Biblio médiation

Questions « sociologiques et conjoncturelles »

–       de la société du spectacle à la société des loisirs ?  Changements sociologiques de la société. L’expansion du ludique ? Article d’Anne Besson, « Extension du domaine du ludique ».

–       Médiation et démocratie. La médiation, un nouveau besoin lié à l’appropriation par le plus grand nombre de la culture ?

–       La culture : objet ou moyen de pouvoir ? Culture et reconnaissance de classe. La médiation comme ascenseur social ?

–       Médiation culturelle et rôle des pouvoirs publics. On l’étudiera à travers le livre de Jean Caune, La démocratisation culturelle. Une médiation à bout de souffle, Presses universitaires de Grenoble, 2006.

–       Question de l’éthique de la médiation (colloque récent). Jean Caune, Pour une éthique de la médiation. Le sens des pratiques culturelles, Presses universitaires de Grenoble, 1999.

Médiation pratique : accompagner les publics (livre central d’Elisabeth Caillet, Accompagner les publics, Paris, L’Harmattan, 2007).

Approche bibliographique de la médiation culturelle

Bibliographie en une ligne ou deux : lire les livres d’Elisabeth Caillet, fondatrice des expressions « médiation » et « médiation participative ». A l’approche du musée, la médiation culturelle, PUL Lyon, 1995, disponible à la BNF ou à Kandinsky (in 8° 11942). En revanche Accompagner les publics, à l’Harmattan : on trouve en librairie.

Elle écrit de très bons livres, à la fois extraordinairement concrets sur le terrain et très philosophiques. Livres moins « médiatiques » que les « essais d’humeur », éditeurs plus confidentiels (L’Harmattan, les PUL).

Guide par H. Simon et M.L. Giniès, Les Métiers de la culture, Studyrama, dernière édition : « Le paysage culturel français » : très précis et direct, excellent « digest ».

  1. 1. Un domaine qui suscite une forte émotion et des livres d’humeur sans sérieux dans l’analyse

Le devant de scène de la médiation est tenu par des livres qu’on pourrait en gros ranger dans la rubrique « essai d’humeur ». Ces livres nuisent à la discipline comme champ de réflexion. Parce qu’il s’agit de culture, chacun s’imagine qu’il peut laisser libre cours à ses émotions et « dire ce qu’il pense », c’est-à-dire, en l’occurrence, parler sans aucune trace de pensée.

Quelques orientations rapides :

–       des râleurs conservateurs en vue, qui ont écrit dans de tous autres domaines que la médiation, donnent leur avis (naturellement négatif) sur ladite médiation. Exemple typique : Marc Fumaroli, L’Etat culturel : essai sur une religion moderne, s.l., Ed. de Fallois, 1992 : vieux con machiste qui vitupère contre la langue de bois, qui oppose les « loisirs de masse » et les « œuvres de l’esprit ». Citations choisies : p. 19 : « la Culture est un autre nom de la propagande ». Tout y passe, les vandales, on est américanisés, on est utilitaristes (ça c’est un niveau d’analyse !) et ça finit par le « commerce des loisirs et du tourisme », p. 294. Enfin, il s’insurge contre la nouvelle BNF, qui était alors un projet en cours.

–       Toujours à droite, mais nettement plus fin : Jacques Rigaud, Les Deniers du rêve, livre écrit par l’ancien directeur de cabinet du ministre des affaires culturelles de Pompidou et co-fondateur de l’ADMICAL, organe essentiel dans l’accès à la recherche de mécénat. Le livre est conçu comme un adieu aux armes, dans la veine d’une biographie intellectuelle d’un homme qui atteint l’âge de la retraite et revient sur son « œuvre » : testament spirituel. Une manière aussi de proclamer : « c’est moi qui ait eu l’idée », « c’est moi qui suis à la source de »… Prendre la parole pour ne pas être oublié. Message : c’est moi qui ait fondé l’ADMICAL et sans moi le mécénat d’entreprise n’existerait pas ou ne se serait pas développé.

Ce que le livre ne dit pas, c’est que l’accès aux services de l’ADMICAL (stages, formations, etc.) est payant. Je cite p. 181 : « Trouver une entreprise, frapper à la bonne porte, présenter un dossier convaincant ne s’improvise pas. C’est une des missions d’ADMICAL que d’initier à cette pratique les porteurs de projets, sans pouvoir nous substituer à eux dans la recherche de financements ».

Répertoire du mécénat d’entreprise, 82 euros ! j’ai tenté de le faire commander par la bibliothèque : à suivre…

La rubrique des essais d’humeur est donc alimentée par diverses personnalités qui donnent leur avis, à un titre ou à un autre.

– Ex : Dany-Robert Dufour, Le Divin Marché : la révolution culturelle libérale, Paris, Denoël, 2007 (vous remarquez que les essais d’humeur ont droit à des éditeurs plus prestigieux que les livres technico-philosophiques d’Elisabeth Caillet ou de Jean Caune !). Ecrit par un prof de fac, prof de sciences de l’éducation à Paris 8. C’est un livre sur la « morale » néo-libérale, avec un ton alarmiste de rigueur. Un ton alarmites fait toujours de bonnes ventes, en édition. Voyez Storytelling, de Christian Salmon, Paris, La Découverte, 2007 : la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits. Beaucoup de livres reposent sur l’inépuisable ressort de la paranoïa.

Pendant tout le mois d’août, la librairie Compagnie dans le 5e a présenté une vitrine sur la médiation culturelle. Cette vitrine privilégiait les essais d’humeur, dont le but est de raccorder la question de la médiation culturelle avec ce qu’ils appellent « une interrogation sur notre société » – donc une stratégie des éditeurs, en fait, pour réveiller la paranoïa qui est en nous.

Rapide tour d’horizon et résumé des « livres d’humeur »

–       Philippe Urfalino, L’Invention de la politique culturelle, Hachette, nouvelle édition 2004. Toujours la même histoire, Malraux/Duhamel/Lang, puis au refrain : postface, les inquiétudes de la professions aujourd’hui, autour de deux pôles, l’art contemporain et les intermittents du spectacle. Autrement dit, à part les quelques pages de postface sur ces deux sujets, le reste est une historiographie de la médiation qui traîne un peu partout. Vu et revu. Le type est au CNRS, en sociologie.

–       Jean-Michel Dijean, Politique culturelle : la fin d’un mythe, Paris, Gallimard, 2005. En gros : comment la politique culturelle de l’Etat, qui relevait d’une grande idée fondatrice suivant laquelle l’Etat avait pour mission de protéger et d’enrichir le patrimoine, se trouve fissurée par l’arrivée des industries de loisirs et de la télé.

–       Alain Brossat, Le Grand Dégoût culturel, Paris, Seuil, 2008. Prof de philo à Paris 8. S’inquiète de l’omniprésence du culturel dans nos sociétés, décrète au passage que la démocratie culturelle est nulle, et lui fait porter le chapeau de la perte des valeurs politiques de la république. Une fois de plus, voilà le grand ennemi, le Marché, tigre de papier récurrent de bouquin en bouquin ! Le culturel serait une pensée dominante qui aurait remplacé le souci politique dans nos esprits pour mieux nous asservir. (Donc le culturel n’est rien mais le culturel est tout)…

Bref, ce type d’ouvrages tape-à-l’œil, il y en a plein, et à mon avis ça n’a aucun intérêt.

La raison d’être de ces bouquins (écrits par des hommes) : peut-être un malaise type « backlash » contre le pouvoir féminin (car ce sont en majorité des femmes qui tiennent les rênes de la culture, et ont le pouvoir qui en résulte). Voir FALUDI, Susan,Backlash. The Undeclared War Against Women, New York, Crown Publishers, 1991.

En somme, si on essaie de pointer l’enjeu caché de tous ces bouquins : comme ils trahissent tous sans exception un refus du culturel, assorti plus ou moins de « menaces » paranoïdes ou apocalyptiques, on peut se demander si, au-delà de leur fonction « produit qui se vend bien », « coup libraire », ils ne traduisent pas un sentiment d’angoisse. La culture était chose si futile qu’on a laissé les femmes s’en emparer ; et c’est alors qu’on s’est rendu compte, mais trop tard, que cette culture, loin d’être aussi futile qu’on croyait, était une incroyable force politique.

Le profil des écrivants de ces livres est tout aussi caractéristique : auteurs d’ouvrages spécialisés réputés « sérieux », ils publient soudain un « essai » où leur émotion négative l’emporte sur leur habituel sens de la réflexion. Résultat, des ouvrages sans analyse, paranoïdes ou apocalyptiques. Il n’est pas anodin que les domaines visés par leurs anathèmes soient l’art et la culture. La culture apparaît comme une « zone sensible », comme les arts plastiques, ou l’art contemporain.

A titre de comparaison, on peut mentionner les diatribes sur l’art contemporain. Jean-Louis Harouel, La Grande falsification : l’art contemporain, Jean-Cyrille Godefroy Editions, 2009 : un très sérieux prof de droit à Dauphine perd soudain le contrôle de lui-même et explose d’indignation. Passe au discours vitupérateur sans aucune analyse ni réflexion. Une pure diatribe pour dire que les gens sont incultes. Le type est débordé par son émotion et cette émotion, c’est le domaine de l’art qui la provoque. Christine Sourgins, Les Mirages de l’art contemporain, Editions de la Table ronde, 2005. L’auteure est chroniqueuse à Radio Courtoisie et prône le retour aux vieilles valeurs passéistes. Là encore déchaînement émotif, absence de remise en cause ou en examen de ses propres valeurs, qui sont assenées comme indiscutables. Absence totale d’analyse, déferlement des émotions.

Donc faire attention aux « études » dictées par l’émotion, où un prof (non spécialiste du domaine en question) sort de ses sages gonds habituels pour « dire au monde ce qu’il pense ». La médiation culturelle est une discipline, qui a comme toute discipline ses spécialistes sérieux et rigoureux.

  1. 2. Des études précises dans le champ disciplinaire de la médiation culturelle

La médiation est un savoir, une pratique, un champ de recherche. Les trois perspectives demeurent liées.

A ce stade, on peut distinguer les études idéologico-politiques, ou sociologiques, économiques, etc. et les études plus « techniques ».

La première catégorie : des études bien focalisées (au contraire des diatribes des essais d’humeur, qui balayent largement un grand espace et amalgament tout), qui s’articulent autour d’UN problème et se placent radicalement hors du fantasme de l’économie mondiale et de la politique supposée totalitaire de la culture. Volonté d’apporter à une réflexion collective et non pas de dire « mon avis à moi » clamé au monde.

–       Comment passer à l’Europe en matière de culture ? Françoise Benhamou, Les dérèglements de l’exception culturelle : plaidoyer pour une perspective européenne, Paris, Seuil, 2006. A contre-courant du mouvement qui désire protéger la France du marché européen en matière de culture, Fr. Benhamou se demande comment prendre acte des mutations en cours et proposer un modèle européen viable qui ne résulte pas du diktat du marché mondial. Prof d’économie à l’université de Rouen. A aussi écritL’Economie de la culture, La Découverte, 5e ed. 2004.

–       Comment la médiation culturelle se lie avec le politique ? Bernard Lamizet, La Médiation politique, Paris, L’Harmattan, 2000 etLa Médiation culturelle, Paris, l’Harmattan, 2000. Sur les enjeux politiques de la médiation, la manière dont la vie politique se représente à travers ses institutions. On utilisera ces livres dans le cours sur la politique et la culture.

–       Comment en finir avec le modèle bourdieusien de « la distinction » ? Bernard Lahire, La Culture des individus : dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte, 2006. Les oppositions entre haute culture, sous-culture, divertissement se jouent au sein des individus mêmes, et non pas dans l’opposition supposée de classes supérieures cultivées et de classes inférieures tenues à distance de la culture. Cela dialogue avec L’Amour de l’art de Pierre Bourdieu et Alain Darbel, Paris, les éditions de Minuit, 1966 ; et  Les Héritiers, de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, Paris, Minuit, 1964, sur le rapport des étudiants et de la culture (selon leur classe sociale, les étudiants posséderaient plus ou moins la maîtrise des codes de la culture. L’école perpétue l’inégalité des chances ; l’héritage culturel familial est un capital dont on ne mesure pas assez la portée).

–       Jean Caune,  Pour une éthique de la médiation. Le sens des pratiques culturelles, PUG 1999. Question relayée par un colloque récent (2008) organisé par l’association lyonnaise « médiation culturelle ». Le but du colloque : dégager clairement les valeurs professionnelles attachées à l’exercice de ce qu’on appelle « médiation culturelle », ne pas se laisser emporter par les enjeux politiques à court terme des collectivités territoriales qui veulent valoriser leur image, comment réaliser un vrai tissage relationnel avec les populations dans un métier souvent précarisé. Et comment éviter de s’étourdir avec des termes comme « marketing », « record de fréquentation », « obligation de résultats «  ou « indicateurs de performance ». NB : l’université aurait intérêt à en prendre de la graine, avec ses « pôles d’excellence », « laboratoires » de sciences humaines et tout ce jargon destructeur : Jean-François Bachelet, L’Université impossible. Le Savoir dans la démocratie de marché, Bruxelles, Éditions Labor & Espace de libertés, 2003 : extension du vocabulaire managérial dans l’université : stratégie, gestion, experts, compétition, changement, excellence, interface, culture d’entreprise, innovation, flexibilité, créativité ; « éthique protestante du travail » (p. 47) ; éthique professionnelle dominante des WASP (White Anglo Saxon Protestants). « On ne peut toutefois manquer d’être surpris, voire choqué, de la passivité avec laquelle l’université se laisse imposer de l’extérieur le fatras dogmatique qui est censé conduire son évolution récente » (p. 54). On notera le silence des humanités (ne construisant pas une pensée consensuelle idéale) ainsi que des sciences expérimentales (non médiatisées), p. 56-57.

–       Jean Caune, 1992 : La Culture en action. De Vilar à Lang. Le Sens perdu, PUG. On l’étudiera en détails dans le cours sur la géopolitique du territoire.

Etudes plus « techniques » :

–       Philippe Coulangeon, Sociologie des pratiques culturelles, Paris, La Découverte, 2005 : un état des lieux statistique sur la manière dont les gens répartissent leurs loisirs culturels. Ouvrage basé sur des constats statistiques (progression du poids des dépenses consacrées à la culture et aux loisirs dans les pays d’Europe du Nord). Mine de références pour des articles spécialisés sur des problèmes précis.

–       Les livres d’Elisabeth Caillet que nous allons étudier tout à l’heure.

Outils, notamment des que-sais-je : Les Politiques publiques de la culture en France, par Pierre Moulinier, 2005. Les Musées de France, par Jacques Saillois, 2008. Regardez bien les dates des que sais-je !

Très utile pour préparer les concours : Une histoire des musées de France18-20e siècles, par Dominique Poulot. Également auteur de Musées et Muséologie, 2005 ; Patrimoine et musées. L’institution de la culture, 2002 ; Musée, Nation, Patrimoine, 1997. Après, on pourrait ouvrir sur toute une bibliographie spécialisée sur la question des musées comme objet d’étude. C’est tout un domaine spécialisé.

Il existe par ailleurs de nombreux livres, chez Vuibert ou Ellipse, avec des annales de concours territoriaux du patrimoine, des exercices corrigés, etc.

Le musée, temple ou forum ? La question des publics

Source : E. Caillet, A l’approche du musée, la médiation culturelle, PUL Lyon, 1995.

Elisabeth Caillet rappelle que Pierre Gaudibert a écrit le premier ouvrage sur le sujet. On peut s’y référer :

Pierre Gaudibert, écrivain et critique d’art, avait créé la section contemporaine du musée d’art moderne de la Ville de Paris. Auteur de Action culturelle : intégration ou subversion ? en 1972. Une réflexion, un bilan au temps même de l’action culturelle.

Réflexion de Pierre Gaudibert dans un article : Le Musée, temple ou forum ? = interrogation sur les musées : si temple = sacralisation silencieuse ; si forum = espace où se cristallisent les débats sociaux.

Préface de E. Caillet : synthèse sur les différents âges des musées en France : comment on est passé du souci d’enrichir les collections au souci du public.

• Première chronologie : les trois âges du musée

–       l’âge académique (celui des académies) : ce qui détermine le musée est la collection. Des collectionneurs privés aux musées. L’Académie des Beaux-Arts dure jusqu’en 1793.

–        le musée de l’Etat-Nation révolutionnaire : ce qui détermine le musée est son action idéologique. Credo davidien, le Rapport à la Convention nationale sur le Jury national des Arts, qui remplace l’Académie en 1793 : « Ce n’est pas seulement en charmant les yeux que les monuments des arts ont atteint leur but, c’est en pénétrant l’âme, c’est en faisant sur l’esprit une impression profonde, semblable à la réalité : c’est  alors que les traits d’héroïsme, de vertus civiques, offerts aux regards du peuple, électriseront son âme, et feront germer en lui toutes les passions de la gloire, de dévouement pour le salut de la patrie ». Comment un présupposé esthétique (l’imitation « semblable à la réalité) se lie avec des intentions clairement politiques (émouvoir le citoyen et l’élever vers le désir d’héroïsme, par cette émotion).

–       le musée de l’âge démocratique : ce qui détermine le musée est le public.

Mais si on y regarde de plus près, les musées des trois âges sont déterminés par le public ! Le musée académique est un déjà lieu de sociabilité pour les lettrés, le musée révolutionnaire veut s’emparer par l’émotion de la vertu du citoyen… Le public est donc une constante, plus ou moins développée suivant les époques.

La question du public ne se pose de manière « officielle » que lors de la parution de L’Amour de l’art de Bourdieu et Darbel : qui aime les musées ? comment ? pourquoi ? C’est un point de départ. A l’origine de la notion de médiation : la question de l’accès à la culture. Quoi qu’on pense des conclusions de cet ouvrage, il joue un rôle initiateur.

• Deuxième chronologie : Emergence de la médiation culturelle dans l’histoire du musée, p. 25.

–       E. Caillet rappelle le rôle de Malraux 1959 : protection et mise en valeur de l’héritage culturel, soutien à l’art vivant (surtout le spectacle), démocratisation, décentralisation, maisons de la culture.

–       Puis 1968-81 : grands travaux architecturaux, apparition de la notion de « patrimoine », chartes avec les pouvoirs locaux sur la culture, prise de conscience de l’impact de la culture en politique.

–       1981-86 : création de la délégation aux arts plastiques, aides au cinéma français, crédits pour les bibliothèques, grands projets comme la Villette, l’arche de la Défense, l’Institut du monde arabe, l’Opéra bastille, le Grand Louvre, la BNF. Et création d’une « Direction du Développement culturel » transversale par rapport aux autres Directions du min K.

–       1986-88 : toujours la sauvegarde du patrimoine, encouragement à l’intervention des fonds privés via le mécénat, loi en 1988 sur les enseignements artistiques dans l’enseignement scolaire.

–       Après : le patrimoine étend son champ d’investigation et finit par couvrir à peu près toutes les productions humaines.

((Parenthèse sur Patrimoine, Culture et Concept

Le découpage de la notion de « patrimoine » recoupe celui de la notion de « culture », élargie elle aussi à toutes les activité humaines – nous verrons le détail dans le cours sur la culture. Introduction des Métiers de la culture : « Aujourd’hui, culture rime avec divertissement et les Français la considèrent désormais avant tout comme un plaisir », p. 11. Fin de la culture-ennui + agrandissement du champ de la culture, qui finit par englober des pratiques très hétéroclites : les manifestations culturelles, augmentées des spectacles de rue, cirque, etc., le patrimoine qui ne se résume plus aux monuments historiques, la culture à domicile (TV ordinateurs, CD, DVD…). Patrimoine et Culture phagocytent les domaines proches, tout finit par pouvoir être de la culture ou du patrimoine : catégories très extensives, extension de ces concepts.

Une seule résistance, le sport : il est toujours traité à part. Dans Sociologie de la culture, en introduction, l’auteur précise qu’il ne parlera pas du sport qui est autre chose ; pourtant, pour les parents par exemple, les activités culturelles du temps libre des enfants ne sont pas en opposition avec le sport, qui occupe la même « case ». C’est comme s’il fallait bien poser une frontière car on est au risque de voir culture et patrimoine englober toutes les activités possibles ! Et la frontière du sport est d’ailleurs poreuse : une pratique comme la danse, le cirque, est à la fois un art et un sport…

La culture mange les domaines connexes et le patrimoine fait de même, repoussant dans le flou la frontière du concept, qui peut d’ailleurs (suivant Deleuze) fonctionner comme une sorte de nébuleuse en mouvement et non comme une catégorie traditionnellement fixe qu’on définit en extension (ce que le concept n’est pas par opposition à d’autres concepts) et en compréhension (ce que le concept fédère et comprend). Gilles Deleuze, Qu’est-ce que la philosophie ?, en collaboration avec Félix Guattari, Paris, Les éditions de Minuit, 1991. La nébuleuse en mouvement est active et arrache des particules sur son passage : ainsi un concept comme culture ou patrimoine, qui tend à grandir et à assimiler des éléments hétérogènes.

… donc les musées se développent dans les domaines de la culture technique et de la mémoire : et aussi les parcs naturels, les sites…pas seulement du patrimoine artistique originel. Se met en place un mécanisme de subventions (conventions). La DMF (direction des musées de France) délègue aux régions son pouvoir et ses crédits en matière culturelle. Rôle très important des départements qui coordonnent les politiques culturelles intercommunales.

Système de contrats entre l’Etat et les régions : « contrats de plan », 5 ans. Réponse à la demande d’activités culturelles : augmentation du temps de loisir, développement de l’urbanisation, la K fait partie des revendications de qualité de vie.

ICOM : International Council of Museum.

Tendance actuelle « le musée spectacularise ses collections et risque de devenir un média », p. 29. On verra cela avec les scénovisions. « Mis en compétition avec d’autres formes d’occupation du temps libre, le musée n’hésite pas à faire appelé à la publicité, à commercialiser ses produits, à recourir à la commandite, à nouer des relations de partenariat avec d’autres institutions », p. 29.

Le musée est aussi appelé à modeler ses propres outils d’évaluation, parmi lesquels la fréquentation. Difficultés concrètes : les groupes passent en groupe sans qu’on les dénombre, les scolaires passent sans « billet gratuit »…

Qu’est-ce qu’un musée ? Le mot musée n’est pas protégé ni délimité. Toute collection privée peut donner naissance à un musée. En d’autres termes, il suffit d’avoir une collection pour créer un musée.

((D’où mon expérience du Musée des Crânes et des Animaux (MUCRAN’). Créer un musée expérimental privé, faire des expositions temporaires, réfléchir à la mise en valeur et au stockage des collections, à la visibilité artistique du concept, etc.))

Les collectionneurs peuvent faire des DATIONS : la législation sur les droits de succession pousse aux dations qui permettent d’éviter les frais.

Un musée peut naître de dations, il peut naître de la prise de conscience récente de l’importance d’un monument. Un musée d’art contemporain peut apparaître comme une contradiction dans les termes : c’est contradictoire avec les fins de conversation d’un musée (nos choix, pas ceux des anciens !). La progression d’un certain type de musée révèle le pouvoir social. Exemple : augmentation du nombre des musées scientifiques et techniques, qui reflète la valorisation actuelle du pouvoir des scientifiques qui occupent les postes décisionnaires (pensez aussi à la valorisation idéologique des sciences dans les cursus des élèves : hors de S, point de salut, dévalorisation idéologique des autres sections…).

• Troisième chronologie : Le musée tiraillé entre Education et Loisir

Dans l’idée de La Font de Saint-Yenne, au XVIIIe siècle, le musée a pour fonction d’éduquer. Mais la fonction du musée oscille entre éducation et balisage de l’espace national, valorisation du national par l’accroissement des fonds, etc. Musée : un choix politique. Pas quelles œuvres nous voulons regarder : par lesquelles nous voulons être regardés ! Activité muséale : discriminer, éliminer. E. Caillet, p. 43 : le musée, affaire politique, est moins un lieu de rassemblement que d’élimination.

Brève histoire du Louvre dans Agnès Callu, La Réunion des musées nationaux (1870-1940), p. 50 : en 1746, La Font de Saint-Yenne, critique d’art, lance l’idée d’un regroupement d’œuvres d’arts dans un lieu unique où elles pourraient être admirées de manière permanente par un public élargi d’amateurs. Il propose le Louvre. Jusqu’alors, le souverain (Louis XV) gardait jalousement ses collections. L’idée du Louvre comme musée d’art progresse doucement. Sous Louis XVI on commence à faire l’inventaire des richesses françaises. Le Museum est fondé en 1793. C’est la date de la fin de l’Académie, si vous vous raccordez avec la chronologie des « trois âges » d’Elisabeth Caillet. Les guerres d’Italie de Napoléon sont l’occasion de pillages d’œuvres d’art : enrichissement du Louvre. La Monarchie de Juillet transforme Versailles en musée. Louis-Philippe rassemble la collection. La Deuxième République (48-52) et le Second Empire parachèvent le Louvre, avec un accroissement des collections nationales. Crédits d’acquisistion. Musée = prestige du régime politique. La relation centrale n’est pas entre le musée et ses visiteurs, mais entre le musée et sa collection (en gros, il suffit de savoir qu’à l’abri de ces murs sont conservés des trésors). Le but est donc d’enrichir les musées, d’étayer les collections. Démarche patrimoniale. Ce souci caractérise les musées jusqu’à une date très tardive. Il est encore de mise aujourd’hui, même si la question des publics l’emporte sur notre façon actuelle de considérer la fonction du musée.

Aujourd’hui, comme l’accent est mis sur les publics, il porte également sur l’éducation. Un musée comme le palais de la découverte, sous le Front populaire, avait pour mission d’éduquer. Musée à bien des égards pionnier dans sa démarche. Décrets pour inciter le public à devenir le public des musées. En 1974, les élèves se voient proposer « les 10% » : 10 % du temps de l’école doit être consacré à la culture (visites extérieures). Création d’une continuité école-musée. Naissance d’une véritable vocation culturelle, pour moi par ex.

Aujourd’hui, le souci des publics est affiché comme primordial, mais cela cache encore des représentations politiques : la démocratie veut se représenter comme « vraiment pour tous ». Elle a des difficultés avec les anciens musées qui présentent les richesses de la noblesse et du clergé (et certes pas du Tiers-Etat) : d’où la diversification de l’offre. Création des « écomusées » : autour du patrimoine de proximité, entièrement tourné vers le public. Mise en place de l’Observatoire des publics par la DMF en 1990.

Si on résume aujourd’hui : la médiation culturelle est au centre du processus social en ce qu’elle en explicite les valeurs politiques de symbolisation. Reprenons « ce qui se dit » de façon courante : on parle de déshumanisation du monde moderne ; la médiation est réputée « retisser des liens », « créer du lien social ». Elle devient le ciment de l’art : fonction de l’artiste en cours de dévalorisation par apport à la valeur ajoutée de la médiation. La fonction « plaire pur instruire » l’emporte sur l’idée d’instruire – dévalorisation actuelle du métier de prof, attaques politiques contre l’école, le secondaire, la fac. Valorisation du multimédia : en avoir plein les mirettes, saturer les sens et l’émotion. Ex : le Futuroscope = donner une idée « non-poussiéreuse » de « la science ». Se heurte à la réalité : aridité de tout apprentissage scientifique rigoureux.

Idées fausses divulguées régulièrement, comme la désaffection du « livre » par rapport aux « nouvelles technologies » – mais de quel livre parle-t-on quand on parle de livre ? Livre pour se distraire, pour apprendre, manuel ? « Le livre » n’est somme toute pas une catégorie très parlante en soi : on a des livres d’art, de bricolage, de cuisine, des romans, des manuels techniques pour la moto, des livres pour enfants, des livres scolaires, tout cela c’est donc « le livre » ? On ne peut délimiter la notion de « livre » en disant qu’il s’agit de pages imprimées et reliées : manuel du lave-vaisselle, brochure scolaire : ne sont pas des livres. Rôle de l’édition, de l’ISBN qui définirait plus précisément ce qu’est « le livre ». Mais pour le grand public, « le livre » est une valeur (dépassée) qui s’oppose aux « univers partagés », « multimédia », « autres supports plus modernes ». Dévalorisation du livre sur une fausse idée, une idée peu claire de la notion de « livre », vécue surtout comme un repoussoir idéologique (aucun rapport avec le secteur appelé Edition).

= domaine étendu et phagocytant.

Laisser un commentaire