Entretien avec Pauline Guelaud

Visite et rencontres au musée du Louvre, le 22 septembre 2010

Elle nous accueille dans un bureau à la hauteur de l’institution où elle travaille.
Beaux parquets et hauts plafonds, moquette pourpre.
Souriante, notre hôte nous met à l’aise en quelques secondes et nous accorde un moment privilégié : nous allons échanger avec l’une des 2 500 fourmis du plus grand musée du monde. Pauline Guelaud, la trentaine, est chargée de production pour le département Art Contemporain du Louvre. Ne le cherchez pas sur le plan du musée (aussi grand qu’une carte routière), vous ne le trouverez pas.

Se faire une place
C’est en 2003 que Pauline Guelaud a rejoint l’audacieux projet Art contemporain au Louvre. Il faut l’avouer, dans l’esprit de tous, l’intitulé est antinomique. La complexité de la mission de Pauline Guelaud réside dans cette tension. Comment légitimer la présence de l’Art Contemporain dans un lieu aussi immuable et institutionnel ? Pour permettre au projet de grandir et de s’épanouir, il faut mener un véritable combat. C’est David contre Goliath…
Et pour cause, il paraît difficile de glisser une oeuvre de Jan Fabre dans le département des écoles du Nord, sans ménager l’équipe chargée du lieu en question. Car ne vous méprenez pas, l’Art Contemporain ne s’apprend pas seulement aux enfants et amateurs, mais d’abord à ses propres collègues. Chacun étant spécialiste dans son domaine, notre interlocutrice a compris l’importance de la médiation autour de sa spécialité.
La communication interne est donc incontournable et les questions qui fâchent sont soulevées maintes fois par les conservateurs des départements concernés, à l’occasion de réunions très animées.

Le méfiant
—« Pourquoi devrais-je accueillir cet artiste dans mes salles ? Et quel est son discours sur l’art ? »
Le sceptique
—« Mais au fait, est-ce vraiment de l’art ? »
Le pragmatique
—« Mais je vais devoir déplacer mon Rembrandt alors ? »

Proposer des dialogues inattendus
«Du 12 novembre 2004 au 10 février 2005, Contrepoint invitait les visiteurs à suivre un parcours pour le moins inhabituel ou à découvrir de manière imprévisible, au fil de leur visite, les interventions des artistes. Les oeuvres étaient disséminées aux quatre coins du palais et leur présence, volontairement discrète, a fait grand bruit. »*

Partant de la difficulté de se faire une place dans le musée, Marie-Laure Bernadac, conservateur général chargé de mission pour l’Art Contemporain, et Pauline Guelaud, son assistante, ont été tentées d’être les entremetteuses de dialogues iconographiques entre les sages héritages du passé et les tonitruantes œuvres contemporaines. Le pari était plutôt risqué, puisque l’exposition en question avait un obstacle fort, celui de la communication. En effet, comment communiquer sur une exposition qui n’a pas un point d’ancrage mais une multitude, disséminés dans l’immensité du Musée ?  Malgré cet obstacle, l’exposition remporta un succès fort – sans doute lié à l’audace de la démarche – et le bénéfice d’un tel événement fut pointé par de nombreux conservateurs, y compris par ceux qui faisaient preuve de réticences au début du projet.

Un poste multifacettes
Le contrepoint est un type d’expositions parmi d’autres, mais en nous parlant des détails de son élaboration, P. Guelaud nous a livré un aperçu des différentes missions qu’elle peut remplir quotidiennement.
Tout commence avec le choix d’un artiste, souvent déterminé par l’expérience du conservateur général. Puis, il y a des rencontres, des échanges, des notes d’intentions données par l’artiste : P. Guelaud a pour objectif de relayer les concepts et souhaits de l’artiste auprès de son équipe. Cela implique de pouvoir expliquer à son tour l’intérêt de la démarche de l’artiste, d’en exprimer l’attrait et l’enjeu pour le musée.
Puis, par une prise de contact avec le conservateur concerné par l’intervention de l’artiste, son second rôle est de déterminer la faisabilité du projet (exercice de coordination avec un régisseur, un scénographe). Un travail d’une telle envergure nécessite bien entendu de fédérer une équipe solide qui se sent capable de porter le projet, il faut donc avoir des qualités de manager.
Polyvalente, elle sait être réactive pour répondre à l’imprévu : lors du Contrepoints #3, la pièce d’Anish Kapoor intitulée C-curves à doublement posé problème. Son imposante fragilité a fait tiquer le service sécurité, poussant la jeune femme à réagir en conséquence, en installant à regrets un cordon de mise à distance. La surface en miroir de la structure, bien trop attirante pour les mains curieuses des visiteurs a quant à elle exigée à toute l’équipe du projet d’en assurer la propreté jour après jour. Chargée de mission, c’est aussi un travail de terrain !

* extrait du site du Louvre,
http://www.louvre.fr/llv/dossiers/page_magazine.jsp?CONTENT%3C%3Ecnt_id=10134198673229775&CURRENT_LLV_MAGAZINE%3C%3Ecnt_id=10134198673229775


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.