Penser la violence des femmes, Coline Cardi et Geneviève Pruvost

Barbie mauve, couleur "Lavender Menace", brandit son gun, souriante, sur la couverture de  Penser la violence des femmes qui vient de paraître aux éditions La Découverte. C'est un colloque qui se lit comme un roman. Une introduction longue et précise pose le problème : va-t-on rejouer la thèse antiféministe de l'hystérie féminine ? Pas si on réduit le patriarcat à ce qu'il est : un discours (parmi d'autres) et non le couvercle absolu qui couvrirait tout. Quant au parti pris de non-violence qui qualifie souvent le discours féministe, encore faut-il, là encore, le remettre dans son contexte : être aviolente (c'est-à-dire faible, démunie, dénuée de toute possibilité de violence) n'est pas être non-violente : je suis non-violente parce que je le veux bien, parce que je pourrais être autre, parce qu'il faut pas me gonfler sinon ça va saigner. Pas pareil.

La violence des femmes, comme objet sociologique, commence par briller par son absence, toute violence féminine étant requalifiée d'emblée en autre chose par le regard porté sur elle : autant dire qu'on dénie aux femmes leur violence, qu'on les en dépossède. On soupçonne dès lors quelque intérêt à être capable de manifester la violence, même si la violence c'est méchant et c'est pas beau. On devine là-dessous une forme d'empowerment : pas par la violence, mais par la reconnaissance de sa possibilité brute chez les femmes. Non, ce n'est pas parce qu'elle était amoureuse du type qui l'aurait influencée, pas parce que qu'elle se serait laisser entraîner que cette femme est violente ! Déni, non récit, hors cadre : que la violence reprenne d'abord son assiette, qu'elle soit vue, fût-elle chez une femme, comme le nez au milieu du visage.

D'abord, un sain recadrage historique permet de limiter la doxa de l'inédit abominable, du jamais vu inouï. Les bandes de filles dans les cités ? Ca existait déjà, n'en déplaise aux journalistes à gorge chaude, depuis des siècles. Pour ne rien dire de la violence de la noble dame châtiant ses serfs avec la dernière sévérité. Les femmes dans les armées ? Autant qu'on en veut, avant 1793, date de leur démobilisation. Bravo, la Révolution ! Et oubliées, dans un vaste "déni d'antériorité", les émeutières du passé !

On en apprend donc beaucoup sur le déni de la violence des femmes, sur la requalification constante de ces faits et gestes en autre chose. Déni des institutions, mise en place de mécanismes sociaux visant à la prévenir tout particulièrement, tout est mis en oeuvre pour limiter ce scandale épistémologique. Le maître mot est la non-reconnaissance : Charlotte Corday, même pas représentée sur le tableau de David, est dépossédée de son acte.

On rencontrera, au fil des pages, Valérie Solanas ou les Amazones, la sorcière ou la pédophile, des femmes maliennes, des trafiquantes ou des soldates et pour finir Sarah Connor, pauvre petite chose tremblotante vouée à un pur destin de ventre maternel métamorphosée de film en film en culturiste armée aux muscles saillants. Orienté en quatre parties - violences politiques, violences privées/politiques, traitement institutionnel de la violence des femmes et enfin une partie sur les représentations - le livre d'augmente d'un solide index et d'une bibliographie fournie. C'est un pavé à jeter à la figure de tout déni  "scientifique" et essentialiste de la violence des femmes, un pavé qui fait date.

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

A propos anne

Carnet de recherche du master pro 2 MTI (Métiers du texte et de l'image) associé au groupe Alka (recherches dans le domaine de la littérature de jeunesse, des arts et du féminisme), université Paris 13.

Une réflexion au sujet de « Penser la violence des femmes, Coline Cardi et Geneviève Pruvost »

Laisser un commentaire