Invitation spéciale…

 

Ils arrivent généralement en duo. Un des deux parents vient déposer à la porte d’une maison qu’il connait peu ou pas du tout, la petite dernière. Même pas anxieux à l’idée de laisser leur progéniture à quelqu’un d’autre : la mécanique est bien rodée. Des goûters d’anniversaire, elle en a déjà fait quatre ou cinq cette année, sans compter ceux des frères et sœurs. Il est 14h30, dans trois heures on viendra la chercher à cette même porte, elle sera un peu poisseuse (le sucre) et bien moins tonique (les dizaines de jeu, de disputes, de chants). Elle aura peut-être comme traces de l’après-midi un maquillage de papillon ou de chat et comme trésor, un gadget glorieusement remporté à la pêche à la ligne. Les poches du blouson seront pleines de bonbons, le ventre aussi.

Régine Sirota, professeur et socio-anthropologue, a perçu dans le rituel du goûter d’anniversaire une véritable mine d’or. Pour la première fois, une chercheuse prenait au sérieux ce qu’elle considère comme un véritable processus de socialisation. En croisant son statut de sociologue et celui de mère de famille, elle a disséqué la mécanique du goûter d’anniversaire, et a choisi de se plonger dans cet univers de fête, de rires et de cadeaux, considérant ainsi la quotidienneté de l’enfance.

L’anniversaire est assimilé par tous comme un rite de passage. Pendant la période de la petite enfance et de l’enfance, la première bougie, puis celles qui suivront, marquent le calendrier familial. Dans notre société, cet événement annuel est vécu comme une véritable célébration de l’individu, un jour déterminant, celui où l’enfant passe dans une nouvelle étape de sa vie.

Régine Sirota identifie trois sortes d’anniversaire : familial, « copinal » et scolaire. Nous aborderons ici l’anniversaire copinal, ou  goûter d’anniversaire car il laisse deviner à lui seul une « mise en scène des modes de socialisation »1 bien plus marquée, en mettant notamment en lumière les rapports sociaux de l’amitié, mais aussi de la popularité et donc parfois de l’inimitié.

En effet, en mettant en action une des règles du processus de l’anniversaire qui est l’invitation, l’enfant va se placer dans une logique sociale et affective qui lui demandera d’auto-évaluer plus ou moins consciemment sa place au sein du groupe, par une série de questionnements : Qui ai-je envie d’inviter ? Qui dois-je inviter ? Qui répondra à mon invitation ? Qui vais-je évincer de ma fête ? Puis-je inviter ce camarade sans me faire juger par le reste du groupe ?

Ainsi, R. Sirota pousse la notion de rite de passage un peu plus loin en assimilant également le goûter d’anniversaire à un « rite d’intégration sociale ».

Comme tout rite, le goûter d’anniversaire s’organise donc autour d’un certain nombre de règles, qui sont souvent réalisées dans un ordre bien précis : choix de la date de célébration, choix du lieu, sélection des invités, préparation de la fête, accueil des invités, jeux, divertissements, puis viennent les règles du goûter à proprement parler, avec le chant de célébration, l’action de souffler les bougies, de partager le gâteau, sans oublier le don des cadeaux. En échange, il y a la règle du contre-cadeau et le droit à la goinfrerie, tout au long de la fête.

Mais la mise en scène de l’anniversaire sera en amont conditionnée par ce que Régine Sirota appelle « les sphères d’influence ». La sphère marchande, la sphère médiatique et la sphère culturelle concourent toutes trois à rendre incontournable et indispensable le goûter d’anniversaire et sa présentation. Ballons et cotillons, vaisselle spéciale (souvent en carton), chapeaux, déguisements. Le gâteau sera si possible particulier, arborant une forme naïve ou originale, des paillettes ou des confettis en sucre, marquant ainsi le caractère exceptionnel de la journée.

Les cartons d’anniversaire, bien que tous différents, arborent en général une esthétique commune, qu’ils soient fabriqués, offerts par des magazines  dédiés à la cible des jeunes enfants ou par l’endroit choisi pour célébrer et organiser l’anniversaire (Buffalo Grill, Quick, etc.).

Les cartons sont souvent colorés, voir multicolores, il n’y a pas de retenue quant à l’usage des motifs et codes gais et rigolos: ça fait plus « festif » .

L’écriture est parfois hasardeuse; certaines fautes se glissent… mais ne parviennent pas à entacher le caractère honorifique de l’invitation. D’ailleurs, le carton d’invitation emprunte souvent le même modèle rédactionnel : « Je t’invite à mon anniversaire ». Le ton est donné, et la fête se déroulera donc autour d’un individu qui aura non seulement le plaisir de recevoir un cadeau de chaque invité, mais sera aussi souvent désigné comme maître de l’après-midi et des jeux collectifs.

Le rituel de don de la part des invités réagit lui aussi à une mécanique bien rodée. Ce cadeau est presque inévitable, car il est l’une des règles qui vient s’ajouter au carton d’anniversaire pour donner le droit de participation à la fête. Les parents des enfants conviés sont bien souvent acteurs de l’achat et déterminent par cet acte le statut qu’ils vont donner à leur enfant. Achèterons-t’il le dernier gri-gri à la mode ou un livre quelconque qui sera le vilain petit canard de la montagne de cadeaux ? Par ce principe du don et de l’échange (par le biais du contre-cadeau) l’anniversaire introduit ainsi l’apprentissage des civilités et de leur transmission, et par là-même, la contruction du lien social.

Le goûter d’anniversaire est en conclusion une célébration se situant à l’intersection de deux axes. Le rite traditionnel, dont les comportements et valeurs sont transmis de façon générationnelle, verticale; et le rite contemporain, l’axe horizontal, qui confronte les différentes sphères d’influences et contribue à donner une nouvelle dimension, plus médiatique, plus sociale, à l’événement.

Bibliographie indicative

– SIROTA Régine, « L’anniversaire, un exemple de manuel de civilité de l’enfance moderne », p. 231 à 237 in Sociétés et cultures enfantines, textes réunis par Djamila Saadi-Mokrane, actes du colloque international organisé par les CERSATES et CEF, Université Charles de Gaulle Lille 3, 06, 07 et 08/11/1997, Villeneuve d’Ascq, Université Lille 3, collection UL3 travaux et recherches, 1999,

– SIROTA Régine, « Prendre l’enfant au sérieux, un rite de l’enfance : l’anniversaire » in Eléments pour une sociologie de l’enfance, Rennes, PUR, 2006.

– MAI-VAN-CAN Malicia (propos de SIROTA Régine, recueillis par) « Pourquoi fêter l’anniversaire de votre enfant est-il si important ? », disponible sur le site « vosquestionsdeparents.fr », http://www.vosquestionsdeparents.fr/dossier/489/fete-danniversaire


Une réflexion sur « Invitation spéciale… »

  1. Ping : Hermes Replica

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.