C’est la récré!

par Marion Moutafis

« J’te cause plus ! », « Qui veut du sable doux ? », ou encore « Plouf plouf, une boule en or c’est toi qui sors ! » : autant de répliques et de formulettes que les adultes pourraient entendre s’ils arpentaient de nouveau les cours d’école, ou se remémorer en réactivant leurs souvenirs d’écoliers

La récréation, ou son abréviation familière, récré, correspond à un temps scolaire, « un temps de repos, de liberté accordé aux élèves entre deux cours, deux classes, pour qu’ils puissent se délasser » nous indique le Dictionnaire culturel en langue française Le Robert. Il s’agit bien de ranimer les effectifs, du latin « recreare », en leur accordant un moment dont ils peuvent jouir comme ils l’entendent, ou presque, sous le regard bienveillant et non intrusif, du moins en principe, des professeurs des écoles. Pour les sociologues, la récréation est un temps de repos précieux que partagent les enfants avec leurs pairs, un « entre-enfants » qui est aussi un temps d’apprentissage et d’expérimentation où sont appréhendés les différents rôles sociaux, où peuvent se nouer des amitiés solides et où différentes valeurs sont partagées. Les enfants entre eux élaborent et perpétuent une culture ludique de même qu’ils tendent à former une société enfantine.

La cour de récréation, un espace à conquérir

En 2002, le photographe John Offenbach réalise Jeux d’enfants, une campagne de publicité pour la marque de vêtements Petit Bateau. Il représente, à la manière du peintre flamand Pieter Bruegel, une multitude d’enfants jouant dans un espace découvert comme ils le feraient dans une cour de récréation. Le tableau de Bruegel comme la photographie donnent une impression de désordre et d’occupation anarchique des lieux, impression de désordre apparent que l’on peut également ressentir en observant cet espace bruyant qu’est une cour de récréation. Néanmoins, l’occupation de l’espace par les enfants est loin d’être anodine. En effet, ils s’approprient un lieu spécialement aménagé pour eux et en exploitent les différentes possibilités. Ils utilisent pour leurs jeux des structures déjà présentes – toboggans, bacs à sable en maternelle, marelles dessinées au sol de façon permanente – et assignent des fonctions aux moindres recoins de la cour. Des habitudes de jeu se mettent en place progressivement. Aussi le préau permet-il par exemple d’abriter les parties de réussite. Les parties de football ont lieu au milieu de la cour et les racines des arbres offrent un terrain intéressant pour les billes. Certaines activités requièrent une exposition au regard d’autrui tandis que les enfants recherchent l’intimité des cachettes pour se livrer à des activités plus secrètes et transgresser les interdits des adultes. L’espace récréatif se décompose alors en territoires revendiqués et parfois longtemps convoités par les plus jeunes lorsqu’il s’agit du coin des « grands ».

Rites d’interaction et transmission d’une culture ludique

La sociologue de l’enfance Julie Delalande adopte dans ses travaux universitaires une approche ethnologique et décrit la cour de récréation comme une « micro-société ». Cette société enfantine est le théâtre d’un certain nombre d’interactions, en particulier, et ce dès l’école maternelle, le don et l’échange. Le don permet aux enfants de nouer des liens amicaux, de s’intégrer à une communauté. Il représente donc un moyen de se faire coopter par ses pairs. L’échange peut parfois poser problème dans les cours de récréation lorsqu’il s’agit d’échanger des cartes Pokemon et autres figurines de collection, ces transactions économiques étant parfois à l’origine de conflits et de bagarres plus ou moins sérieuses entre les enfants. Certains établissements scolaires interdisent donc la présence de ces objets personnels dans les cours pour éviter les sources de discorde.

La dimension collective des jeux implique une interdépendance et une répartition des rôles. Les enfants suivent une règle qui permet le bon déroulement du jeu. Julie Delalande évoque notamment une « loi des pairs » qui vient réguler les pratiques ludiques et à laquelle il convient de se conformer. Les enfants partagent donc des valeurs, les tricheurs déclarés ou reconnus comme tels étant souvent rapidement écartés du jeu. Le jeu permet de développer une forme de solidarité, chacun devant trouver sa place dans les relations interpersonnelles qui sont établies. Les enjeux sont divers, mais les rapports de force et les luttes de pouvoir ne sont pas étrangers aux pratiques ludiques des cours de recréation.

Le rôle des « leaders » est essentiel. Ces enfants, choisis par leurs pairs, organisent et encadrent les jeux. Ils tentent de régler les conflits et fédèrent autour d’eux un groupe. Ils lancent parfois des modes qui sont suivies par les autres, l’imitation permettant aux enfants d’apprendre une pratique ludique, de se l’approprier et surtout, d’intégrer un groupe. Cela crée du lien social et participe de l’élaboration d’une « culture enfantine » que J. Delalande définit comme un « ensemble de pratiques, de connaissances, de compétences et de comportements qu’un enfant doit connaître et maîtriser pour s’intégrer parmi les siens »[1].

La récréation est donc un moment privilégié pour les enfants qui partagent,pérennisent et surtout réinventent une culture ludique parfois multiséculaire (on pense ici aux billes ou à certains jeux d’adresse, entre autres). Les enfants, qui sont à considérer comme des êtres sociaux à part entière, s’organisent et expérimentent, au quotidien et entre pairs, la vie en communauté.

Bibliographie sélective :

DELALANDE Julie, La Cour de récréation, Pour une anthropologie de l’enfance, Rennes, P.U.R., coll. Le sens social, 2001.

DELALANDE Julie, La Récré expliquée aux parents, De la maternelle à l’école élémentaire, la vie quotidienne dans une cour d’école, Paris, Louis Audibert, 2003.

REY Alain (dir.), Dictionnaire culturel en langue française, Paris, Le Robert, 2005 (article de Fabrice Moulin sur l’école, tome 2, p. 275-280, article de Guillaume Coqui  sur la pédagogie et la didactique, tome 3, p. 1494-1498).

Sociétés et cultures enfantines, textes réunis par Djamila Saadi-Mokrane, Actes du colloque international organisé par les CERSATES et CEF, Université Charles de Gaulle Lille 3, 06/07/08/11/1997, Villeneuve d’Ascq, Université Lille 3, coll. UL3 travaux et recherches, 1999.


[1] Julie Delalande, La Récré expliquée aux parents, De la maternelle à l’école élémentaire, la vie quotidienne dans une cour d’école, Paris, Louis Audibert, 2003, p. 49.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.