Visite au Musée en Herbe

vendredi 8 octobre 2010

par Marie-Sophie Lhôte

Qu’est-ce-que le Musée en Herbe ?

Le Musée en herbe est une association crée il y a trente cinq ans par Sylvie Girardet, Claire Merleau-Ponty et Anne Tardy. Elles ont été soutenues par la Fondation de la Vocation. Il était installé au Jardin d’Acclimatation et depuis peu, il est dans le premier arrondissement au 21 rue Herold.

Pionnier des musées pour enfant, le lieu a été conçu pour un jeune public auquel il propose un apprentissage du monde artistique. Des jeux d’observation, d’imagination, d’identification leur permettent de découvrir les œuvres d’art et les objets exposés. Sa pédagogie originale est basée sur le jeu et l’humour et développe la sensibilité, la curiosité et la créativité de l’enfant. Ce musée apprivoise la culture en proposant une pédagogie active et adaptée au jeune public. Des ateliers d’arts plastiques complètent la visite. On propose aux enfants de faire à la manière de. Le musée est à prendre comme une découverte et une initiation.

Pour les scolaires, un dossier pédagogique est envoyé à l’enseignant afin de préparer la visite avec toute la classe. La sortie au musée constitue donc le point d’orgue d’un travail de groupe sur plusieurs semaines. Les scolaires sont accueillis toute la semaine sauf le mercredi et le week-end qui sont réservés aux visites en famille.

Le Musée en Herbe élargit ses activités avec des expositions itinérantes en France et en Europe. Sylvie Girardet et Norbert Journo, qui est scénographe, ont réalisé un musée en Alsace pour les enfants sur le bois et le grès, le P’tit Fleck. Le musée se déplace dans les écoles, principalement en banlieue. Les expositions sont composées de sept reproductions d’artiste et de jeux. Les enseignants peuvent aussi demander l’organisation d’atelier.

Le musée propose donc différents ateliers comme les Baby Z’ateliers, pour les enfants à partir de deux ans et demi, et les Maxi Z’ateliers, à partir de cinq ans. Pendant une demi-heure ou une heure, les enfants découvrent différents matériaux comme la terre ou la pâte à modeler et travaillent sur des thèmes liés aux expositions en cours. Il arrive que des artistes interviennent. Le musée a mis en place une galerie d’art, « Ma première galerie ». C’est un lieu d’exposition où les enfants et les grands peuvent découvrir de jeunes talents soutenus et parrainés par des artistes reconnus qui exposent à leur côté. Les jeunes artistes transmettent à leur tour leur passion en animant des ateliers avec les enfants. Les petits visiteurs ont aussi accès à une librairie, le « Petit Baz’art », qui propose plus de cinq cents ouvrages et jeux d’éveil principalement centrés autour de l’art.

Visite chez les Surréalistes avec une classe de grande section de maternelle

L’exposition « Surréaliste, mon cher Dali » est consacrée, comme son nom l’indique, à un des plus célèbres artistes surréalistes, Salvador Dali. Pour faire pénétrer les enfants dans son univers, la conférencière met l’accent sur le monde du rêve et de l’imaginaire. Une pièce de l’exposition a été transformée en maison de Dali et pour y faire pénétrer les artistes en herbe, on leur donne une cravate rouge et un chapeau melon noir. Revêtus de ces accessoires, ils ressemblent à René Magritte, un des plus proches amis de Dali. En effet, il ne faut pas effrayer le peintre qui travaille dans son atelier. Quelle surprise pour lui, de voir entrer autant d’enfants dans son humble demeure ! Dali habitant en bord de mer, les murs ont été peints en bleu et jaune et en fond sonore nos petits visiteurs entendent le bruit des vagues. Ils ont très envie de rencontrer l’artiste mais comprennent vite que c’est malheureusement impossible : « Il est mort ? », « Il est à la cimetière ? » !

La conférencière instaure, dés le départ, une relation constante de jeu et d’échanges : « 1, 2, 3, on s’assoit ! ». Les enfants y sont très réceptifs. Elle fait sans cesse des rapprochements avec leur univers. Après avoir commenté quelques reproductions d’œuvres de l’artiste, elle les invite à découvrir l’univers de Dali grâce à une table de manipulation installée eu centre de la pièce. Elle est constituée de plusieurs petits jeux qui sont tous accompagnés d’un mode d’emploi. Ils peuvent s’amuser avec le Téléphone Aphrodisiaque en remplaçant le homard avec une feuille de salade, une aubergine ou une grosse araignée de mer ! La biographie de l’artiste se présente sous la forme d’une association de textes et d’images. La médiatrice improvise un jeu de reconnaissance et de mémoire. Elle demande aux enfants de se souvenir dans quels tableaux ils ont vu des animaux. Ils se prêtent volontiers à cet exercice. Mais il est temps pour eux de dire au revoir à Dali. Avec leur chapeau, ils saluent l’artiste et vont maintenant réaliser un dessin surréaliste dans l’atelier de musée.

Nos petits bambins sont très communicatifs et malgré quelques petits moments d’inattention, ils restent très concentrés et très réceptifs. L’important est de les faire sans cesse participer pour qu’ils se sentent acteurs de leur visite, d’employer leur vocabulaire et de faire référence à leur monde.

L’atelier des petits surréalistes.

On propose aux enfants de réaliser une toile à la manière de Dali : Méditatif s’est levé, 1958. Les deux médiatrices en charge de l’atelier montrent aux enfants ce qu’ils vont devoir faire en leur expliquant toutes les étapes de création. Ils sont plein d’entrain et font preuve là encore de beaucoup d’attention. L’atelier est très dirigé, les enfants ne font pas ce qu’ils veulent, ce qui d’un côté peut paraître dommage puisque le thème de l’exposition est le Surréalisme. Surtout qu’à la fin de la visite, on leur avait dit qu’ils allaient pouvoir faire un dessin de leur imagination. Mais il est sans doute plus simple de choisir de leur faire reproduire une œuvre en particulier pour encadrer plus facilement l’atelier.

On remarque que les parents accompagnateurs sont un peu trop présents. Ils font les gestes à la place de leurs enfants et freinent leur imagination. « Une fleur noire ? Tu en as déjà vu ? Ce n’est pas joli. », dixit un papa ! Lors des visites familiales, les parents ne sont autorisés à participer que pour les Baby Z’ateliers. Ils influencent trop la conduite de leurs enfants qui ne se conduisent pas de la manière quand ils sont seuls.

A la fin de l’atelier, nos artistes en herbe sont très fiers de leur création et repartent très contents de leur passage au musée.

Nous-mêmes sommes reparties très enthousiastes et avons ressenti l’envie de retomber en enfance le temps de cette parenthèse surréaliste.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.