Archives pour la catégorie Séminaire Larue Jeunesse 2012

Les malheurs de Sophie ou le sadisme parental expliqué aux enfants

Extrait des Malheurs de Sophie, par Sophie de Ségur, Hachette, 1859.

Bibliographie : Patrick Pipet, Les Mystères de Sophie.

Extrait de la présentation :

« Pétrie de religion, elle ne peut pas ne pas laisser percer cependant des éléments pulsionnels inconscients qui s’articulent alors dans une dimension érotique inattendue. »

Un jour sa maman l’appela pour lui montrer une charmante boîte à ouvrage que M. de Réan venait d’envoyer de Paris. La boîte était en écaille avec de l’or ; le dedans était doublé de velours bleu, il y avait tout ce qu’il fallait pour travailler, et tout était en or ; il y avait un dé, des ciseaux, un étui, un poinçon, des bobines, un couteau, un canif, de petites pinces, un passe-lacet. Dans un autre compartiment il y avait une boîte à aiguilles, une boîte à épingles dorées, une provision de soies de toutes couleurs, de fils de différentes grosseurs, de cordons, de rubans, etc. Sophie se récria sur la beauté de la boîte :

« Comme tout cela est joli ! dit-elle, et comme c’est commode d’avoir tout ce qu’il faut pour travailler ! Pour qui est cette boîte, maman ? ajouta Sophie en souriant, comme si elle avait été sûre que sa maman répondrait : C’est pour toi.

C’est à moi que ton papa l’a envoyée, » répondit Mme de Réan.

SOPHIE. — Quel dommage ! J’aurais bien voulu l’avoir.

MADAME DE RÉAN. — Eh bien ! je te remercie ! Tu es fâchée que ce soit moi qui aie cette jolie boîte ! C’est un peu égoïste.

SOPHIE. — Oh ! maman, donnez-la-moi, je vous en prie.

MADAME DE RÉAN. — Tu ne travailles pas encore assez bien pour avoir une si jolie boîte. De plus tu n’as pas assez d’ordre. Tu ne rangerais rien et tu perdrais tous les objets les uns après les autres.

[…]

MADAME DE RÉAN. — Sophie, tu m’ennuies. Je te prie de ne plus songer à la boîte.

Sophie se tut ; elle continua à regarder la boîte, puis elle la redemanda à sa maman plus de dix fois. La maman, impatientée, la renvoya dans le jardin.

Sophie ne joua pas, ne se promena pas ; elle resta assise sur un banc, pensant à la boîte et cherchant les moyens de l’avoir.

[…]

« J’ai trouvé, j’ai trouvé. La boîte sera à moi. »

Et voilà Sophie qui rentre au salon, la boîte était restée sur la table ; mais la maman n’y était plus. Sophie avance avec précaution, ouvre la boîte et en retire une à une toutes les choses qui la remplissaient. Son cœur battait, car elle allait voler, comme les voleurs que l’on met en prison. Elle avait peur que quelqu’un n’entrât avant qu’elle eût fini. Mais personne ne vint ; Sophie put prendre tout ce qui était dans la boîte. Quand elle eut tout pris, elle referma doucement la boîte, la replaça au milieu de la table et alla dans un petit salon où étaient ses joujoux et ses petits meubles ; elle ouvrit le tiroir de sa petite table et y enferma tout ce qu’elle avait pris dans la boîte de sa maman.

« Quand maman n’aura plus qu’une boîte vide, dit-elle, elle voudra bien me la donner ; et alors j’y remettrai tout, et la jolie boîte sera à moi ! »

[…]

Toute la matinée se passa sans que la maman s’aperçût du vol de Sophie ; mais à l’heure du dîner, quand tout le monde se réunit au salon, Mme de Réan dit aux personnes qu’elle avait invitées à dîner qu’elle allait leur montrer une bien jolie boîte à ouvrage que M. de Réan lui avait envoyée de Paris.

« Vous verrez, ajouta-t-elle, comme c’est complet ; tout ce qui est nécessaire pour travailler se trouve dans la boîte. Voyez d’abord la boîte elle-même ; comme elle est jolie !

— Charmante, répondit-on, charmante. »

Mme de Réan l’ouvrit. Quelle fut sa surprise et celle des personnes qui l’entouraient, de trouver la boîte vide !

« Que signifie cela ? dit-elle. Ce matin, tout y était, et je ne l’ai pas touchée depuis.

— L’aviez-vous laissée au salon ? » demanda une des dames invitées.

MADAME DE RÉAN. — Certainement, et sans la moindre inquiétude ; tous mes domestiques sont honnêtes et incapables de me voler.

LA DAME. — Et pourtant la boîte est vide, chère madame ; il est certain que quelqu’un l’a vidée.

Le cœur de Sophie battait avec violence pendant cette conversation ; elle se tenait cachée derrière tout le monde, rouge comme un radis et tremblant de tous ses membres.

Mme de Réan, la cherchant des yeux et ne la voyant pas, appela : « Sophie, Sophie, où es-tu ? »

Comme Sophie ne répondait pas, les dames derrière lesquelles elle était cachée, et qui la savaient là, s’écartèrent, et Sophie parut dans un tel état de rougeur et de trouble, que chacun devina sans peine que le voleur était elle-même.

« Approchez, Sophie », dit Mme de Réan.

Sophie s’avança d’un pas lent ; ses jambes tremblaient sous elle.

MADAME DE RÉAN. — Où avez-vous mis les choses qui étaient dans ma boîte ?

SOPHIE, tremblante. — Je n’ai rien pris, maman, je n’ai rien caché.

MADAME DE RÉAN. — Il est inutile de mentir, mademoiselle ; rapportez tout à la minute, si vous ne voulez pas être punie comme vous le méritez.

SOPHIE, pleurant. — Mais, maman, je vous assure que je n’ai rien pris.

MADAME DE RÉAN. — Suivez-moi, mademoiselle.

Et, comme Sophie restait sans bouger, Mme de Réan lui prit la main et l’entraîna malgré sa résistance dans le salon à joujoux. Elle se mit à chercher dans les tiroirs de la petite commode, dans l’armoire de la poupée ; ne trouvant rien, elle commençait à craindre d’avoir été injuste envers Sophie, lorsqu’elle se dirigea vers la petite table. Sophie trembla plus fort lorsque sa maman, ouvrant le tiroir, aperçut tous les objets de sa boîte à ouvrage, que Sophie avait cachés là.

Sans rien dire, elle prit Sophie et la fouetta comme elle ne l’avait jamais fouettée. Sophie eut beau crier, demander grâce, elle reçut le fouet de la bonne manière, et il faut avouer qu’elle le méritait.

Mme de Réan vida le tiroir et emporta tout ce qu’elle y avait trouvé, pour le remettre dans sa boîte, laissant Sophie pleurer seule dans le petit salon.

Elle était si honteuse qu’elle n’osait plus rentrer pour dîner ; et elle fit bien, car Mme de Réan lui envoya sa bonne pour l’emmener dans sa chambre, où elle devait dîner et passer la soirée. Sophie pleura beaucoup et longtemps ; la bonne, malgré ses gâteries habituelles, était indignée et l’appelait voleuse.

« Il faudra que je ferme tout à clef, disait-elle, de peur que vous ne me voliez. Si quelque chose se perd dans la maison, on saura bien trouver le voleur et on ira tout droit fouiller dans vos tiroirs. »

Le lendemain, Mme de Réan fit appeler Sophie.

« Écoutez, mademoiselle, lui dit-elle, ce que m’écrivait votre papa en m’envoyant la boîte à ouvrage. »

« Ma chère amie, je viens d’acheter une charmante boîte à ouvrage que je vous envoie. Elle est pour Sophie, mais ne le lui dites pas et ne la lui donnez pas encore. Que ce soit la récompense de huit jours de sagesse. Faites-lui voir la boîte, mais ne lui dites pas que je l’ai achetée pour elle. Je ne veux pas qu’elle soit sage par intérêt, pour gagner un beau présent ; je veux qu’elle le soit par un vrai désir d’être bonne… »

« Vous voyez, continua Mme de Réan, qu’en me volant, vous vous êtes volée vous-même. Après ce que vous avez fait, vous auriez beau être sage pendant des mois, vous n’aurez jamais cette boîte. J’espère que la leçon vous profitera et que vous ne recommencerez pas une action si mauvaise et si honteuse. »

Sophie pleura encore, supplia sa maman de lui pardonner. La maman finit par y consentir, mais elle ne voulut jamais lui donner la boîte ; plus tard elle la donna à la petite Élisabeth Chéneau, qui travaillait à merveille et qui était d’une sagesse admirable.

 

 

Le sexisme discret d’une publicité de 1938

Une publicité

(dans Le coupe-papier, n° 7, décembre 1938, p. 6, cité par Mathilde Lévêque, Ecrire pour la jeunesse, PUR, 2011, p. 55).

Un geste maladroit, et voici la tête de la poupée brisée sur le plancher. Un peu trop de curiosité mécanique, et voilà la locomotive qui perd ses entrailles d’acier, et qui n’est plus bonne qu’à se traîner au bout d’une ficelle…

Les jouets passent, les jouets cassent, le livre reste : le livre est pour l’enfant le plus beau des jouets, un jouet qui s’adapte à tous les âges.

 

Morale du joujou : extraits pour le séminaire jeunesse Larue

Morale du joujou (extraits)

1853

Charles Baudelaire

 

 

Il y a bien des années, – combien ? je n’en sais rien ; cela remonte aux temps nébuleux de la première enfance, – je fus emmené par ma mère, en visite chez une dame Panckoucke. […].

Je me rappelle très distinctement que cette dame était habillée de velours et de fourrure. Au bout de quelque temps, elle dit :«Voici un petit garçon à qui je veux donner quelque chose, afin qu’il se souvienne de moi». Elle me prit par la main et nous traversâmes plusieurs pièces ; puis elle ouvrit la porte d’une chambre où s’offrait un spectacle extraordinaire et vraiment féerique. Les murs ne se voyaient pas, tellement ils étaient revêtus de joujoux. Le plafond disparaissait sous une floraison de joujoux qui pendaient comme des stalactites merveilleuses. Le plancher offrait à peine un étroit sentier où poser les pieds. […].

«Voici, dit-elle, le trésor des enfants. J’ai un petit budget qui leur est consacré, et quand un gentil petit garçon vient me voir, je l’amène ici, afin qu’il emporte un souvenir de moi.
 Choisissez».

Avec cette admirable et lumineuse promptitude qui caractérise les enfants, chez qui le désir, la délibération et l’action ne font, pour ainsi dire, qu’une seule faculté, par laquelle ils se distinguent des hommes dégénérés, en qui, au contraire, la délibération mange presque tout le temps, – je m’emparai immédiatement du plus beau, du plus cher, du plus voyant, du plus frais, du plus bizarre des joujoux. Ma mère se récria sur mon indiscrétion et s’opposa obstinément à ce que je l’emportasse. Elle voulait que je me contentasse d’un objet infiniment médiocre. Mais je ne pouvais y consentir, et, pour tout accorder, je me résignai à un juste-milieu.

[…] Cette aventure est cause que je ne puis m’arrêter devant un magasin de jouets et promener mes yeux dans l’inextricable fouillis de leurs formes bizarres et de leurs couleurs disparates, sans penser à la dame habillée de velours et de fourrure, qui m’apparaît comme la Fée du joujou.

J’ai gardé d’ailleurs une affection durable et une admiration raisonnée pour cette statuaire singulière, qui, par la propreté lustrée, l’éclat aveuglant des couleurs, la violence dans le geste et la décision dans le galbe, représente si bien les idées de l’enfance sur la beauté. Il y a dans un grand magasin de joujoux une gaieté extraordinaire qui le rend préférable à un bel appartement bourgeois. Toute la vie en miniature ne s’y trouve-t-elle pas, et beaucoup plus colorée, nettoyée et luisante que la vie réelle ? […].

Tous les enfants parlent à leurs joujoux ; les joujoux deviennent acteurs dans le grand drame de la vie, réduit par la chambre noire de leur petit cerveau. Les enfants témoignent par leurs jeux de leur grande faculté d’abstraction et de leur haute puissance imaginative. Ils jouent sans joujoux. Je ne veux pas parler de ces petites filles qui jouent à la madame, se rendent des visites, se présentent leurs enfants imaginaires et parlent de leurs toilettes. Les pauvres petites imitent leurs mamans ; elles préludent déjà leur immortelle puérilité future, est aucune d’elles, à coup sûr, ne deviendra ma femme. […]

Le joujou est la première initiation de l’enfant à l’art, ou plutôt c’en est pour lui la première réalisation, et, l’âge mûr venu, les réalisations perfectionnées ne donneront pas à son esprit les mêmes chaleurs, ni les mêmes enthousiasmes, ni la même croyance.

[…] Je crois que généralement les enfants agissent sur leurs joujoux, en d’autres termes, que leur choix est dirigé par des dispositions et des désirs, vagues, il est vrai, non pas formulés, mais très réels. Cependant je n’affirmerais pas que le contraire n’ait pas lieu, c’est-à-dire que les joujoux n’agissent pas sur l’enfant, surtout dans le cas de prédestination littéraire ou artistique. Il ne serait pas étonnant qu’un enfant de cette sorte, à qui ses parents donneraient principalement des théâtres, pour qu’il pût continuer seul le plaisir du spectacle et des marionnettes, s’accoutumât déjà à considérer le théâtre comme la forme la plus délicieuse du beau.

[…] l y a d’autres parents qui considèrent les joujoux comme des objets d’adoration muette ; il y a des habits qu’il est au moins permis de mettre le dimanche ; mais les joujoux doivent se ménager bien autrement ! Aussi à peine l’ami de la maison a-t-il déposé son offrande dans le tablier de l’enfant, que la mère féroce et économe se précipite dessus, le met dans une armoire, et dit : C’est trop beau pour ton âge ; tu t’en serviras quand tu seras grand ! Un de mes amis m’avoua qu’il n’avait jamais pu jouir de ses joujoux. – Et quand je suis devenu grand, ajoutait-il, j’avais autre chose à faire.

[…] L’enfant tourne, retourne son joujou, il le gratte, il le secoue, le cogne contre les murs, le jette par terre.

[…] Il y en a d’autres qui cassent tout de suite le joujou à peine mis dans leurs mains, à peine examiné ; et quant à ceux-là, j’avoue que j’ignore le sentiment mystérieux qui les fait agir. Sont-ils pris d’une colère superstitieuse contre ces menus objets qui imitent l’humanité, ou bien leur font-ils subir une espèce d’épreuve maçonnique avant de les introduire dans la vie enfantine ? – Puzzling question !

S’orienter dans la bibliographie de « Soleil vert » sur les vampires

Le spécialiste important des vampires « historiques », jusqu’à Anne Rice comprise, et avec quelques aperçus sur la production plus contemporaine est Jean Marigny : voir son Découverte-Gallimard pour une première approche, et en bibliothèque son livre chez Champion, Le Vampire dans la littérature du XXe siècle. Il existe aussi un « 50 questions » du même auteur sur le thème, et une étude de 1985 sur le vampire dans la littérature anglo-saxonne, chez Didier-érudition (en bibliothèque, donc).

Pour le vampire plus contemporain (au moment où la littérature vampirique converge avec la sociologie de la bit lit), la référence est Sophie Dabat et alii, Bit-Lit ! L’Amour des Vampires, qui date de 2010 et que vous pouvez commander aux Moutons électriques, à Lyon (une bonne maison, à encourager  et à recommander !) pour 25 euros, soit le prix d’un roman de fantasy chez Mnemos !

Sur Anne Rice précisément, je rajoute quelques références à la bibliographie de « Soleil vert » :

Katherine Ramsland, The vampire Compagnion, The official guide to Anne Rice’s Vampire Chronicles, Ballantines Book, 1993, New York, 581 pages

Katherine Ramsland, Prism of the Night : a Biography of Ann Rice, EP Dutton Publishers, 1992, 385 pages.

Anne Rice et les vampires, Revue Phénix, 1995, n° 39.

 

 

Séances du séminaire L’album de jeunesse 2012-2013

Séminaire M2-S1 / L’album jeunesse entre France et Grande-Bretagne / Anne Larue / salle C 204 /lundi  10-13 h

 

Lundi 17 septembre Tour de table interactif, introduction et présentation des enjeux du séminaire, manipulations d’albums, panorama des sujets, bibliographies, inscriptions aux TD.Cours : enfance, jeunesse, des publics différents1. Médiation jeunesse. Action, création, médiation. Contexte de la prescription adulte sur la lecture jeunesse.

2. La place centrale du jeune adulte dans la société occidentale contemporaine et le développement des genres anglo-saxons : le cas de la bit lit.

 

Lundi 24 septembre Lecture : Morale du joujou, de Baudelaire. Brainstorming par groupes ou collectif : quels sont les grands traits de la culture de jeunesse que met en évidence ce texte ?  Cours : la littérature de jeunesse, un matrimoine ?
Lundi 1eroctobre Cours : petite histoire en images de l’album français et anglais depuis la fin du XIXe siècle : l’album à ses débuts.Synthèses-minute : analyse inter-iconique d’un album contemporain par chaque étudiant.e. 
Lundi 8 octobre Suite du cours : l’album et l’illustration avant les éditions du Père Castor en France et en Angleterre. Les procédés techniques de l’illustration. Cadrage, couleurs, matériaux, numérique… Application sur des albums contemporain : analyse d’images par le groupe.

 

Lundi 15 octobre  Suite du cours : les éditions du Père Castor et la promotion des travaux manuels pour l’éducation.  Travail collectif de médiation jeunesse : inventez un atelier (public, but pédagogique, faisabilité, organisation…).

 

 

Lundi 29 octobre Cours : l’album féministe des années 70. La Tate modern à Londres et le public jeunesse : étude de cas. Exercice de médiation jeunesse à partir des fiches d’artistes contemporains produites par la Tate Modern à l’usage des enfants.   
Vendredi 30 novembre : sortie OBLIGATOIRE 

 

 

Lundi 3 décembre

 

 

 

Au Salon de Montreuil avec le groupe du MTI et le groupe PAC au Salon de la littérature et de la presse jeunesse. Accès gratuit. Métro Robespierre. Instructions à venir sur alka.hypotheses.org, onglet MTI.

 

Présentations orales sous forme d’une « mini-journée d’étude ». Présentation solitaire (pas de groupes de 2) et originale de 20 à 30 minutes sur un sujet préparé à domicile pendant le laps de temps disponible précédemment. Coefficient 1.

 

La note de participation (assiduité, présence à la sortie, participation aux TD et exercices collectifs) comptera également avec un coefficient 1.

 

Lundi 10 décembre Ecrit sur table : note de synthèse, deux sujets au choix, coefficient 2.

 

La note finale sera constituée de

 

–        la note d’oral (coef 1)

–        la note d’écrit (coef 2)

–        la note de participation (coef 1)

 

Pistes pour la présentation orale

 

Etude texte et image : présentation de la dynamique texte et image d’un album ou, mieux, d’un groupe d’albums au choix (en dehors de ceux présentés en cours, bien sûr).

Médiation jeunesse et albums : présentation détaillée et rigoureuse d’un projet de médiation jeunesse mettant en jeu l’album.

Approche sociologique ou psychologique de l’enfant et l’album. Analyse précise et détaillée d’une question sociologique ou psychologique spécifiquement liée au rapport de l’enfant et de l’album.

• Art contemporain et album : étude de liens entre l’illustration jeunesse et l’art contemporain. Là encore, développer des exemples précis.

• Et toute autre suggestion pertinente !

 

 

Bibliographie pour le séminaire L’album de jeunesse du parcours Enfance et société

Bibliographie succincte pour le cours de A. Larue sur l’album de jeunesse

 

1. Bases et fondations de la recherche en littérature d’enfance et de jeunesse

Quelques textes parmi ceux qui ont fondé la recherche en littérature de jeunesse

Philippe Ariès, avec L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, 1960 : ouvre la voie à la recherche en posant le problème de l’enfant. L’auteur déclare que l’enfant n’existe pas comme tel au Moyen Age ; des travaux ultérieurs d’autres chercheurs permettront de rectifier cette idée. Quoi qu’il en soit, ce livre a ouvert la voie de l’intérêt qu’on porte à l’enfant, sa culture et sa littérature.

Jean Perrot, « La littérature d’enfance et de jeunesse » Précis de littérature comparée, 1988. Jean Perrot est l’auteur de plusieurs articles « état des lieux » où il fait le point sur les recherches parues dans le domaine jusque vers 1998.

Christiane Abbadie-Clerc dir., Mythes, traduction et création : la littérature de jeunesse en Europe, Centre Georges-Pompidou, 1998 : hommage à Marc Soriano, Les Contes de Perrault, culture savante et traditions populaires. Conservatrice du patrimoine bibliothèque. On note l’influence de Marc Soriano sur le pan très important (que je néglige ici) qui concerne spécifiquement la recherche sur le conte.

A noter que le fonds de La Joie par les livres, à la BNF, est très largement composé de contes et d’essais et études sur les contes. C’est là un domaine entier dans la recherche sur la littérature de jeunesse, avec sa propre bibliographie.

Du même auteur : Images à la page : une histoire de l’image dans les livres pour enfants, 1954-1984, catalogue d’exposition, textes de Jean Claverie, Christiane Clerc, Etienne Delessert, Catherine Gendrin…, Gallimard, 1984.

Marion Durand et Gérard Bertrand, L’image dans le livre pour enfants, l’Ecole des loisirs, 1975. 
Livre essentiellement destiné aux enseignants.

Claude-Anne Parmegiani, Les petits français illustrés, éditions du Cercle de la librairie, 1989. 
Comment on passe de la littérature illustrée à l’invention d’un langage « texte et image ».

Jean-Paul Gourevitch, Images d’enfance, éditions Alternatives, 1994.

Panorama de l’illustration, sous la direction Henriette Zoughebi, éd. du cercle de la librairie, 1996.

Michel Manson, Le Jouet dans la France de l’Ancien Régime, thèse : on y lit que le mot « joujou » apparaît pour la première fois de manière révélatrice dans les contes de Marie-Catherine d’Aulnoy en 1697.

 Gilles Brougère Jeu et éducation, thèse, 1995.

Annie Renonciat Les Livres d’enfance et de jeunesse en France dans les années 20 (1919-1931).  Annie Renonciat a notamment travaillé sur Beatrix Potter.

 Sous la direction de Jean Glénisson et Ségolène Le Men, Le Livre d’enfance et de jeunesse en France, recueil d’articles, 1994 : création d’une « édition spécialisée pour la jeunesse » (Jean Glénisson), « L’invention du public enfantin au XVIIIe siècle » (Catherine Velay-Vallantin), « Le romantisme et l’invention de l’album » (Ségolène Le Men), « Réédition et patrimoine : la bibliothèque absente » (Isabelle Nières-Chevrel), etc.

 

2. Travaux à partir d’Isabelle Nières-Chevrel

Livre d’initiation clair et utile : Isabelle Nières-Chevrel, Introduction à la littérature de jeunesse, Didier Jeunesse, 2009.

Chapitre « Littérature de jeunesse » Etat des lieux de la recherche en 2006 par Matthieu Letourneux (Paris X), Mathilde Lévêque (Rennes 2) in La Recherche en Littérature générale et comparée en France en 2007, Société Française de Littérature Générale et Comparée, Presses Universitaires de Valenciennes, 2007, p. 269-278 : « Depuis les articles d’Isabelle Nières-Chevrel en 1983 dans La Recherche en littérature générale et comparée et de Jean Perrot en 1989 dans le Précis de littérature comparée, qui proposaient chacun un état des travaux des comparatistes en littérature pour la jeunesse, la situation a considérablement évolué. »

Isabelle Nières-Chevrel, Lewis Carroll en France (1870-1985) : les ambivalences d’une réception littéraire, thèse 1988.

Littérature de jeunesse, incertaines frontières, colloque de Cerisy sous la direction d’Isabelle Nières-Chevrel, 2005.

Annie Renonciat, L’image pour enfants, pratiques, normes, discours, La Licorne, 2003, évolutions de la littérature de jeunesse par rapport à l’idée que chaque époque se fait de l’enfant.

Annick Lorant-Jolly et Sophie Van der Linden dir., Images des livres pour la jeunesse. Lire et analyser, éd. Thierry Magnier, 2006 : intéressant, analyses d’albums contemporains dans des styles contrastés.

Sophie Van der Linden, Lire l’album, L’atelier du poisson soluble, 2006. Un livre sur l’album (implicitement : en France UNIQUEMENT) qui retrace rapidement un historique du genre, donne des balises et analyse à la fin quelques albums. Bonne introduction, un peu légère, et de plus, rien de comparatiste. Ne cite même pas Beatrix Potter ! Donne une petite bibliographie sur l’album, notamment contemporain. Signalons :

– Revue Lecture, article de Michel Defourny, n° 145, mars-avril 2006.

– Même auteur : « Métamorphoses de l’album : le triomphe de l’image », même auteur, journées d’AROLE, nov. 2005.

– dans La Revue des livres pour enfants, n° 163-164, été 1995 : « Pourquoi les livres d’images ont cessé d’être sages », par Claude-Anne Parmegiani.

Texte et images dans l’album et la bande dessinée pour enfants 
dans Les cahiers de lire-écrire à l’école, 
Ouvrage collectif 
CRDP de l’académie de Grenoble, 2007.

Babar, Harry Potter et Compagnie. 
Livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui
, catalogue d’exposition, Olivier Piffault dir., Editions de la BnF, 2008.

 

3. Viennent de paraître 

Nelly Chabrol, Filles d’album, Les représentations du féminin dans l’album, L’atelier du poisson soluble, 2011. Perspective de dénonciation de l’antiféminisme des albums. J’en ai fait le compte rendu dans Strenae.

Mathilde Lévêque, Écrire pour la jeunesse en France et en Allemagne dans l’entre-deux-guerres, Presses Universitaires de Rennes, 2011.

Mame : deux siècles d’édition pour la jeunesse, dir. Cécile Boulaire, PU Rennes, 2012.

Andy Arléo et Julie Delalande, Cultures enfantines, Universalité et diversité, Presses Universitaires de Rennes, 2011.

 

4. Quelques revues

La Revue des livres pour enfants, mine bibliographique sur les études consacrées au sujet + publications de livres d’enfants, expositions, animation dans les bibliothèques, recherches menées dans d’autres pays.

 Revue Cahiers Robinson créée par Francis Marcoin en 1997

 Revue Strenae, en ligne, extrêmement intéressante et précise, la pointe de la recherche, très facile d’accès. Très bonne source pour Delpire, Mame, etc. Voir revues.org

 

5. Bit lit

 

Bibliographie jusqu’en 2007 :

Très bonne biblio sur le blog Soleil vert :

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/2/33/85/51/VAMPIRES/VAMPIRES-ESSAIS-DOC.pdf

à compléter par des parutions plus récentes comme :

Sophie Dabat dir., et collaboratrices, Bit-Lit ! L’Amour des vampires, Les Moutons électriques, 2010.

 

6. Médiation jeunesse

Marie Thérèse Gazeau, L’enfant et le musée publié dans les années 70 : une sorte de classique des « temps Malraux » : comment l’ouverture aux musées réalisée par Malraux ministre a suscité une rencontre nouvelle entre l’enfant et le musée.

Floraison actuelle de guides comme :

Comment parle du musée d’Orsay aux enfants par Isabelle Bonithon

Comment parler du Louvre aux enfants idem

Comment parler d’art aux enfants par Françoise Barbe

Beaubourg, collection l’art en jeu (des monographies assez classiques)

Les musées en culottes courtes. Guide des parents

Le musée du Louvre pour les enfants

Comment parler du centre Pompidou aux enfants par Dominique Brisson

Objectif Louvre : étonnants parcours en famille

Objectif Versailles : le guide des visites en famille

Les 5 sens au musée (guide thématique)

Le musée en 10 couleurs : 10 oeuvres des collections du musée d’art moderne à Paris

Quand l’enfant devient visiteur : une nouvelle approche (Harmattan)

Médiation culturelle en général : voir ma bibliographie commentée sur

http://alka.hypotheses.org/lignes-de-recherche-2/seminaires-du-groupe/histoire-de-lart-cours-de-a-larue-documents/medaition-culturelle-bibliographie-commentee-et-panorama

 

7. Quelques références utilisées en cours autour de Sophie de Ségur

 

Francis Marcoin, La Comtesse de Ségur ou le bonheur immobile, Artois Presses Université, 1999.

Patrick Pipet, Les Mystères de Sophie, L’Harmattan, 2007.

Elena Belotti, Du côté des petites filles [1973], éd des Femmes, 1994 (réed).