Hue Dada!

par Marie-Sophie Lhote

L’histoire de Dada, première revue d’art pour enfants

Dada est née en 1991, sous l’impulsion d’Héliane Bernard et de Christian-Alexandre Faure. Le premier numéro paraît en décembre 1991. Ces deux historiens de l’art ont pris conscience qu’il n’existait pas d’outil pour initier les enfants à l’art.

Extraits du premier éditorial de la revue :

« Pourquoi une revue d’art pour les enfants ? Jusqu’à aujourd’hui aucune revue d’art ne s’adresse aux enfants. Pourtant l’initiation à l’art devrait commencer par eux. Il faut, pour bien regarder adulte, pour accéder à l’amour de l’art, pour donner envie de créer, avoir le bonheur de recevoir les clés. Elles ouvrent des portes merveilleuses. Pourquoi Dada ? En prenant ce titre, nous rendons hommage à l’un des mouvements artistiques les plus fondamentaux du siècle, mouvement éphémère mais essentiel par ses propositions innovantes, sa générosité, sa remise en cause des poncifs de l’académisme, la participation d’artistes très jeunes […]. Dada est une revue qui ouvre l’œil sur les différentes tendances de l’art actuel et sur tous les modes de création d’aujourd’hui. Mais elle est aussi, comme un fil conducteur des regards sur le passé et l’histoire de l’art qui éclairent les cultures et nos façons de pensées. »

Le sous-titre de la revue évolue dès la seconde parution : Dada, première revue d’art pour les enfants de 6 à 106 ans.

En 1994, après douze numéros publiés de manière indépendante, la revue rejoint les éditions Mango. En 2003, ces mêmes éditions sont rachetées par le groupe Média-Participations. Les deux fondateurs de la revue quittent la rédaction et sont suivis par l’ensemble de leur équipe. Jean Poderos reprend le poste de rédacteur en chef et Dada fête son centième numéro consacré à l’autoportrait. En 2005, la revue est reprise par Brigitte Stephan et Didier Baraud, tous deux créateurs des éditions Palette. Dada s’enrichit d’une nouvelle rubrique sur l’actualité culturelle. En 2008, Antoine Ullmann, directeur des éditions Arola et ancien membre de la rédaction de Dada, rachète la revue. Il travaille en collaboration avec Christian Nobial, arrivé dans l’équipe rédactionnelle en 2004.

Qu’est-ce que Dada ?

Dada est la première revue d’art qui s’adresse aux enfants.

Dada, c’est cinquante-deux pages d’images, d’informations, de découvertes, de poésie, d’ateliers de création, sur un thème chaque mois différent. Les images sont grandes car les enfants sont habitués aux grands formats. Les textes sont courts et exigeants car les petits sont des grands lecteurs à qui l’on ne ment pas.

Dada décortique et décode les images. Elle donne des repères d’histoire de l’art, ouvre les esprits aux interprétations multiples et incite à la création. Dans une interview publiée dans Le Journal des Enfants (voir la rubrique Média du 28 Mai 2010), Antoine Ullmann explique que « nous vivons dans un monde d’image sans qu’on nous apprenne à les lire. A l’école, les enfants font des analyses de textes mais jamais d’images ou de films. En lisant Dada, les enfants peuvent apprendre cette lecture tout en s’initiant à l’art […]. Nous prenons l’art au sérieux ». Dada est donc une fenêtre sur le monde.

Dada existe depuis dix-neuf ans et fait partie des revues qui se regardent et se gardent comme des livres. Pour preuve, on ne la trouve que dans les librairies et non pas chez les marchands de journaux. Son but est d’intéresser les plus jeunes, qui sont son principal lectorat. La revue peut se lire dès l’âge de huit ans, mais des enfants plus jeunes peuvent aussi s’y plonger grâce à la présence d’une bande dessinée et d’un jeu. Dans chaque numéro, un illustrateur contemporain, comme Blexbolex, Killofer ou Betty Bone, se voit confié la réalisation des ouvertures de rubriques et de plusieurs pages sur la thématique du mois.

Dada rassemble des critiques d’art, des plasticiens et des conseillers pédagogiques en arts plastiques, qui essaient de donner des clés aux enfants pour les sensibiliser aux différentes formes d’art. Très portée sur l’art contemporain, la revue n’oublie cependant pas le passé et établit des liens avec le présent et évoque des permanences. Pour exemple, dans un dossier sur les murs peints, le lecteur trouve des références aux fresques des tombeaux des pharaons.

Extrait du site internet de Dada :

« Un lien… vaut mieux que deux tu l’auras

Dada, c’est une revue.

Dada, c’est prendre l’art au sérieux tout en s’amusant !

Dada, c’est une équipe de quatre graphistes qui vous font des numéros tout beaux.

Dada, c’est un bureau rouge, jaune et bleu (promis, on vous y emmène bientôt !).

Dada, c’est des ateliers réalisés par des artistes d’aujourd’hui.

Dada, c’est toute une famille d’auteurs qui vont et qui viennent.

Dada, c’est un étalon noir

Dada, c’est un livre d’artiste, avec chaque mois un illustrateur

très connu ou pas encore.

Dada, c’est… A vous de nous le dire ! »

Dada et son contenu.

Dada est organisé autour de trois grandes rubriques, qui sont autant de manières différentes d’aborder l’art :

Le dossier, qui chaque mois traite, par le biais d’une série d’articles, d’interviews et de portraits, la vie d’un artiste, un courant ou un thème artistique. Ces articles sont abondamment illustrés avec des reproductions d’œuvres. Ils présentent  les principaux aspects de l’artiste ou du thème étudié, en le replaçant dans son contexte et en ouvrant sur les influences qu’il a produit sur les arts plus récents. Cette rubrique se termine par un glossaire : « l’abcd’art ». Il couvre toutes les époques de l’histoire de l’art. D’abord thématiques, les dossiers sont ensuite devenus de plus en plus monographiques, avec une dominante pour l’art moderne et contemporain.

Les ateliers abordent, par la pratique, le thème du dossier. Ils amènent  les enfants par la peinture, le dessin, le collage ou la sculpture, à développer leur créativité et à réaliser leurs propres œuvres.

Les ARtualités sont une sélection d’expositions et de livres qui font l’actualité culturelle du mois. Un musée est présenté à travers une bande dessinée et un jeu.

La plupart des numéros sont réalisés en partenariat avec un grand musée français comme le Louvre, le Centre Pompidou, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, le Musée Fabre, la RMN, le Grand Palais ou encore le MacVal.

Dada est une revue d’art pour les enfants, mais c’est aussi un outil pédagogique pour les parents et les enseignants de la maternelle au lycée. Avec un très grand nombre d’écoles et de collèges parmi ses abonnés, Dada est donc une référence dans le domaine de l’éducation.  Elle a reçu en 2010, le label de l’ANCP, Association Nationale des Conseillers Pédagogiques.


Une réflexion sur « Hue Dada! »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.