Sur un Plateau, le Frac Ile de France


Le Plateau : un lieu d’échanges artistiques

par Iram Nazir
_
En France, quelques grandes institutions participent à la transmission de la culture. En accord avec le Ministère de la culture, les FRACs (Fonds Régional d’Art Contemporain) jouent aussi un rôle important dans le partage du monde culturel et artistique en France, particulièrement en art contemporain. Mais à quoi ressemble cette institution et comment est-elle représentée en Ile-de-France ?


Entrée du Frac (à l’arrière-plan Jean Luc Godard, Lettre à Freddy Buache, 1981) Photo Martin Argyroglo. Courtesy Frac IDF.

Qu’est ce que le FRAC ? Et le Plateau?
Créé en 1983, le FRAC est une institution qui favorise la création artistique, achète des œuvres et les diffuse dans des lieux partenaires en région. Le FRAC a essentiellement trois missions : la constitution d’une collection artistique, la diffusion par le billet de prêt d’œuvre et la médiation culturelle. Tout cela pour qu’il y ait une vraie sensibilisation du grand public à l’art contemporain.

En 2002, la région Ile de France et la Ville de Paris ont soutenu la création du Plateau (dans le 19ème arrondissement de Paris), un espace d’exposition du FRAC Ile de France. A partir de ce moment, le FRAC a pu développer son activité en favorisant l’accès aux œuvres. De plus, c’est devenu un centre d’art où ont lieu des productions d’œuvres (le FRAC finance la réalisation de ces œuvres), des expositions inédites (expositions temporaires), que le public peut enfin visiter.

Le fonctionnement d’un FRAC
Avec 900 œuvres dans sa collection, le FRAC Ile de France est dirigé par Xavier Franceschi qui a un rôle important dans le choix des thèmes d’exposition mais aussi dans le choix des artistes. Xavier Franceschi ne choisit pas seul, il est accompagné d’un comité artistique qui se réunit deux fois par an pour choisir les œuvres à acheter. Ce choix doit être validé par le conseil d’administration. Le FRAC Ile de France a le statut d’association majoritairement financée par la région Ile de France, le Ministère de la culture et la Ville de Paris (96% du financement vient des fonds publics), son budget annuel est de 305 000 euros. La collection du FRAC est donc publique, par conséquent, elle est soumise à l’inaliénabilité : les œuvres ne sont pas à vendre… elles font partie du bien public.

Le Plateau et l’enseignement
La médiation culturelle est une des missions du FRAC, surtout auprès des enfants et des jeunes. Une équipe de 13 personnes travaille avec les 3 académies d’Ile de France  (Créteil, Paris et Versailles) afin de proposer à la jeunesse un véritable accès au monde artistique contemporain. L’action culturelle éducative se développe essentiellement à l’Antenne, espace pédagogique situé au 22 cours du 7ème art à Paris. L’équipe de l’action culturelle dont est chargé Gilles Baume, propose plusieurs activités pour que les enfants découvrent l’art de façon ludique : peinture, photographie, collages, etc. Toutefois, l’équipe veille à ce qu’il y ait toujours un lien avec le programme de l’Education nationale. D’ailleurs, elle accueille une fois par semaine un enseignant, le critique d’art Judicaël Lavrador, qui les aide à établir des programmes spécifiques. L’organisation du FRAC a donc une vraie volonté de transmettre un savoir artistique auprès des plus jeunes.

L’exposition actuelle au Plateau
Chaque année, quatre expositions temporaires sont organisées au Plateau. Deux d’entre elles sont réalisées par le directeur même du FRAC, Xavier Franceschi, les deux autres sont organisées par un commissaire d’exposition invité, actuellement, Guillaume Désanges. Il a notamment organisé une série d’exposition intitulée « érudition concrète », mettant en avant la relation que les artistes entretiennent avec les œuvres en insistant sur le lien entre art et savoir. Ainsi, se succèdent diverses expositions sur ce thème : « La Planète des Signes » ;  « Prisonniers du soleil » ; et la prochaine, qui s’intitulera « Nul si découvert ».

La dernière l’exposition orchestrée par Guillaume Désanges au Plateau avait pour titre Les vigiles, les menteurs et les rêveurs (15 septembre-14 novembre 2010) dans laquelle les artistes, à travers leurs œuvres, observent l’actualité, les évènements, la politique et l’Histoire. Les œuvres exposées, de natures hétéroclites, faites d’assemblages ou installations, avaient toutes pour point commun que ces artistes contemporains ont fait usage des documents pour faire passer un message politique, au risque de la fiction.

« Les vigiles » sont ceux qui surveillent l’actualité. « Les menteurs » sont ceux qui falsifient les documents pour mettre en avant une réalité historique. Walid Raad, artiste libanais exposé au Plateau,  l’a d’ailleurs fait en travaillant sur les guerres du Liban. Il veut faire transmettre un traumatisme de la guerre en falsifiant des archives à l’aide de gommettes collées dessus.
Enfin, « les rêveurs » est une appellation qui s’adressent plus à des artistes dont les œuvres reflètent un aspect poétique ou leur dimension utopique. En somme, cette exposition est composée autour de quatre pôles essentiels : politique, documentaire, esthétique et fiction.

Le Plateau est un lieu très enrichissant de par les œuvres exposées. Un endroit qui met non seulement en valeur l’art contemporain mais qui transmet un savoir culturel grâce à un véritable sens du partage.

*****

Prochain volet d’Erudition concrète : à partir du printemps 2011,
Frac Ile de France – Le Plateau
Place Hannah Arendt, 75020 Paris, Métro Botzaris


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.