L’usage des autres

Usages que les différentes cultures font les unes des autres par différents biais, allant de l’emprunt à la domination et à l’effacement : question du témoignage et de sa réception, des représentations et de leur réception, des temps de réception, des transferts de culture, etc. On étudiera ici des pratiques, des représentations, des savoirs, ainsi que leurs usages sociaux, intimes ou collectifs, les valeurs individuelles ou collectives qui leur sont attachées, etc.

Nous nous intéresserions en particulier à la littérature (aux textes) comme discours culturel, mais aussi et surtout comme discours subvertissant toute forme de discours socialement et préalablement construit : comme produit culturel et comme subversion d’une culture donnée et création de représentations alternatives, en particulier dans une période de crise ouvrant une série de possibles permettant des déplacements des manières de penser communément partagées. Si ce type de questionnement est marqué du sceau de l’anthropologie culturelle ou littéraire, c’est en grande partie parce qu’il met directement en cause l’assimilation de la littérature (de l’art en général) au culturel (à la culture comme production idéologique) et qu’il constitue à ce titre une discussion avec les Cultural Studies dont la tendance est plutôt inverse (envisager la littérature comme reflet de la société, de la culture, de telle communauté, etc.).

Laisser un commentaire