Archives de catégorie : Actualité

Projet d’exposition Artivisme! (art et activisme) (promotion MTI 2018-19) : inscriptions ENCORE ouvertes!

Le Master professionnel MTI vous présente son projet d’exposition pour la promotion à venir en 2018-2019. Inscrivez-vous au Master (en suivant ce lien) et joignez-vous à cette aventure collective !

Artivisme! art et activisme
Dans le sillage des commémorations de Mai 68 et des recherches menées sur l’engagement par les images et le texte au fil du 20e siècle, l’exposition Artivisme! présente un courant artistique engagé qui a émergé au début du 21e siècle. Si d’un côté les militant·e·s s’emparent de formes plastiques pour faire passer leurs messages de façon visuelle et frappante, les artistes s’engagent également à travers des oeuvres résolument ancrées dans l’actualité et le contemporain. Installée dans le hall d’entrée de la MSH, l’exposition a pour but de montrer comment la fabrique de l’engagement et de l’agir social passe non seulement par les images mais aussi par une rhétorique qui s’allie à une esthétique visuelle. A travers des posters, affiches, réalisations graphiques et matérialisation d’oeuvres numériques, l’exposition, conçue et réalisée par la promotion des étudiant·e·s du master professionnel Métiers du Texte et de l’Image 2018-19, présentera une sélection d’oeuvres récentes illustrant notre rapport contemporain au politique et aux images.

L’exposition est réalisée en partenariat avec la MSH Paris Nord dans le cadre des cours Culture de l’art contemporain et Organisation d’événements menés par Magali Nachtergael et Anne Larue.

du 20 novembre au 14 décembre 2018
Vernissage le 20 novembre à 16h, hall d’accueil
Maison des Sciences de l’Homme
20 rue Georges Sand
93210 Saint Denis

Visuel : Bilal Kamoon, Question Mark Graffiti, 2012, CC

Book box ! une sélection de « livres au trésor » (édition 2016-17)

 

Une brochure présentant des livres de jeunesse réalisée par les étudiant·es du MTI en lien avec le séminaire de Mathilde Lévêque à l’université Paris 13 SPC

Culture de jeunesse 

LIVRES AU TRESOR est une bibliothèque de livres de jeunesse hébergée à l’université Paris 13 SPC. Toute personne qui en fait la demande peut accéder à ce fonds exceptionnel, souvent sollicité pour diverses expositions  internationales.

 

 

L’ensemble de la brochure réalisée par les étudiant·es sous la direction d’Alice Moliner, illustratrice et directrice de création graphique, est ici :

book box

Solar System, la brochure des étudiant·es (2014)

En 2014, la promotion du MTI a travaillé sur le patrimoine artistique local du campus de Villetaneuse, le célèbre 1% artistique, mais aussi sur la galaxie de l’art contemporain en Ile-de-France au gré de visites professionnelles au CPIF, Centre Photographique d’Ile de France à Pontault-Combault, au MacVal – musée d’art contemporain du Val-de-Marne à Vitry-sur-Seine et au Frac Ile de France – Le Plateau, situé à Paris dans le 19e arrondissement.

Réalisé sous la direction artistique d’Alice Moliner et Magali Nachtergael pour le suivi rédactionnel des articles.

Continuer la lecture de Solar System, la brochure des étudiant·es (2014)

Rentrée 2018-19 du master Métiers du texte et l’image MTI Paris 13

Les inscriptions sont ouvertes pour le MASTER PRO Métiers du Texte et de l’Image (communication, médiation, jeunesse, art).

Renseignez-vous auprès des enseignantes ou de la scolarité de l’Université Paris 13 :

mathilde.levequeATuniv-paris13.fr ou analastradaATgmail.com (Anne Larue)

Ne pas hésiter à nous écrire avant toute inscription, afin de ne pas risquer d’être confronté.e à des informations obsolète.

Les cours Rédacom et Culture graphique publicitaire sont désormais disponibles en e-learning grâce à des groupes fermés Facebook. Un cours Médiation culturelle de l’art sera ajouté sous peu. Le contact Facebook est sous mon nom : Anne Larue, Villetaneuse.

 

Rentrée 2014 MTI Métiers du texte et l’image Paris 13

La réunion de rentrée aura lieu le lundi 29 septembre de 10 à 12 h en salle D 116 à l’université Paris 13, campus de Villetaneuse.

La salle D 116 est au rez-de-chaussée, dans le couloir D, à droite en entrant par la porte « Lettres/Communication » après l’entrée principale, le hall d’accueil (tout droit) et la cour qui donne sur un second hall (là, tournez à droite vers « Lettres/ Communication » et le couloir est encore sur votre droite. Continuer la lecture de Rentrée 2014 MTI Métiers du texte et l’image Paris 13

MTI métiers du texte et de l’image : inscriptions Université Paris 13 (master 2 pro)

Les inscriptions pour s’inscrire en Master 2 professionnel Métiers du texte et de l’image MTI sont ouvertes courant mai à l’Université Paris 13, UFR LLSHS (Lettres, langues, sciences humaines et sociales).

Il faut s’adresser au secrétaire du master :

Cathie Poullain <master-slatel.lshs@univ-paris13.fr>

Le master est spécialisé en communication visuelle et PAO, culture des arts visuels et production de documents web et print alliant le texte et l’image. Chaque étudiant dispose d’un ordinateur muni des logiciels InDesign et Photoshop. Le niveau en PAO est Débutant. La formation est complétée par des cours portant sur les arts visuels contemporains, le graphisme et la culture de jeunesse. Chaque étudiant bénéficie d’un suivi de son projet professionnel et de son mémoire de stage, lequel peut être présenté sous forme de book.

 

 

Exposition L’Atelier de l’artiste – 2 au 6 décembre – Café Expo (Villetaneuse)

Les étudiantes du Master 2 MTI Métiers du Texte et de l’Image (Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité) vous proposent de venir découvrir l’univers de l’Atelier de l’artiste contemporain autour de sept œuvres qui mettent en scène des pratiques plastiques variées et questionnent la fabrication de l’art aujourd’hui.

Vos sens seront en éveil du 2 au 6 décembre 2013 au Café Expo sur le campus de Villetaneuse (Forum) grâce à la présence d’artistes aux horizons très différents : John Baldessari, Julia Maria Lopez Mesa, Pascal Lièvre, Hicham Berrada, Hugo Laruelle, David Rodriguez,  Jonathan Loppin.

A très vite pour le vernissage qui aura lieu le lundi 2 décembre à partir de 11h30 !

Les étudiantes M2 MTI – Métiers du Texte et de l’Image

Exposition l’Atelier de l’artiste
Au Café Expo – Campus de Villetaneuse
Du 2 au 6 décembre de 10h à 17h

Pour nous rejoindre

https://www.facebook.com/pages/LAtelier-de-lartiste/179709915566983?skip_nax_wizard=true

2 au 9 décembre Café Expo Université Paris 13 - Villetaneuse
2 au 9 décembre
Café Expo
Université Paris 13 – Villetaneuse

L’Atelier de l’artiste par les MTI

 

Penser la violence des femmes, Coline Cardi et Geneviève Pruvost

Barbie mauve, couleur « Lavender Menace », brandit son gun, souriante, sur la couverture de  Penser la violence des femmes qui vient de paraître aux éditions La Découverte. C’est un colloque qui se lit comme un roman. Une introduction longue et précise pose le problème : va-t-on rejouer la thèse antiféministe de l’hystérie féminine ? Pas si on réduit le patriarcat à ce qu’il est : un discours (parmi d’autres) et non le couvercle absolu qui couvrirait tout. Quant au parti pris de non-violence qui qualifie souvent le discours féministe, encore faut-il, là encore, le remettre dans son contexte : être aviolente (c’est-à-dire faible, démunie, dénuée de toute possibilité de violence) n’est pas être non-violente : je suis non-violente parce que je le veux bien, parce que je pourrais être autre, parce qu’il faut pas me gonfler sinon ça va saigner. Pas pareil.

La violence des femmes, comme objet sociologique, commence par briller par son absence, toute violence féminine étant requalifiée d’emblée en autre chose par le regard porté sur elle : autant dire qu’on dénie aux femmes leur violence, qu’on les en dépossède. On soupçonne dès lors quelque intérêt à être capable de manifester la violence, même si la violence c’est méchant et c’est pas beau. On devine là-dessous une forme d’empowerment : pas par la violence, mais par la reconnaissance de sa possibilité brute chez les femmes. Non, ce n’est pas parce qu’elle était amoureuse du type qui l’aurait influencée, pas parce que qu’elle se serait laisser entraîner que cette femme est violente ! Déni, non récit, hors cadre : que la violence reprenne d’abord son assiette, qu’elle soit vue, fût-elle chez une femme, comme le nez au milieu du visage.

D’abord, un sain recadrage historique permet de limiter la doxa de l’inédit abominable, du jamais vu inouï. Les bandes de filles dans les cités ? Ca existait déjà, n’en déplaise aux journalistes à gorge chaude, depuis des siècles. Pour ne rien dire de la violence de la noble dame châtiant ses serfs avec la dernière sévérité. Les femmes dans les armées ? Autant qu’on en veut, avant 1793, date de leur démobilisation. Bravo, la Révolution ! Et oubliées, dans un vaste « déni d’antériorité », les émeutières du passé !

On en apprend donc beaucoup sur le déni de la violence des femmes, sur la requalification constante de ces faits et gestes en autre chose. Déni des institutions, mise en place de mécanismes sociaux visant à la prévenir tout particulièrement, tout est mis en oeuvre pour limiter ce scandale épistémologique. Le maître mot est la non-reconnaissance : Charlotte Corday, même pas représentée sur le tableau de David, est dépossédée de son acte.

On rencontrera, au fil des pages, Valérie Solanas ou les Amazones, la sorcière ou la pédophile, des femmes maliennes, des trafiquantes ou des soldates et pour finir Sarah Connor, pauvre petite chose tremblotante vouée à un pur destin de ventre maternel métamorphosée de film en film en culturiste armée aux muscles saillants. Orienté en quatre parties – violences politiques, violences privées/politiques, traitement institutionnel de la violence des femmes et enfin une partie sur les représentations – le livre d’augmente d’un solide index et d’une bibliographie fournie. C’est un pavé à jeter à la figure de tout déni  « scientifique » et essentialiste de la violence des femmes, un pavé qui fait date.

 

Métaphysique du vampire : ô Satan, prends pitié de ma longue misère !

 

Jeanne A. Debats, Métaphysique du vampire, 2012, éditions Ad Astra.

Un vampire mâle ? C’est nouveau ces temps-ci. Cela faisait longtemps, depuis Anne Rice ! Et si en plus ce vampire mâle, qui aime un peu plus les garçons que les filles, tâte les belles fesses des statues archangéliques et travaille pour le Vatican, on ne nous tient plus ! On n’avait pas vu ça depuis le Gay Vinci Code, de Pascal Fioretto (mais si, vous savez bien : le roman qui se pase au Musée des Arts et Traditions Homosexuelles, le MATH !).

Notre vampire essaie de ne pas trop philosopher, car il n’est pas bon de trop se creuser les méninges quand il vous reste si longtemps à vivre. Bonne pioche : il rencontre une jeune collègue qui s’associe à sa chasse d’un nazi impuni. Et c’est parti pour des aventures rebondissantes dignes du Château des Carpathes de Jules Verne. Et en fin de compte, qui, mieux qu’un humain, saura idéalement compléter un vampire ? Chacun joue fort bien dans sa catégorie. On est loin des oppositions entre les espèces qui font les délices de True Blood, décalquées qu’elles sont des personnages de Tolkien remixés à la sauce jeu vidéo (« choisis ton personnage !).

Aussi loin que possible du déluge actuel de romans à l’eau de rose sang, de surcroît bourré de formules aussi amusantes que percutantes, méritant de passer en proverbes, le roman inaugure une nouvelle exigence : la bite-lit culte. Bite parce que ça se prononce « baïte », inutile de se leurrer. Et pourtant bite et lit ne sont peut-être pas si loin. Le vampire, avec son look désopilant d’homme trop beau pour être vrai, ne manque pas de charme. Lui-même a tout du surmâle à déclenchement automatique (ce que ses félons ennemis ne manqueront pas de remarquer). Même les curés finiront par s’en apercevoir. Et culte ? Parce que le lecteur amusé reconnaît, au détour d’une phrase, un florilège recomposé de lectures et de films célèbres, traitées sur un mode totalement décalé.

En route pour les aventures de Raphaël (mais si, c’est comme ça qu’il s’appelle !) : la Vatican et ses sbires n’ont pas fini de nous faire frissonner.

• Et la couverture est belle, ce qui ne gâte rien ! Allez faire un tour sur le site d’Ad Astra : que de belles couvertures ! et les beaux livres qu’il y a dessous !

http://www.adastraeditions.com