Lectures nocturnes

Lecturnes, une exposition sur la nuit chez les petits éditeurs jeunesse _


par Magali Nachtergael

Cette exposition réalisée par les étudiantes du Master MTI Métiers du Texte et de l’Image s’est tenue du 7 au 11 décembre au Café Expo du Campus de Paris 13 – Nord, Villetaneuse. Autour des petits éditeurs jeunesse et sous la houlette de Mathilde Lévêque, Véronique Soulé et Anne Larue, les étudiantes ont mis en scène la nuit dans les livres jeunesse et dans le forum de l’Université. Pour quelques jours, cette dernière s’est ouverte à un tout nouveau public de lecteurs, assez inhabituels…!

Avez-vous déjà rêvé de feuilleter un livre à la lumière de la lune ? Sur d’épais matelas parsemés de coussins, le lecteur insomniaque était invité à s’allonger sous la clarté diaphane d’une immense bulle de lumière et à ouvrir un des nombreux albums disposés autour de cet îlot de tranquillité. Au beau milieu de l’université Paris 13, à Villetaneuse, qui aurait imaginé un jour pouvoir se réfugier dans un cocon chaleureux pour replonger le temps d’une pause lecture dans l’atmosphère enfantine de la nuit ? Grâce au travail des étudiantes en Master Pro MTI (Métiers du Texte et de l’Image), grands et petits étaient invités à faire resurgir le plaisir de se cacher dans la pénombre et lire sous les couvertures. Au risque d’y rencontrer les mystères et les angoisses qui rôdent dans le noir !

La nuit en plein jour

La premier défi de cette exposition-lecture, la mise en scène de la nuit dans un espace d’exposition, le Café Expo, qui jouxte directement le service culturel de l’Université. Le lieu a les volumes d’un grand container, placé en hauteur au-dessus d’une cafétéria très fréquentée.  Tout autour, une grande verrière appelée le « forum », au cœur du campus, très ouvert, lumineux et aéré. Autant dire que le choix de la nuit et de l’obscurité induisait immédiatement un fort contraste avec cet environnement pour le moins ouvert sur l’extérieur. Lecturnes joue donc la possibilité d’un repli dans la nuit et les livres, dans un cocon isolé du tumulte diurne. De l’affiche à la scénographie faite de noir et blanc, l’exposition met en scène le contraste, tant dans sa scénographie que dans le choix des livres.

Scénographie du livre

La seconde gageure est, en terme muséographique, de proposer un dispositif d’exposition du livre, un objet particulièrement rétif à la projection sur les murs. Pour permettre à la fois une belle mise en scène de l’objet livre, mais aussi un accès libre à son contenu, les commissaires ont pris un parti astucieux en utilisant à leur avantage les contraintes du lieu. Ainsi, un grand bloc latéral qui coupe l’espace de ce white cube a été transformé en table de lecture géante. Les livres, alignés mais disponibles à la manipulation, sont chacun éclairés d’une petite lampe qui les illumine comme de petites œuvres d’art. Un cartel joliment collé et découpé en forme de livre donne les indications complémentaires sur l’album : on aurait cependant aimé en savoir un peu plus sur ces petits éditeurs  dont le travail porte résolument à l’admiration. Mais c’est évidemment l’espace de lecture lui-même, illuminé par cette lune géante gonflée à l’hélium, qui attire le visiteur au centre et l’invite à s’abandonner au calme le temps d’un album.

Les enfants viennent lire à l’Université

Les livres choisis font évidemment écho à cette scénographie originale, puisque leur point commun est la nuit dans les récits pour enfants. Dans des bacs prêtés par le collectif Livres au Trésors et remplis par diverses bibliothèques de Plaine Commune, on peut choisir un album qui nous plongera dans une aventure nocturne : Une histoire sombre, très sombre, de Ruth Brown nous fait progresser avec un suspens humoristique dans les recoins les plus obscurs d’une maison qui semble abandonnée. Mais de véritables perles noires se cachent aussi entre les zones d’ombre et de lumière de l’exposition : Vues d’ici par Joëlle Jolivet et Fani Marceau (aux éditions Naïve) ou le très graphique Pleine lune, écrit par Antoine Guillopé (chez Th. Magnier). Parmi les petits éditeurs que l’on a pu rencontrer, Benoît Jacques, Motus ou La Joie de Lire produisent des livres comme des objets artisanaux, rares et précieux. La librairie Folie d’encre était aussi présente et proposait une sélection d’ouvrages à la vente : coïncidant avec la fête des enfants sur le campus de Villetaneuse, jamais autant de petits lecteurs n’aura déferlé au Café Expo. On ne peut que se réjouir de voir les enfants d’écoles et centre aérés alentours venir lire à l’Université, en attendant qu’ils y reviennent, dans quelques années, pour y poursuivre leurs études !

Les grands…

et les plus petits.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.