Présentation rapport de stage

Règles concernant les mémoires universitaires

NB. Pour les mémoires de stage, vous pouvez prendre des libertés quant à la présentation (qui peut être graphiquement plus originale que celle d’un mémoire de recherche) mais respectez les règles typographiques !

Présentation

Le texte est en général présenté dans un corps 12, interligne 1,5 ou 2. Il doit être justifié (aligné à droite et à gauche). Un alinéa (retrait du texte d’un centimètre environ) peut être adopté en début de chaque paragraphe. Les diverses parties du plan doivent être clairement mentionnées tout au long du texte. Le mémoire doit comporter une introduction, un développement, une conclusion, une bibliographie, une table des matières.

Il comporte des références blbliographiques, webographiques, etc. en note. Précisez, en séparant les mentions par des virgules : nom et prénom de l’auteur, mettez « dir. » si l’auteur a dirigé un ouvrage collectif au lieu d’écrire lui-même le bouquin (ça se fait de plus en plus : dérive scolastique universitaire !), puis titre de l’ouvrage en italique, première date de parution entre crochets si cela a de l’importance, lieu et date d’édition.

Si c’est un article, c’est le titre de la revue ou du journal qui se trouve en italique, le titre de l’article lui-même étant placé entre guillemet.

Note sur les guillemets : ne jamais mettre un titre entre guillemets dans le texte. Toujours en italique !

Précisez bien sûr le numéro de la revue et sa date.

Exemple :

Larue, Anne, Le Men, Ségolène, « Le décor ou l’art de tourner en rond »,Romantisme, n°78, troisième trimestre 1992, p. 61-74.

L’article s’intitule « le décor », etc. et la revue est Romantisme.

Il existe des règles subtiles de majuscules dans les titres, à connaître absolument si vous voulez devenir rédacteur/trice. Les mots d’un titre d’ouvrage prennent la majuscule jusqu’au premier substantif compris, quand le titre commence par LE LA LES ou équivalent. Les Fleurs du mal, Cinq Grandes Odes. Repérez le Premier Substantif et mettez des majuscules à tous les mots avant, même si ça vous paraît bizarre et donne à vos titres un petit côté solennel assez suranné. Si le titre commence par UN, DES, un adverbe… seul le premier mot (un, des, du, à…) prend la majuscule : Un prêtre marié, À rebours. Est-ce la raison pour laquelle, pendant si longtemps, les titres des livres étaient du genre partitif latin, par exemple : De la servitude volontaire, ou De l’amitié ? Ce qui évitait de mettre des majuscules partout ? Hypothèse totalement aventurée. Remarquez que de nombreux éditeurs, aujourd’hui, composent tout en bas-de-casse, ne mettent pas de capitale au premier substantif : l’usage évolue manifestement. Ou la mode. Le bas-de-casse est « tendance ». Bref, ces règles sont à connaître, et après utilisez, de grâce, un système unifié.

On notera que les anglo-saxons n’ont pas ce problème : As You Like It, les titres sont friands de capitales.

On accentue toujours les majuscules, sinon on ‘y comprend rien : PALAIS DES CONGRES, on y trouve du poisson, à votre avis ?

Pour citer : faites-le précisément (recopiez le texte exact, pas une vague approximation).  Toute coupure doit être signalée par […]. S’il s’agit d’une citation courte, elle s’insère dans le texte, encadrée par des guillemets. S’il s’agit d’une citation longue (plus de 4 ou 5 lignes), sautez une ligne et créez un style « citation » dans Word : grande marge, texte plus serré, décalé, en plus petits caractères, bref distinct du texte lui-même. Et on ne met pas de guillemets car ce serait redondant après tout le mal qu’on s’est donné pour créer un style identifiable.

Faites un appel de note avant le signe de ponctuation et, le cas échéant, avant le guillemet fermant. Vous placez dans la note la référence bibliographique, avec la page. Théoriquement, tout lecteur peut aller vérifier la véracité de vos affirmations. C’est ça, une note : un rempart contre l’arbitraire, la rumeur, la fausseté. Il faut rendre toute chose vérifiable.

Plagiat

Gravement sanctionné. Exclusion de l’université.

Toujours citer ses sources, y compris ses sources d’inspiration : « Les arguments développés dans ce paragraphe s’inspirent largement de »…

Pour citer des références Internet, noter l’auteur, l’intitulé, la date de rédaction ou de mise à jour, la référence complète du site, la date de votre saisie. Vous avez le droit de citer un article d’Internet, mais pas de le « pomper » sans mentionner la source.

Quelques cas particuliers en bibliographie

Pas d’auteur ? Commencez par le titre

Deux ou trois auteurs ? Les placer à la suite dans l’ordre de la couverture du livre

Plus de trois auteurs ? Mentionner l’auteur principal et ajouter  et al. (et alii, et d’autres).

Le livre est un ouvrage collectif dirigé par une personne particulière ? la mentionner comme auteur avec la mention dir. (Ex : Michèle Clément dir., La Femme coupée en morceaux…)

Sans éditeur ? Mentionner « sans éd. »

Sans lieu ? s. l.

Sans date ? s. d.

Attention aux dates et aux rééditions. Il est souvent important de mentionner la date de la première édition d’un ouvrage entre parenthèses, avant de mentionner la référence de votre édition (avec la date qui n’est pas forcément celle de la première édition).

Importance historique des premières éditions. Ex : Le Deuxième Sexe, 1949. C’est important à sa voir pour mesurer l’impact de l’ouvrage sur le féminisme. Si vous mettez la date de votre réédition de poche récente, vous faussez la portée historique de certains livres.

Ouvrages étrangers : indiquez le titre original entre crochets, ou alors le titre français et la mention « traduit de l’allemand » (ou de l’anglais, etc.).

Éléments de maquette

Vos premiers pas en typographie, aux éditions Eyrolles. Manuel très agréable, pour les graphistes.

Fer à droite : le texte est placé en drapeau, calé à droite

Fer à gauche : le texte est placé en drapeau, calé à gauche de la feuille

Fer au centre

Alignement

Romain et… italique

Capitales et… bas-de-casse.

Empattements. Caractères à empattements : « avec sérif ». Pour les lettres, on parle de « jambages » et de « patins ».

Sans empattement : « sans sérif ».

Graisse : maigre, demi-gras, gras.

Veuve et… orphelin : des lignes « toutes seules » : veuve en début d’alinéa, orphelin en fin d’alinéa.

PONCTUATION : BLANC OU PAS BLANC ?

Virgule, point, trait d’union : pas de blanc avant car ce sont des signes simples.

Signes « doubles » : un blanc avant et après.

Quelques signes doubles :    :   ;   ? !  et tiret.

Le tiret n’est pas un trait d’union.

Il existe aussi l’underscore (Cf. hotmail).

… = 3 points, pas un de plus, pas un de moins.

Parenthèses : ce qui est entre parenthèses ou entre crochets est sans blanc : (mot).

Exemple d’usage des blancs (qu’en typo on appelle « une espace », au féminin !). A vsevoir pour les métiers de la rédaction !

J. Keller

J.-J. Rousseau

Ph. pour Philippe ou Philippine, etc…

Cl. pour Claude, Claudine, Claudie…

Ch. Pour Charles, Charlerine…

Chr. Pour Christian, Christiane, Christine…

XIXe siècle (JAMAIS « ième » !)

Laisser un commentaire