Archives pour la catégorie Ressources

Ressources web : images et documents libres de droit

par Mathilde Lévêque (selon des informations reçues par revues.org).

Voici quelques renseignements bien utiles si vous souhaitez utiliser des images dans votre blog: en effet, en terme d’images, nous sommes souvent confrontés à la difficulté d’illustrer les articles, en raison du coût ou des difficultés pour obtenir des droits sur les images. Or il vous est possible d’illustrer vos contenus avec des images libres de droit, de manière gratuite et sans  faire de demande d’autorisation de reproduction et de diffusion.

Nous vous recommandons la consultation de la rubrique « The Commons » du site Flickr, qui accueille les fonds numérisés de plusieurs institutions publiques <http://www.flickr.com/commons/institutions/ (musées, bibliothèques, etc.) comme la bibliothèque du Congrès, les archives nationales des Pays-Bas <http://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/>, l’institut <http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/ de recherche du Getty <http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/>, etc.

Fondée par la Wikimedia Foundation, Wikimedia Commons est une médiathèque en ligne qui a pour objectif de centraliser des contenus libres de droits, provenant de divers projets et pays. À ce jour, sept millions de documents ont été déposés parmi lesquels des vidéos, des sons (discours, musiques, etc.) et des images (cartes, dessins, photographies, etc.) Il est possible de faire des recherches par sujet, auteur, lieu, licence, média ou source.

Tout comme Flickr, Wikimédia Commons s’est associé à plusieurs institutions comme le musée de Brooklyn <http://commons.wikimedia.org/wiki/Commons:Brooklyn_Museum/fr>, le muséum d’Histoire naturelle de Toulouse <http://commons.wikimedia.org/wiki/Commons:Projet_Phoebus/fr>, les archives fédérales d’Allemagne <http://commons.wikimedia.org/wiki/Commons:Bundesarchiv/fr>, etc qui y déposent des documents. Vous pouvez trouvez la liste des partenaires ici <http://commons.wikimedia.org/wiki/Commons:Partenariats>.

MédiHAL (https://medihal.archives-ouvertes.fr/) est une plateforme d’archives ouvertes conservant et diffusant des images (images scannées, photographies numérisées, photographies numériques, etc.) déposés par les chercheurs et à destination de la communauté scientifique. Une recherche avancée, par titre, auteur, mots-clés, date, nom de laboratoire et licence, est disponible.

Gallica (http://gallica.bnf.fr/) : La bibliothèque numérique de la BNF offre un large panel de documents en ligne (livres <http://gallica.bnf.fr/editors?type=books>, manuscrits <http://gallica.bnf.fr/editors?type=manuscripts>, cartes <http://gallica.bnf.fr/editors?type=maps>, images <http://gallica.bnf.fr/editors?type=images>, presse et revues <http://gallica.bnf.fr/editors?type=periodicals>, paroles et musiques <http://gallica.bnf.fr/editors?type=soundrecordings>, partitions <http://gallica.bnf.fr/editors?type=scores>) appartenant pour la plupart au domaine public. Des dossiers thématiques <http://gallica.bnf.fr/FromHomeToDossiers?lang=FR> sont également proposés. Les contenus peuvent être intégrés grâce à la fonction embedexpliquée sur le blog de Gallica ici <http://blog.bnf.fr/gallica/?p=747>.

Voilà de quoi illustrer vos sites sans aucun problème juridique!

Comment organiser une expo : guideline indicatif

Cours de Anne Larue

Notes d’après Une expo de A à Z. Concevoir et réaliser une exposition

Par Sylvie Girardet et Claire Merleau-Ponty

OCIM, Le Musée en herbe, s.d.

Idées générales

–       double circuit de visite parents-enfants

–       aires de repos pour les jambes fatiguées

–       circuits pour les petits

–       fiches géantes plastifiées pour les adultes

–       handicapés ?

–       une expo peut être un plaidoyer pour, une défense et illustration

–       manger ?

–       gardiennage ?

–       protections, vitres…

–       pas trop d’objets exposés !

–       faire des fiches de prêt cosignées par le prêteur.

Scénographie : imaginer un parti-pris visuel pour la mise en espace

–       matériaux, décor, style

–       manipulation

–       hauteur des accrochages

–       signalétique (bois, PVC, ardoise, carton, tissu ?)

–       projections ?

–       circulation (zoning)

–       éclairage

–       rédactionnel : textes courts, fragmentés, faciles et lisibles. Typo ?

Enfants

–       pas trop d’objets

–       sigle près des éléments à eux destinés

–       un jeu par tranche d’âge ?

–       manipuler ?

–       atelier ou on fabrique soi-même ?

Un dossier 4 pages attrayant à diffuser auprès des contacts : guideline

–       fiche technique : thème, lieu, surface, durée

–       message que l’expo se propose de transmettre

–       détail des parties ou objets de l’expo : intérêt, valeur, spécificité, provenance, infos sur les objets, éventuellement coute bibliographie.

–       Mode de visite et manifestations prévues : conférence ? activités enfant ? spectacle ? projections ? ateliers ?

–       Intervenants, mécènes, leurs logos.

A diffuser aux journalistes, aux écoles, aux bibliothèques.

Prospectus en une page

A diffuser : mairies, offices de tourisme, hôtels, bibliothèques, ateliers de quartier, boutiques, personnalités locales.

Affiches

Emplacements publicitaires payants

Autobus

Rue

Magazines et journaux

Métro

Opérations de relations publiques

Réceptions

Réunion info

Conférence de presse (faut le vouloir !!!)

Budget

–       Scénographie

–       Communication

–       Diffusion (achat d’espace)

–       Création d’objets dérivés, cadeaux…

Le « top ten » des éditeurs de jeunesse… et les autres

Notes d’après l’introduction de Luc Pinhas au livre collectif paru à l’Harmattan en 2008 sur l’édition de jeunesse francophone ; je ne retiens ici que ce qui concerne les éditeurs en France métropolitaine.

C’est donc un état des lieux datant de 2008.

L’édition jeunesse a connu une progression plus forte depuis les vingt dernières années que la moyenne des activités éditoriales.

Elle correspond à 11,3% du chiffre d’affaires global de l’édition française 2007.

9 entités assurent 72% des ventes en 2006.

1. HACHETTE, éditeur « historique » de littérature jeunesse depuis le XIXe siècle occupe la première place.

2. EDITIS regroupe Nathan, Pocket, Hemma et Langue au chat. A aussi racheté Gründ en 2007.

3. BAYARD avec appui de Milan

4. GALLIMARD, sachant que le phénomène Harry Potter l’avait plutôt placé au même rang qu’Hachette (pas d’Harry Potter en 2006).

5. FLEURUS (groupe média participations, qui détient Mango)

6. L’ECOLE DES LOISIRS

7. FLAMMARION (Père Castor et Casterman)

8. LITO (2%)

9. ALBIN MICHEL (2%).

Rachats :

Hatier et Didier > Hachette

Casterman > Flammarion

Milan > Bayard

Gründ > Editis

Situation l’oligopole partielle1.

p. 11 : importance de la « reconnaissance symbolique », rôle des novateurs ».

« Que l’on pense ainsi, par exemple, à Etre, la maison de Christian Bruel, qui a succédé au Sourire qui mord, mais aussi à Rue du monde, à l’Atelier du poisson soluble, aux Trois Ourses, à Callicéphale, à MeMo, voire au Baron perché, la maison d’Adam Biro chez Vilo ou à Lo Païs d’enfance, dans le giron des éditions du Rocher depuis 2003 ».

Ce sont ces éditeurs (et d’autres !) qui nous intéresseront pour monter notre exposition. La recherche est ouverte, bonnes lectures !

  1. pour mémoire, art contemporain : le secteur est un oligopole à fanges []

Colloques Modernités médiévales, 2005-2010

L’association Modernités médiévales parraine un colloque par an sur le thème de la « reverdie » médiévalisante qui marque aujourd’hui l’ensemble de la culture et les médias. Mariage médiéval, joutes, fêtes de village, repas médiévaux, cosplay et déguisement, jeux grandeur nature, jeux de reconstitution sont autant de facettes de ces pratiques. Que traduit le désir de « retour au médiéval » d’un point de vue anthropologique ? Le néomédiéval est-il une nostalgie (de l’enfance, de la fiction) ou une simple signalétique de ralliement (comme le montrent par exemple les codes med fan de l’illustration internautique, par exemple) ?

Voir le site : http://www.modernitesmedievales.org

Colloque 2010 : Le savant dans les lettres. Récritures et érudition dans la réception du Moyen Âge », les 21, 22 et 23 octobre 2010, coorganisé par Alain Corbellari et Ursula Bähler à l’Université de Lausanne.

Colloque 2009 : Médiévalisme, modernité du Moyen Age organisé au château de Malbrouck (Manderen / Metz), par Vincent Ferré et Eric Necker.

Colloque 2009 : Journées d’études « La Fantasy en France aujourd’hui : écrire, éditer, traduire, illustrer », organisées par Anne Besson et Anne Larue les 10 et 11 juin 2009 à Paris 13-Paris Nord.

Colloque 2008 : Le Moyen Âge en jeu, les 3, 4 et 5 avril 2008, coorganisé par Florence Plet, Séverine Abiker et Agathe Sultan, Université Bordeaux III (LAPRIL). Le Moyen Âge en jeu, textes accompagnés d’un Cdrom et réunis par Séverine Abiker, Anne Besson et Florence Plet-Nicolas, Eidôlon n°86, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, oct. 2009.

Colloque 2007 : Fantasmagories du Moyen Âge : entre médiéval et moyenâgeux, les 7, 8 et 9 juin 2007, coorganisé par Elodie Burle et Valérie Naudet, Université d’Aix-Marseille (CUERMA).

Colloque 2006 : Fantasy : le merveilleux médiéval aujourd’hui, les 16 et 17 mars 2006, coorganisé par Anne Besson et Myriam White, Université d’Artois (CRELID). Le Merveilleux médiéval aujourd’hui, sous la direction d’Anne Besson et Myriam White-Le Goff, Paris, Bragelonne « Essais », 2007.

Colloque 2005 : Lectures du Moyen Âge, organisé par Jean-Louis Benoit, Marie Casset, Joëlle Quaghebeur et Isabelle Durand-Le Guern à l’Université de Bretagne-Sud (Lorient) les 31 mars, 1er et 2 avril 2005. Images du Moyen Âge, sous la direction d’Isabelle Durand-Le Guern, PU de Rennes « Interférences », 2006.