Fiction, féminisme et post-modernité

Vient de paraître aux éditions Classiques Garnier

4e de couverture :

Cet essai, consacré à la littérature de l’imaginaire, s’interroge sur la valeur subversive d’un corpus dont on n’aurait a priori pas attendu la moindre velléité de subversion : la littérature contemporaine populaire de très grande diffusion, anglosaxonne et française. Il montre comment, soumise au choc du backlash (revanche antiféministe des années 80) la fiction grand public choisit une voie souterraine de résistance, et garde enfouie la mémoire d’une féminité triomphante qui devient son sujet principal et « occulte ». Ce travail engage donc une réflexion sur le caractère paradoxal des best-sellers : la littérature la plus commerciale, la plus « facile », la plus ludique serait-elle celle où s’expriment le mieux les aspirations politiques et théologiques des sociétés occidentales d’aujourd’hui ?


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.