourniment. Mon hypothèse est économique !

Il reste à plaindre les premiers Maltais, comme on a pu plaindre les suivants (victimes à toutes les époques de vagues de colonisations, de violences et de guerre, que ce soit les « grands Maîtres », les Britanniques, les bombes !). Ces gens vivaient paisiblement et de manière raffinée. Ils étaient sans doute peu nombreux, aimant les animaux qu’ils représentaient en frises, ne se battant pas de façon sophistiquée, s’ils se battaient. Ils étaient très bons en architecture et en poterie. Cette civilisation a été ruinée d’un seul coup par d’autres gens venus d’ailleurs, des gens qui enterraient leurs morts au lieu de les brûler, qui proclamaient la supériorité masculine (inconcevable, quand on y pense…) qui avaient des armes sophistiquées et qui ne savaient ni tourner ni bâtir.

La civilisation dite « des kourganes » (en référence à un tumulus sous lequel étaient enterrés les morts) a débuté dans le Caucase, entre deux fleuves. Elle s’est rapidement propagée. Elle était composée de guerriers, pasteurs, qui avaient des chevaux pour rassembler des troupeaux, des armes de métal, et le germe d’un système de pensée qui n’avait rien à voir avec celui de civilisations précédentes, qu’ils ont détruites. Les îles méditerranéennes, comme Malte, ont résisté longtemps. Longtemps, à Malte, on a aimé les serpents, comme en Crète ou à Chypre : l’histoire de saint Paul se faisant mordre par un serpent et n’en mourant pas, ô miracle, est bien celle de l’ancienne civilisation écrasée par le nouveau pouvoir patriarcal. Longtemps on a décoré les poteries de motifs courbes et parallèles, si différents de ce qui a suivi. Longtemps on s’est battu avec des piètres armes, longtemps on a représenté des femmes rondes sous forme de statuettes ou de plans de bâtiments. Et puis, les autres sont arrivés, et depuis c’est, comme dirait Tolkien, le règne des Hommes (au sens masculin du terme). Encore une civilisation bientôt disparue, sans doute…

Anne Larue (université Paris 13)


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.