Mort d’une lesbienne radicale

Michèle Causse a choisi de mourir le 29 juillet 2010. Je ne sais pas pourquoi ; malade, peut-être ; sa décision lui appartient. Il y a encore si peu de mois, elle me soutenait face aux éditions Garnier qui avaient retiré mon livre de la vente. Elle m’écrivait (alors qu’elle était peut-être très malade, peut-être pour d’autres raisons décidée à mourir ; elle avait encore le courage d’écrire cela à une inconnue) :

“La censure qui vous affecte m’a permis de connaître vos travaux et de vous présenter mon vif soutien pour ce qui vous arrive. Votre histoire est peu commune. Je connais mieux, personnellement, la censure qui affecte, en amont, tout travail qui se présente comme un manifeste, toute oeuvre qui est, en elle-même, un manifeste. Croyez à ma sympathie”.

Michèle Causse a défendu les droits de la femme, lu Wittig à la première heure, écrit des essais et des fictions. Elle est considérée comme une féministe “radicale”, comme Ti-Grace Atkinson (on ferait mieux de parler de féminisme conceptuel, ce serait plus juste ; le mot de “radical”, imposé à ces théories, est fait pour qu’on s’écarte de ce chemin).

Féminisme conceptuel : après tout, c’était l’époque. l’art conceptuel a longtemps été un art de la subversion, de la contestation, avant d’être récupéré par les Américains et dans les musées (ou les deux).

Voici quelques textes de Causse pour commencer :

Qui a peur de Valérie Solanas ? Actes du 4e colloque International d’études lesbiennes : fureur et jubilation, 9-12 avril 2004, Espace lesbien n°4, Bagdam Espace Edition, Toulouse, 2004, pages 19-35.

Claude Cahun ou la mutante héroïque. Pour une anthologie des créatrices lesbiennes dans la Résistance, a cura di Paola Guazzo. Bagdam Espace Lesbien, avril 2008

Voyage de la grande Naine en Androssie, roman.

Et voici l’adresse de son site :

http://www.michele-causse.com


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.