Cireux que nous sommes

Par Anne Larue

Elles avancent, les genoux flageolants. Certaines ont rabattu un pan de tissu sur leur bouche, d’autres ne retiennent qu’à peine un gémissement d’effroi. Les étudiantes du MTI s’en souviendront, du musée de cire. Et quoique burinés par plus d’années qu’elles à rencontrer sur cette terre mille horreurs, nous, les professeurs, n’en menons pas beaucoup plus large.

Non, ce n’est pas à cause de la Guerre des Rats dans les sous-sols. Eric Bouhier, notre mentor  et ci-devant professeur du MTI (il est aussi scénariste, ne l’oublions pas) nous en a pourtant dressé un tableau saisissant : le ratus ratus, « réservoir » de la peste (le rat est réservoir, la puce est vecteur, faut pas confondre) a mené en secret de sanglants combats. Un soupçon de souffle épique ne messied pas en l’occurrence, car terrible et grande fut la Guerre invisible des Rats : comme Léonidas aux Thermopyles, ratus ratus a combattu, jusqu’à la dernière goutte de son sang, jusqu’à la dernière morsure de ses petites dents pointues, jusqu’au dernier coup de griffe, dérisoire dans sa grandeur, qu’il a tenté d’infliger à son ennemi mortel, ratus norvegianus. Il a perdu cette ultime guerre, mais cessons de verser des larmes : le nouveau venu qui n’est pas, lui, réservoir de la peste. Une chance pour les humains que nous sommes ! La peste s’éteint, fors, bien plus tard, les migrations de ses autres foyers. Par exemple, un imbécile de marchand descend de bateau pendant la quarantaine, pour vendre un bout de tissu, et condamne ainsi à mort la la moitié de la population de Marseille.

Il revient pour e venger : ratus ratus, un temps battu et replié, colonise de nouveau nos égouts. Frisson. La peste ! (Bah, dit Eric, cassant lui-même le suspense, deux comprimés de xxxxx® et il n’y paraîtra plus !)

Mais si ce n’est pas de la peste, de quoi avons-nous peur ? Mais des maladies de peau, bien sûr ! La dermatologie, qui nous semblait une discipline gentillette (rien de plus que des petits boutons partout ; on oubliait, ma foi, les urgences des grands brûlés) étale ses cires médicales, derrière d’antiques vitrines, sous nos yeux effarés. Le bubon frappe au sexe ou à l’aine, la plaie gangrenée à la cuisse ou au visage. Que de souffrances !

Hier j’ai vu dans la rue un bébé fort actif, qui portait au front une excroissance rouge grosse comme un œuf ; dans ma grande confiance en la médecine, j’en suis restée parfaitement guillerette. On guérira ce bébé, frais et rose si ce n’est ce léger problème. Mais les cires de l’hôpital Saint-Louis, qu’Eric Bouhier porte dans son coeur depuis ses études de léprologie dans ce même hôpital (car i lest aussi léprologue), portent le désespoir de l’incurable. De petites étiquettes à demi tombées en poussière rappellent l’âge, le nom, le sexe des malheureux patients ; mal conservées, négligées par la muséologie, les cires coulent doucement ; elles prennent une teinte cadavérique – cireuse, oui. Le musée médical est à nos yeux un musée des horreurs ; il nous frappe par la luxuriance et par la variété des maux qu’il permet de contempler si précisément, et nous transforme en voyeurs fascinés et horrifiés.

J’aimerais savoir si tout cela était nécessaire ; autrement dit, si pour guérir les maladies dermatologiques, il fallait vraiment identifier par le menu chacune de ces terribles affections. Cela me rappelle Foucault dans La Volonté de savoir : il évoque les psychiatres fin-de-siècle, fort occupés à « entomologiser les petits pervers ». Serait-on en présence de la même chose ? Sous couvert d’autorité médicale, les moulages en cire trahissent le goût du classement, le désir de la maîtrise, une curiosité cruelle, l’arrogance d’un certain surplomb confiant, sûr de posséder une science supérieure. Tout ceci est bien dans l’esprit du XIXe siècle finissant : dans ce musée désert, abandonné, où nous errons comme des fantômes glissant le long des vitrines en bois sur le parquet ciré, le XIXe siècle lui-même est conservé intact et mort, comme dans du formol.

Le musée de cires médicales de l’hôpital Saint-Louis est un trésor qui doucement tombe en poussière. Eric Bouhier, spécialiste des cires médicales (et scénariste, et professeur, et communicant, et léprologue, alouette, gentille alouette !), a déjà alerté le Ministère de la Culture sur le péril encouru par ce type de patrimoine. Sera-t-il entendu ? Les cires médicales font partie de notre patrimoine muséologique, même si elles n’ont pas été conçues originellement comme des objets d’art ; c’est toute la question des musées scientifiques aujourd’hui et de la conservation de ce patrimoine spécifique qui se trouve ici mis sur la sellette.


Une réflexion sur « Cireux que nous sommes »

  1. Commentaire de Eric Bouhier

    Anne
    j’ai lu ton article du blog qui est une petite perle où se mêlent les sentiments étranges et parfois contradictoires que suscite souvent un tel musée. Rappelle-toi qu’il s’agit avant tout d’un outil pédagogique très précieux pour l’enseignement de la dermatologie, science basée sur l’art de l’observation ! Ce n’est par hasard si Saint-Louis a été pendant un siècle et demi la Mecque de la dermatologie mondiale et si les commandes de cire venaient du monde entier.
    Je te pardonne, et lui aussi, pour le norvegianus qui n’est qu’un norvegicus, mais on a tous compris. A moins que tu lui connaisse un cousin proche !
    bise. Le médicament s’appelle Rovamycine, au cas où tu ressentirais les premiers symptômes !
    éric

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.