Archives pour la catégorie Jeunesse

Exposition L’Atelier de l’artiste – 2 au 6 décembre – Café Expo (Villetaneuse)

Les étudiantes du Master 2 MTI Métiers du Texte et de l’Image (Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité) vous proposent de venir découvrir l’univers de l’Atelier de l’artiste contemporain autour de sept œuvres qui mettent en scène des pratiques plastiques variées et questionnent la fabrication de l’art aujourd’hui.

Vos sens seront en éveil du 2 au 6 décembre 2013 au Café Expo sur le campus de Villetaneuse (Forum) grâce à la présence d’artistes aux horizons très différents : John Baldessari, Julia Maria Lopez Mesa, Pascal Lièvre, Hicham Berrada, Hugo Laruelle, David Rodriguez,  Jonathan Loppin.

A très vite pour le vernissage qui aura lieu le lundi 2 décembre à partir de 11h30 !

Les étudiantes M2 MTI – Métiers du Texte et de l’Image

Exposition l’Atelier de l’artiste
Au Café Expo – Campus de Villetaneuse
Du 2 au 6 décembre de 10h à 17h

Pour nous rejoindre

https://www.facebook.com/pages/LAtelier-de-lartiste/179709915566983?skip_nax_wizard=true

2 au 9 décembre Café Expo Université Paris 13 - Villetaneuse
2 au 9 décembre
Café Expo
Université Paris 13 – Villetaneuse

L’Atelier de l’artiste par les MTI

 

Hue Dada!

par Marie-Sophie Lhote

L’histoire de Dada, première revue d’art pour enfants

Dada est née en 1991, sous l’impulsion d’Héliane Bernard et de Christian-Alexandre Faure. Le premier numéro paraît en décembre 1991. Ces deux historiens de l’art ont pris conscience qu’il n’existait pas d’outil pour initier les enfants à l’art.

Extraits du premier éditorial de la revue :

« Pourquoi une revue d’art pour les enfants ? Jusqu’à aujourd’hui aucune revue d’art ne s’adresse aux enfants. Pourtant l’initiation à l’art devrait commencer par eux. Il faut, pour bien regarder adulte, pour accéder à l’amour de l’art, pour donner envie de créer, avoir le bonheur de recevoir les clés. Elles ouvrent des portes merveilleuses. Pourquoi Dada ? En prenant ce titre, nous rendons hommage à l’un des mouvements artistiques les plus fondamentaux du siècle, mouvement éphémère mais essentiel par ses propositions innovantes, sa générosité, sa remise en cause des poncifs de l’académisme, la participation d’artistes très jeunes […]. Dada est une revue qui ouvre l’œil sur les différentes tendances de l’art actuel et sur tous les modes de création d’aujourd’hui. Mais elle est aussi, comme un fil conducteur des regards sur le passé et l’histoire de l’art qui éclairent les cultures et nos façons de pensées. »

Le sous-titre de la revue évolue dès la seconde parution : Dada, première revue d’art pour les enfants de 6 à 106 ans.

En 1994, après douze numéros publiés de manière indépendante, la revue rejoint les éditions Mango. En 2003, ces mêmes éditions sont rachetées par le groupe Média-Participations. Les deux fondateurs de la revue quittent la rédaction et sont suivis par l’ensemble de leur équipe. Jean Poderos reprend le poste de rédacteur en chef et Dada fête son centième numéro consacré à l’autoportrait. En 2005, la revue est reprise par Brigitte Stephan et Didier Baraud, tous deux créateurs des éditions Palette. Dada s’enrichit d’une nouvelle rubrique sur l’actualité culturelle. En 2008, Antoine Ullmann, directeur des éditions Arola et ancien membre de la rédaction de Dada, rachète la revue. Il travaille en collaboration avec Christian Nobial, arrivé dans l’équipe rédactionnelle en 2004.

Qu’est-ce que Dada ?

Dada est la première revue d’art qui s’adresse aux enfants.

Dada, c’est cinquante-deux pages d’images, d’informations, de découvertes, de poésie, d’ateliers de création, sur un thème chaque mois différent. Les images sont grandes car les enfants sont habitués aux grands formats. Les textes sont courts et exigeants car les petits sont des grands lecteurs à qui l’on ne ment pas.

Dada décortique et décode les images. Elle donne des repères d’histoire de l’art, ouvre les esprits aux interprétations multiples et incite à la création. Dans une interview publiée dans Le Journal des Enfants (voir la rubrique Média du 28 Mai 2010), Antoine Ullmann explique que « nous vivons dans un monde d’image sans qu’on nous apprenne à les lire. A l’école, les enfants font des analyses de textes mais jamais d’images ou de films. En lisant Dada, les enfants peuvent apprendre cette lecture tout en s’initiant à l’art […]. Nous prenons l’art au sérieux ». Dada est donc une fenêtre sur le monde.

Dada existe depuis dix-neuf ans et fait partie des revues qui se regardent et se gardent comme des livres. Pour preuve, on ne la trouve que dans les librairies et non pas chez les marchands de journaux. Son but est d’intéresser les plus jeunes, qui sont son principal lectorat. La revue peut se lire dès l’âge de huit ans, mais des enfants plus jeunes peuvent aussi s’y plonger grâce à la présence d’une bande dessinée et d’un jeu. Dans chaque numéro, un illustrateur contemporain, comme Blexbolex, Killofer ou Betty Bone, se voit confié la réalisation des ouvertures de rubriques et de plusieurs pages sur la thématique du mois.

Dada rassemble des critiques d’art, des plasticiens et des conseillers pédagogiques en arts plastiques, qui essaient de donner des clés aux enfants pour les sensibiliser aux différentes formes d’art. Très portée sur l’art contemporain, la revue n’oublie cependant pas le passé et établit des liens avec le présent et évoque des permanences. Pour exemple, dans un dossier sur les murs peints, le lecteur trouve des références aux fresques des tombeaux des pharaons.

Extrait du site internet de Dada :

« Un lien… vaut mieux que deux tu l’auras

Dada, c’est une revue.

Dada, c’est prendre l’art au sérieux tout en s’amusant !

Dada, c’est une équipe de quatre graphistes qui vous font des numéros tout beaux.

Dada, c’est un bureau rouge, jaune et bleu (promis, on vous y emmène bientôt !).

Dada, c’est des ateliers réalisés par des artistes d’aujourd’hui.

Dada, c’est toute une famille d’auteurs qui vont et qui viennent.

Dada, c’est un étalon noir

Dada, c’est un livre d’artiste, avec chaque mois un illustrateur

très connu ou pas encore.

Dada, c’est… A vous de nous le dire ! »

Dada et son contenu.

Dada est organisé autour de trois grandes rubriques, qui sont autant de manières différentes d’aborder l’art :

Le dossier, qui chaque mois traite, par le biais d’une série d’articles, d’interviews et de portraits, la vie d’un artiste, un courant ou un thème artistique. Ces articles sont abondamment illustrés avec des reproductions d’œuvres. Ils présentent  les principaux aspects de l’artiste ou du thème étudié, en le replaçant dans son contexte et en ouvrant sur les influences qu’il a produit sur les arts plus récents. Cette rubrique se termine par un glossaire : « l’abcd’art ». Il couvre toutes les époques de l’histoire de l’art. D’abord thématiques, les dossiers sont ensuite devenus de plus en plus monographiques, avec une dominante pour l’art moderne et contemporain.

Les ateliers abordent, par la pratique, le thème du dossier. Ils amènent  les enfants par la peinture, le dessin, le collage ou la sculpture, à développer leur créativité et à réaliser leurs propres œuvres.

Les ARtualités sont une sélection d’expositions et de livres qui font l’actualité culturelle du mois. Un musée est présenté à travers une bande dessinée et un jeu.

La plupart des numéros sont réalisés en partenariat avec un grand musée français comme le Louvre, le Centre Pompidou, le Musée d’Art Contemporain de Lyon, le Musée Fabre, la RMN, le Grand Palais ou encore le MacVal.

Dada est une revue d’art pour les enfants, mais c’est aussi un outil pédagogique pour les parents et les enseignants de la maternelle au lycée. Avec un très grand nombre d’écoles et de collèges parmi ses abonnés, Dada est donc une référence dans le domaine de l’éducation.  Elle a reçu en 2010, le label de l’ANCP, Association Nationale des Conseillers Pédagogiques.

C’est la récré!

par Marion Moutafis

« J’te cause plus ! », « Qui veut du sable doux ? », ou encore « Plouf plouf, une boule en or c’est toi qui sors ! » : autant de répliques et de formulettes que les adultes pourraient entendre s’ils arpentaient de nouveau les cours d’école, ou se remémorer en réactivant leurs souvenirs d’écoliers

La récréation, ou son abréviation familière, récré, correspond à un temps scolaire, « un temps de repos, de liberté accordé aux élèves entre deux cours, deux classes, pour qu’ils puissent se délasser » nous indique le Dictionnaire culturel en langue française Le Robert. Il s’agit bien de ranimer les effectifs, du latin « recreare », en leur accordant un moment dont ils peuvent jouir comme ils l’entendent, ou presque, sous le regard bienveillant et non intrusif, du moins en principe, des professeurs des écoles. Pour les sociologues, la récréation est un temps de repos précieux que partagent les enfants avec leurs pairs, un « entre-enfants » qui est aussi un temps d’apprentissage et d’expérimentation où sont appréhendés les différents rôles sociaux, où peuvent se nouer des amitiés solides et où différentes valeurs sont partagées. Les enfants entre eux élaborent et perpétuent une culture ludique de même qu’ils tendent à former une société enfantine.

La cour de récréation, un espace à conquérir

En 2002, le photographe John Offenbach réalise Jeux d’enfants, une campagne de publicité pour la marque de vêtements Petit Bateau. Il représente, à la manière du peintre flamand Pieter Bruegel, une multitude d’enfants jouant dans un espace découvert comme ils le feraient dans une cour de récréation. Le tableau de Bruegel comme la photographie donnent une impression de désordre et d’occupation anarchique des lieux, impression de désordre apparent que l’on peut également ressentir en observant cet espace bruyant qu’est une cour de récréation. Néanmoins, l’occupation de l’espace par les enfants est loin d’être anodine. En effet, ils s’approprient un lieu spécialement aménagé pour eux et en exploitent les différentes possibilités. Ils utilisent pour leurs jeux des structures déjà présentes – toboggans, bacs à sable en maternelle, marelles dessinées au sol de façon permanente – et assignent des fonctions aux moindres recoins de la cour. Des habitudes de jeu se mettent en place progressivement. Aussi le préau permet-il par exemple d’abriter les parties de réussite. Les parties de football ont lieu au milieu de la cour et les racines des arbres offrent un terrain intéressant pour les billes. Certaines activités requièrent une exposition au regard d’autrui tandis que les enfants recherchent l’intimité des cachettes pour se livrer à des activités plus secrètes et transgresser les interdits des adultes. L’espace récréatif se décompose alors en territoires revendiqués et parfois longtemps convoités par les plus jeunes lorsqu’il s’agit du coin des « grands ».

Rites d’interaction et transmission d’une culture ludique

La sociologue de l’enfance Julie Delalande adopte dans ses travaux universitaires une approche ethnologique et décrit la cour de récréation comme une « micro-société ». Cette société enfantine est le théâtre d’un certain nombre d’interactions, en particulier, et ce dès l’école maternelle, le don et l’échange. Le don permet aux enfants de nouer des liens amicaux, de s’intégrer à une communauté. Il représente donc un moyen de se faire coopter par ses pairs. L’échange peut parfois poser problème dans les cours de récréation lorsqu’il s’agit d’échanger des cartes Pokemon et autres figurines de collection, ces transactions économiques étant parfois à l’origine de conflits et de bagarres plus ou moins sérieuses entre les enfants. Certains établissements scolaires interdisent donc la présence de ces objets personnels dans les cours pour éviter les sources de discorde.

La dimension collective des jeux implique une interdépendance et une répartition des rôles. Les enfants suivent une règle qui permet le bon déroulement du jeu. Julie Delalande évoque notamment une « loi des pairs » qui vient réguler les pratiques ludiques et à laquelle il convient de se conformer. Les enfants partagent donc des valeurs, les tricheurs déclarés ou reconnus comme tels étant souvent rapidement écartés du jeu. Le jeu permet de développer une forme de solidarité, chacun devant trouver sa place dans les relations interpersonnelles qui sont établies. Les enjeux sont divers, mais les rapports de force et les luttes de pouvoir ne sont pas étrangers aux pratiques ludiques des cours de recréation.

Le rôle des « leaders » est essentiel. Ces enfants, choisis par leurs pairs, organisent et encadrent les jeux. Ils tentent de régler les conflits et fédèrent autour d’eux un groupe. Ils lancent parfois des modes qui sont suivies par les autres, l’imitation permettant aux enfants d’apprendre une pratique ludique, de se l’approprier et surtout, d’intégrer un groupe. Cela crée du lien social et participe de l’élaboration d’une « culture enfantine » que J. Delalande définit comme un « ensemble de pratiques, de connaissances, de compétences et de comportements qu’un enfant doit connaître et maîtriser pour s’intégrer parmi les siens »[1].

La récréation est donc un moment privilégié pour les enfants qui partagent,pérennisent et surtout réinventent une culture ludique parfois multiséculaire (on pense ici aux billes ou à certains jeux d’adresse, entre autres). Les enfants, qui sont à considérer comme des êtres sociaux à part entière, s’organisent et expérimentent, au quotidien et entre pairs, la vie en communauté.

Bibliographie sélective :

DELALANDE Julie, La Cour de récréation, Pour une anthropologie de l’enfance, Rennes, P.U.R., coll. Le sens social, 2001.

DELALANDE Julie, La Récré expliquée aux parents, De la maternelle à l’école élémentaire, la vie quotidienne dans une cour d’école, Paris, Louis Audibert, 2003.

REY Alain (dir.), Dictionnaire culturel en langue française, Paris, Le Robert, 2005 (article de Fabrice Moulin sur l’école, tome 2, p. 275-280, article de Guillaume Coqui  sur la pédagogie et la didactique, tome 3, p. 1494-1498).

Sociétés et cultures enfantines, textes réunis par Djamila Saadi-Mokrane, Actes du colloque international organisé par les CERSATES et CEF, Université Charles de Gaulle Lille 3, 06/07/08/11/1997, Villeneuve d’Ascq, Université Lille 3, coll. UL3 travaux et recherches, 1999.


[1] Julie Delalande, La Récré expliquée aux parents, De la maternelle à l’école élémentaire, la vie quotidienne dans une cour d’école, Paris, Louis Audibert, 2003, p. 49.

Mélancolies au Frac IDF

Prospective XXIe siècle, exposition offerte sur un Plateau – celui du Frac île-de-France, place Hannah Arendt, à Paris – suit le fil ténu de la mémoire et de la mélancolie. En voyant couler la bile noire du plafond, tourner d’antiques machines et des disques en vinyle, s’étoiler de vieilles photos ou se dresser des croix noires dans les coins des ateliers, l’obsédante thématique hante le visiteur. Revue de détail de ces détails, qui saisissent et hallucinent, séparés des corps qui les charpentent, nés de la focalisation irrépressible de l’œil.

L’art contemporain, c’est tout ou rien, comme le théâtre, et dès lors très périlleux. Ou bien on s’éteint, telle un commutateur tourné sur off – et cela, comme l’amour, dès le premier regard – ou bien on est saisie et envoûtée malgré soi. Aucune catégorie a priori ne peut servir de balise – comme aimer la peinture, la photo, la vidéo, que sais-je – à ce qui pourrait être en d’autres circonstances une très raisonnable inclination, de type studium. Là, point de sage balise, point de raisonnables études. Le  détail foudroie comme la légendaire pointe de flèche, celle qui nous point – punctum.

Existerait-il un lien natif entre punctum et mélancolie ? Attendrait-on aujourd’hui de l’art qu’il soit essentiellement un art du punctum, entendu comme un art mélancolique ? Il faudrait d’abord définir la mélancolie en question ; peut-être s’agit-il aujourd’hui d’un mélange entre le légèrement inquiétant, l’étrange inhospitalier, la rigueur triste et un certain goût de la vie assez désespéré.

On retrouve fréquemment les trois premières caractéristiques dans le flux actuel de l’art contemporain. L’inquiétante étrangeté est une sorte de « prérequis » pour la plupart des œuvres ; il s’agit de décaler le réel, de le faire sonner différemment, tout en gardant avec lui des liens forts. Quant à la rigueur triste, elle est née à la fois de la représentation qu’on se fait de l’art conceptuel (fausse, certainement, due à l’entrée au musée d’œuvres conçues pour un autre dispositif) et d’obsessions de notre époque en matière de perfection formelle. L’art contemporain est impeccable, comme doit être désormais impeccable, par exemple, la présentation des documents print grâce aux logiciels de PAO, la coiffure, la mode ou le look. Cette tendance générale au « lissé-contrôlé », si l’on peut dire, se retrouve dans des dispositifs rigoureux, des fils électriques cachés, des accrochages « sobres », ou tout simplement le « white cube », prétendument neutre et parfait.

Quant à la joie de vivre… joie du renouvellement permanent de l’art contemporain, joie des nouvelles œuvres, joie du flux qui s’accorde avec la production internautique, mais une joie mêlée de sang noir : toute joie conduit à la perte de la joie, toute joie signe sa propre extinction. C’est le sens-même de l’Ode  à la mélancolie de Keats : on écrase sur son palais les raisins de la joie – mais le goût, on le sait et cela gâte la joie, en sera perdu. L’art est par nature mélancolique car si l’art produit une image, toute image signe par définition l’absence du réel dont elle est le simulacre. La mélancolie creuse donc structurellement l’art.

La mélancolie en art, dans ce double postulat de joie et de regret poignant à l’égal de la joie perdue, se voit par exemple dans le petit sourire du Printemps de Botticelli : sourire de  joie-tristesse crispée-zippée (la mia allegrezz’ e la malinconia, écrirait Michel-Ange). C’est le souvenir de ce qui n’a même jamais été, mais dont on se souvient quand même. Le regret poignant nous point, la mélancolie est un punctum. CQFD.

C’est cette mélancolie poignante que manifestent des   œuvres comme Je ne me souviens plus de l’été dernier, Déjà-vu, Arriba ! Desde Abajo ou … la bien nommée petite machine célibataire qui s’intitule justement Melancholia.

Dans Je ne me souviens plus de l’été dernier, Émilie Pitoiset présente un dispositif sobre : des photos d’archives découpées au cutter au point d’impact d’un tir à l’arme à feu qui représente le tir photographique lui-même, et un disque de Marienbad (qui se souvient de l’année dernière ?) qui tourne, inlassable, sur un antique tourne-disque d’avant le numérique. Mode ancienne, garçonnets propres, hommes gominés, faut-il vraiment que tout cela ait été ? Le poids lassant de ce qui fut pèse sur nos cœurs, à peine altéré par l’inquiétude de ce qui, peut-être, n’aura pas été. Comment savoir, à un certain degré d’usure, de poudre ? Le passé rejoint la légende et se confond avec elle ; reste le moment où l’appareil photographia cet instant-là, et lui seul – et c’est souvent risible, toutes ces grimaces prises au piège, des flous, ce décor, ce flash, cet instant sans notabilité. Et c’est cela qui reste et qui est. Est-ce que je me souviens de tel détail de ma vie, ou bien est-ce que je me souviens seulement des photos ? Difficile à dire, quand les photos se superposent au réel, parfois enfui au-dessous.

Michel François, Déjà-vu (Newspaper), 2003, Murs, affiches, journal local du jour, encre de Chine. Dimensions variables. Collection Frac île-de-France, crédit Adagp.

Puisqu’on parle de mélancolie, fascinant est le goutte-à-goutte d’encre de Chine que propose le Belge Michel François avec Déjà-vu. L’encre s’écoule de ce qui semble être une seringue hypodermique, cachée sous un coffrage de bois : on n’en voit que la pointe, qui distille son venin. Un journal quelconque, posé ouvert sur le sol, recueille et absorbe en partie le précieux liquide. Comme l’encre de Chine sèche vite, il se forme des masses, des croûtes, des plaques : non le joyeux écoulement d’une artère aorte, où coule à flots le sang rouge, mais au contraire le suintement à peine visible des veines traîtresses, le sang noir, celui qui revient au cœur bien chargé. Le journal éponge tant bien que mal le noir saignement. Ainsi va la mélancolie, celle que Galien, dans l’Antiquité, décrivait comme une sorte de bitume corrosif – n’en faites pas tomber par terre, ça creuse – celle qui noie encore de son fluide visqueux les héros de There Will Be Blood, film de pétrole où il va y avoir du sang noir. Marsile Ficin, à la Renaissance, comparait le mélancolique à une chaudière qui marche mal, qui dégage de mauvaises vapeurs et laisse un résidu plus dense encore que le commencement du monde (je romance). Après tout, Zola en est mort, concrètement. Mort pour une chaudière mal réglée, par une froide nuit, mort, en somme, de mélancolie.

En regardant couler ce beau sang noir on se rend compte que la peinture n’est plus communément présente, en art contemporain, que sous la forme d’une matière brute – ici une matière noire, de surcroît. Tout pourrait commencer avec la peinture au mètre des situationnistes, à découper à la demande du client ; par la suite, Martin Kippenberger ose faire du concept avec de la peinture, entendue comme fourniture d’une image peinte. « Gentil peintre, peins pour moi », disait-il, et d’utiliser pour son propre dispositif les surfaces peintes par d’autres sur sa demande.

Depuis, la peinture, soumise au dispositif, a confirmé un rôle de papier peint, d’illustration au second degré, d’image qui ne saurait avoir en soi une valeur absolue. Elle n’est plus une fin mais un moyen – ou alors c’est autre chose, le marché dit « des chromos » où on est si heureux de reconnaître sur la toile son portrait, son chien, son village. Dans Déjà-vu, la peinture coule du plafond ; elle est là pour sa force pigmentaire (l’encre de Chine est un noir des plus saturés) et pour sa capacité à s’écouler. Elle est là pour faire bile noire, et nous y sommes, bel et bien.

(Digression : je me demande si l’exclusion de la « peinture picturante », enfin je veux dire « celle où il y a une image », ne vient pas de ce que l’art contemporain est un art pour adultes, irrémédiablement. Non que les enfants ne puissent l’aimer : les cars entiers d’élèves qui déboulent dans les centres d’art sont là pour prouver que l’art contemporain peut leur plaire, et pas seulement parce qu’il serait ludique. Peut-être la raison pour laquelle l’art contemporain plaît aux enfants est-il justement sa dimension « pour adultes », son inquiétante étrangeté, son impitoyable mélancolie qu’on jette à la figure du spectateur : mouches collées, animaux dans le formol, ricanements sarcastiques, vanités terrifiantes, fleurs mortes, crânes secs. L’enfant trouve passionnant ce qui n’est pas « pour enfants ». Et dès lors, l’art contemporain éloigne tout ce qui pourrait se rapprocher d’une imagerie scolaire, des barbouillages de travaux manuels – et donc la peinture, tellement enfantine).

Arriba ! Desde Abajo de la Française Élise Florenty raconte la dictature argentine. Deux vidéos se croisent sur un coin de mur. Sur l’une d’elles, des mots brouillés glissent les uns sur les autres, procèdent les uns des autres comme si on inventait au fur et à mesure la langue pour le dire, langue à peine formée, encore hésitante. Crayon, années de plomb : le crayon aussi est « mine de plomb », comme les années de même nom. Ainsi sont éveillés des échos par association d’idées. 1976, Nuit des crayons : enlèvement à domicile, par des policiers aux ordres de la junte, de collégiens et lycéens, garçons et filles, qui furent pour la plupart violées, torturé/es et assassiné/es par la dictature, et dont certains furent portés disparu/es. La seconde vidéo s’entrecroise avec la première, en représentant des adolescents en train de danser une danse de rue très structurée, d’allure étrangement militaire, mais entraînante : ils et elles ont le même âge que les martyres de la noche de los làpices, auxquel/les il/les semblent ainsi renvoyer pour une commémoration ambiguë.

La mémoire en noir et blanc (la vidéo ne comporte pas de couleurs) ne renvoie absolument pas aux « informations » télévisuelles ou cinématographiques, tant le graphisme est travaillé pour éloigner ces connotations. C’est tout autre chose, du Corto Maltese qui bouge, un peu comme dans le film À quai de Sara, récemment présenté à l’exposition Lecturnes (Villetaneuse).

L’ambivalence du « message » est proprement mélancolique : alliance, par le biais suggestif des associations d’idées, de la joie de danser et des pires tortures sous la dictature, une menace qui pèse, diaphane et présente, sur la jeunesse déterminée et fragile, une mémoire inscrite dans les corps comme malgré eux. Voici l’endroit où furent torturés les jeunes argentins de la nuit des crayons.

Melancholia, de Laurent Montaron, avoue par son titre sa filiation directe avec la gravure de Dürer Melancholia 1, 1514. On peut lire le titre de cette gravure de deux matières. Soit on pense que Dürer avait numéroté ses mélancolies, et que celle-ci serait la première – le problème étant qu’il n’existe pas de Mélancolie 2. Soit on lit le signe comme un « i » (= va t’en, en latin). Mélancolie, pars ! De fait, la mélancolie « à l’ancienne », l’ignoble acedia, semble s’envoler sous la forme d’une serpentesque Mélusine, une espèce de dragon qui pousse dans la nuit les cris de la fée. C’est un adieu au Moyen Âge, et le début d’une nouvelle conception de la mélancolie : celle de la Renaissance, le beau mal de méditer sur la mesure, l’architecture, la création et la géométrie. L’homme intellectuellement concentré, avec son poing noué furieusement sous la mâchoire et entouré de son chantier de travail, constitue un prototype promis à un bel avenir.

L’œuvre de Laurent Montaron se rattache clairement à cette mélancolie renaissante, mélancolie des machines et des machineries, des maçons et des poulies, si proche, comme l’ont montré les auteurs de Saturne et la mélancolie, de l’art des charpentiers, des géomètres et  des constructeurs de bâtiments. L’artiste propose justement une machine, détournée de son usage originel, lequel est perdu. Plus personne n’utilise, à l’ère du   numérique, une telle « chambre d’écho », dispositif à bandes destiné à retarder ou décaler un son. L’œuvre exploite le potentiel mélancolique de l’écho : une répétition atténuée, une sorte de « fading », aurait dit Barthes, la nymphe inutilement éperdue s’allant mourant. Le mot « chambre » renvoie aux stanze d’Agamben, ces chambres de l’esprit qui sont aussi des strophes poétiques fermées sur elles-mêmes. La mélancolie n’a ni porte, ni fenêtre ; c’est une sorte de monade inaccessible. Les « rondeaux de mélancolie » de Charles d’Orléans sont des labyrinthes sans fin (une prison où on erre, selon Starobinski). La chambre du philosophe et du poète sont des figures de mélancolie, et on retrouve l’image, qui figure chez Ficin, d’une chaudière qui fonctionnerait en circuit fermé.

Dans la chambre de Laurent Montaron, la bande magnétique mélancolique se déploie sans fin, en molles spirales, sous le signe de Sisyphe. Le dispositif, placé à un endroit inhabituel sur le mur, assez bas, hors de la ligne habituelle du regard, évoque au premier regard ces boîtes techniques qu’on voit sans les voir, dans les musées : celles qui mesurent l’hygrométrie ou la puissance électrique, celles auxquelles il ne faut pas prêter attention. Il faut se pencher pour découvrir la toute petite sculpture, faiblement éclairée, qui poursuit inlassablement son chemin enfermé de déroulement en spirale – un labyrinthe, une prison où on erre sans fin. En mélancolie, le sang noir ne s’échappe pas. Il tourne en circuit fermé, rongeant son hôte. Grâce à la transformation de cette chambre d’écho, ordinairement fermée, on voit ce qui se passe à l’intérieur de ce corps. Cela rappelle les « Vénus » de cire des musées d’anatomie, avec tous leurs colliers et les torsades de leurs cheveux, mais ouvertes, aux organes détachables et manipulables.

Hors mélancolie, l’exposition du Frac comporte bon nombre d’autres œuvres captivantes, liées à la question de la mémoire qui est son fil conducteur explicite. La muséographie est soignée : chaque œuvre est présentée bien séparée de la précédente, indépendante de sa voisine, et même les montages sonores, nombreux, ne se mélangent pas. Le Frac voue un bel espace à de belles œuvres, qui disent l’inquiétante étrangeté de la mélancolie de notre temps.

Anne Larue

Prof. Littérature Arts et Culture à l’Université Paris 13.

Pour s’y rendre : métro Jourdain ou Buttes-Chaumont, bus 26.

Ouvert du mercredi au dimanche.

www.fracidf-leplateau.com

Lectures nocturnes

Lecturnes, une exposition sur la nuit chez les petits éditeurs jeunesse _


par Magali Nachtergael

Cette exposition réalisée par les étudiantes du Master MTI Métiers du Texte et de l’Image s’est tenue du 7 au 11 décembre au Café Expo du Campus de Paris 13 – Nord, Villetaneuse. Autour des petits éditeurs jeunesse et sous la houlette de Mathilde Lévêque, Véronique Soulé et Anne Larue, les étudiantes ont mis en scène la nuit dans les livres jeunesse et dans le forum de l’Université. Pour quelques jours, cette dernière s’est ouverte à un tout nouveau public de lecteurs, assez inhabituels…!

Avez-vous déjà rêvé de feuilleter un livre à la lumière de la lune ? Sur d’épais matelas parsemés de coussins, le lecteur insomniaque était invité à s’allonger sous la clarté diaphane d’une immense bulle de lumière et à ouvrir un des nombreux albums disposés autour de cet îlot de tranquillité. Au beau milieu de l’université Paris 13, à Villetaneuse, qui aurait imaginé un jour pouvoir se réfugier dans un cocon chaleureux pour replonger le temps d’une pause lecture dans l’atmosphère enfantine de la nuit ? Grâce au travail des étudiantes en Master Pro MTI (Métiers du Texte et de l’Image), grands et petits étaient invités à faire resurgir le plaisir de se cacher dans la pénombre et lire sous les couvertures. Au risque d’y rencontrer les mystères et les angoisses qui rôdent dans le noir !

La nuit en plein jour

La premier défi de cette exposition-lecture, la mise en scène de la nuit dans un espace d’exposition, le Café Expo, qui jouxte directement le service culturel de l’Université. Le lieu a les volumes d’un grand container, placé en hauteur au-dessus d’une cafétéria très fréquentée.  Tout autour, une grande verrière appelée le « forum », au cœur du campus, très ouvert, lumineux et aéré. Autant dire que le choix de la nuit et de l’obscurité induisait immédiatement un fort contraste avec cet environnement pour le moins ouvert sur l’extérieur. Lecturnes joue donc la possibilité d’un repli dans la nuit et les livres, dans un cocon isolé du tumulte diurne. De l’affiche à la scénographie faite de noir et blanc, l’exposition met en scène le contraste, tant dans sa scénographie que dans le choix des livres.

Scénographie du livre

La seconde gageure est, en terme muséographique, de proposer un dispositif d’exposition du livre, un objet particulièrement rétif à la projection sur les murs. Pour permettre à la fois une belle mise en scène de l’objet livre, mais aussi un accès libre à son contenu, les commissaires ont pris un parti astucieux en utilisant à leur avantage les contraintes du lieu. Ainsi, un grand bloc latéral qui coupe l’espace de ce white cube a été transformé en table de lecture géante. Les livres, alignés mais disponibles à la manipulation, sont chacun éclairés d’une petite lampe qui les illumine comme de petites œuvres d’art. Un cartel joliment collé et découpé en forme de livre donne les indications complémentaires sur l’album : on aurait cependant aimé en savoir un peu plus sur ces petits éditeurs  dont le travail porte résolument à l’admiration. Mais c’est évidemment l’espace de lecture lui-même, illuminé par cette lune géante gonflée à l’hélium, qui attire le visiteur au centre et l’invite à s’abandonner au calme le temps d’un album.

Les enfants viennent lire à l’Université

Les livres choisis font évidemment écho à cette scénographie originale, puisque leur point commun est la nuit dans les récits pour enfants. Dans des bacs prêtés par le collectif Livres au Trésors et remplis par diverses bibliothèques de Plaine Commune, on peut choisir un album qui nous plongera dans une aventure nocturne : Une histoire sombre, très sombre, de Ruth Brown nous fait progresser avec un suspens humoristique dans les recoins les plus obscurs d’une maison qui semble abandonnée. Mais de véritables perles noires se cachent aussi entre les zones d’ombre et de lumière de l’exposition : Vues d’ici par Joëlle Jolivet et Fani Marceau (aux éditions Naïve) ou le très graphique Pleine lune, écrit par Antoine Guillopé (chez Th. Magnier). Parmi les petits éditeurs que l’on a pu rencontrer, Benoît Jacques, Motus ou La Joie de Lire produisent des livres comme des objets artisanaux, rares et précieux. La librairie Folie d’encre était aussi présente et proposait une sélection d’ouvrages à la vente : coïncidant avec la fête des enfants sur le campus de Villetaneuse, jamais autant de petits lecteurs n’aura déferlé au Café Expo. On ne peut que se réjouir de voir les enfants d’écoles et centre aérés alentours venir lire à l’Université, en attendant qu’ils y reviennent, dans quelques années, pour y poursuivre leurs études !

Les grands…

et les plus petits.

Visite à la cité des enfants

 
 
 
 

Visite de la cité des enfants à la cité des sciences et de l’industrie de la Villette

 

Est-ce qu’on peut s’amuser à la cité des enfants même si nos douze ans sont des lointains souvenirs? Sans hésitation, la réponse est oui!

Ce jeudi matin, en effet, nous, les étudiantes du master MTI et Mathilde Lévêque, avions rendez-vous à la Cité des sciences et de l’industrie de la Villette. Mais rassurez-vous, nous avons également eu, pendant cette visite, une partie théorique grâce à l’intervention de Frédéric Palaci. Frédéric Palaci travaille à la Cité des sciences depuis vingt ans, où il coordonne le travail des animateurs et des techniciens. La Cité a été conçue, en 1986, sur le modèle des musées scientifiques anglo-saxons, le principe étant une manipulation pour un visiteur, selon la théorie du «hands on».

 

Depuis le début de sa carrière à la Cité des sciences, Frédéric Palaci l’a vu évoluer. Cependant, elle conserve son ambition de toujours, qui est de donner la parole aux enfants. La Cité des enfants met en lien direct les enfants et le savoir, symbolisé par les éléments d’exposition. Les enfants sont ainsi conviés à apprendre, à découvrir à leur rythme. Elle a aussi amplifié cette notion d’apprentissage grâce à la manipulation puisque les expositions invitent les visiteurs à regarder les autres faire pour comprendre. La notion de groupe revêt par conséquent une grande importance.
 

 

La Cité des enfants permet aux visiteurs une grande autonomie dans la gestion de leur temps. La séance dure 1h30 et ils gèrent ce délai à leur convenance. Les enfants peuvent tout aussi bien faire le tour des éléments d’exposition, n’en faire qu’une partie ou préférer l’animation…
 
Les animateurs sont toujours présents. Pour une question de sécurité d’abord et aussi pour accueillir et expliquer le fonctionnement de la Cité.

 

Les adultes dans la Cité des enfants ne sont pas en reste: ils sont bien évidemment accompagnateur, mais ils permettent aussi de reformuler ce que les enfants ne comprennent pas. Ils délaissent pour ainsi dire la relation enfant à parent pour la relation enfant à enfant.

Après l’intervention de Frédéric Palaci, nous étions conviées à nous rendre dans la Cité des enfants pour les 5/12 ans afin de profiter des espaces d’exposition. Malheureusement, les enfants étaient très peu nombreux. Mauvais jour pour observer les enfants en action… Mauvais jour? Pas vraiment, puisque nous avons pu, dans ces conditions prendre le temps de visiter et surtout de nous amuser…

L’exposition est décomposée en plusieurs espaces: Le corps, Communiquer, Le Studio TV, Les jeux d’eau, Le jardin et L’usine. Ainsi, avons-nous pu voir Maëlle arborer une coiffure bleue kawaï, Julia courir le cent mètre, Mariama jouer de la basse, Marion présenter la météo, Marie-Sophie dire le mot «chat» en langage des signes et Marina faire des bulles. Séance trop courte, au bout d’1h30, nous devions quitter l’exposition… Quelle frustration!

Notre visite ne s’est cependant pas achevée sur ce sentiment de frustration puisque nous devions visiter l’exposition dédiée aux 2/7 ans. Des petits enfants attendaient avec impatience de pouvoir explorer l’exposition. Pas de quoi culpabiliser donc! La Cité des enfants pour les 2/7 ans fut donc l’occasion de les observer. Nous avons constaté les dires de Frédéric Palaci: les enfants sont libres et apprennent en réalisant des expériences: ils tapent, crient, rient, essayent, réessayent, pleurent, s’émerveillent et s’entêtent… Durant cette observation, nous avons pu voir les failles de certains éléments d’exposition et comprendre quelles en étaient les raisons.

Nous avons passé ce jeudi à la Cité des sciences un moment pédagogique, mais surtout ludique.
 

Visite au Musée en Herbe

vendredi 8 octobre 2010

par Marie-Sophie Lhôte

Qu’est-ce-que le Musée en Herbe ?

Le Musée en herbe est une association crée il y a trente cinq ans par Sylvie Girardet, Claire Merleau-Ponty et Anne Tardy. Elles ont été soutenues par la Fondation de la Vocation. Il était installé au Jardin d’Acclimatation et depuis peu, il est dans le premier arrondissement au 21 rue Herold.

Pionnier des musées pour enfant, le lieu a été conçu pour un jeune public auquel il propose un apprentissage du monde artistique. Des jeux d’observation, d’imagination, d’identification leur permettent de découvrir les œuvres d’art et les objets exposés. Sa pédagogie originale est basée sur le jeu et l’humour et développe la sensibilité, la curiosité et la créativité de l’enfant. Ce musée apprivoise la culture en proposant une pédagogie active et adaptée au jeune public. Des ateliers d’arts plastiques complètent la visite. On propose aux enfants de faire à la manière de. Le musée est à prendre comme une découverte et une initiation.

Pour les scolaires, un dossier pédagogique est envoyé à l’enseignant afin de préparer la visite avec toute la classe. La sortie au musée constitue donc le point d’orgue d’un travail de groupe sur plusieurs semaines. Les scolaires sont accueillis toute la semaine sauf le mercredi et le week-end qui sont réservés aux visites en famille.

Le Musée en Herbe élargit ses activités avec des expositions itinérantes en France et en Europe. Sylvie Girardet et Norbert Journo, qui est scénographe, ont réalisé un musée en Alsace pour les enfants sur le bois et le grès, le P’tit Fleck. Le musée se déplace dans les écoles, principalement en banlieue. Les expositions sont composées de sept reproductions d’artiste et de jeux. Les enseignants peuvent aussi demander l’organisation d’atelier.

Le musée propose donc différents ateliers comme les Baby Z’ateliers, pour les enfants à partir de deux ans et demi, et les Maxi Z’ateliers, à partir de cinq ans. Pendant une demi-heure ou une heure, les enfants découvrent différents matériaux comme la terre ou la pâte à modeler et travaillent sur des thèmes liés aux expositions en cours. Il arrive que des artistes interviennent. Le musée a mis en place une galerie d’art, « Ma première galerie ». C’est un lieu d’exposition où les enfants et les grands peuvent découvrir de jeunes talents soutenus et parrainés par des artistes reconnus qui exposent à leur côté. Les jeunes artistes transmettent à leur tour leur passion en animant des ateliers avec les enfants. Les petits visiteurs ont aussi accès à une librairie, le « Petit Baz’art », qui propose plus de cinq cents ouvrages et jeux d’éveil principalement centrés autour de l’art.

Visite chez les Surréalistes avec une classe de grande section de maternelle

L’exposition « Surréaliste, mon cher Dali » est consacrée, comme son nom l’indique, à un des plus célèbres artistes surréalistes, Salvador Dali. Pour faire pénétrer les enfants dans son univers, la conférencière met l’accent sur le monde du rêve et de l’imaginaire. Une pièce de l’exposition a été transformée en maison de Dali et pour y faire pénétrer les artistes en herbe, on leur donne une cravate rouge et un chapeau melon noir. Revêtus de ces accessoires, ils ressemblent à René Magritte, un des plus proches amis de Dali. En effet, il ne faut pas effrayer le peintre qui travaille dans son atelier. Quelle surprise pour lui, de voir entrer autant d’enfants dans son humble demeure ! Dali habitant en bord de mer, les murs ont été peints en bleu et jaune et en fond sonore nos petits visiteurs entendent le bruit des vagues. Ils ont très envie de rencontrer l’artiste mais comprennent vite que c’est malheureusement impossible : « Il est mort ? », « Il est à la cimetière ? » !

La conférencière instaure, dés le départ, une relation constante de jeu et d’échanges : « 1, 2, 3, on s’assoit ! ». Les enfants y sont très réceptifs. Elle fait sans cesse des rapprochements avec leur univers. Après avoir commenté quelques reproductions d’œuvres de l’artiste, elle les invite à découvrir l’univers de Dali grâce à une table de manipulation installée eu centre de la pièce. Elle est constituée de plusieurs petits jeux qui sont tous accompagnés d’un mode d’emploi. Ils peuvent s’amuser avec le Téléphone Aphrodisiaque en remplaçant le homard avec une feuille de salade, une aubergine ou une grosse araignée de mer ! La biographie de l’artiste se présente sous la forme d’une association de textes et d’images. La médiatrice improvise un jeu de reconnaissance et de mémoire. Elle demande aux enfants de se souvenir dans quels tableaux ils ont vu des animaux. Ils se prêtent volontiers à cet exercice. Mais il est temps pour eux de dire au revoir à Dali. Avec leur chapeau, ils saluent l’artiste et vont maintenant réaliser un dessin surréaliste dans l’atelier de musée.

Nos petits bambins sont très communicatifs et malgré quelques petits moments d’inattention, ils restent très concentrés et très réceptifs. L’important est de les faire sans cesse participer pour qu’ils se sentent acteurs de leur visite, d’employer leur vocabulaire et de faire référence à leur monde.

L’atelier des petits surréalistes.

On propose aux enfants de réaliser une toile à la manière de Dali : Méditatif s’est levé, 1958. Les deux médiatrices en charge de l’atelier montrent aux enfants ce qu’ils vont devoir faire en leur expliquant toutes les étapes de création. Ils sont plein d’entrain et font preuve là encore de beaucoup d’attention. L’atelier est très dirigé, les enfants ne font pas ce qu’ils veulent, ce qui d’un côté peut paraître dommage puisque le thème de l’exposition est le Surréalisme. Surtout qu’à la fin de la visite, on leur avait dit qu’ils allaient pouvoir faire un dessin de leur imagination. Mais il est sans doute plus simple de choisir de leur faire reproduire une œuvre en particulier pour encadrer plus facilement l’atelier.

On remarque que les parents accompagnateurs sont un peu trop présents. Ils font les gestes à la place de leurs enfants et freinent leur imagination. « Une fleur noire ? Tu en as déjà vu ? Ce n’est pas joli. », dixit un papa ! Lors des visites familiales, les parents ne sont autorisés à participer que pour les Baby Z’ateliers. Ils influencent trop la conduite de leurs enfants qui ne se conduisent pas de la manière quand ils sont seuls.

A la fin de l’atelier, nos artistes en herbe sont très fiers de leur création et repartent très contents de leur passage au musée.

Nous-mêmes sommes reparties très enthousiastes et avons ressenti l’envie de retomber en enfance le temps de cette parenthèse surréaliste.

Visite du MTI à Livres au trésor

Compte rendu rédigé par Marion Moutafis, étudiante du master 2 pro MTI.

Mercredi 15 Septembre 2010, nous avons rendu visite à Véronique Soulé, laquelle dirige avec passion Livres au trésor, un centre de ressources sur la littérature jeunesse à Bobigny. La rencontre a eu lieu dans un contexte particulier, marqué par l’incertitude concernant l’avenir de Livres au trésor. En effet, le Conseil Régional a décidé de ne plus subventionner la structure, ce qui entraînerait sa fermeture définitive et sans doute une dispersion du fonds documentaire.

Livres au trésor est bien plus qu’une bibliothèque : Véronique Soulé soutient des projets ambitieux, organise des rencontres stimulantes et encourage les partenariats entre les différents médiateurs du livre. Un comité de lecture réunit régulièrement des bibliothécaires et des documentalistes de la Seine Saint-Denis. Leur sélection annuelle fait alors l’objet d’une publication particulièrement soignée.

Notre visite nous a permis d’affiner la notion autour de laquelle nous allons travailler ce semestre pour monter notre exposition, celle de petites maisons d’édition et d’éditeurs indépendants. Une grande maison d’édition peut tout à fait éditer de bons livres pour la jeunesse en soignant le contenu, l’esthétique et le graphisme de ses publications, tandis qu’une petite maison d’édition peut publier de mauvais ouvrages. Les réticences des parents peuvent également peser sur la réception de certains livres, tels Je te tiens de Benoît Jacques qui plaît beaucoup aux enfants, mais que les adultes ont parfois jugé trop violent. À travers plusieurs exemples de parutions récentes et d’ouvrages offerts aux jeunes enfants de la Seine Saint-Denis par le Conseil Général, nous avons eu un bon aperçu des livres d’artistes pour les enfants et des jeux sur l’objet-livre, sur sa matérialité, sa mise en page et son contenu. Ces innovations formelles et graphiques sont aussi un moyen d’interroger les rapports entre texte et image, particulièrement féconds dans les livres pour enfants. La table ronde du 15 septembre à Livres au trésor constitue donc une première séance de réflexion qui prélude à la mise en place de l’exposition du Master 2 MTI. Un travail à suivre !

L’exposition MTI : carnet de route

Bonjour à toutes !

Je poste aujourd’hui la première page d’idées pour l’exposition, reçue aujourd’hui de la part de Camille Labrouste.

Vous pouvez réagir directement dans les « commentaires ».

Mathilde et moi pouvons vous créer des comptes Auteur sur demande.

En réfléchissant à une scénographie et à des idées pour notre exposition sur « les petits éditeurs », il m’est venu l’idée d’un projet. Je vous confie les idées concernant l’exposition en elle-même avant de vous parler du projet:

  • Scénographie: mettre en fond sonore des rires d’enfants, placer un coin lecture avec une petite bibliothèque et des coussins parterre pour que les enfants puissent lire et se détendre.
  • Présenter l’exposition comme un parcours (cf. jeu de l’oie ou le dessin animé Dora l’exploratrice (désolée pour les références un peu « primaires ») dans lequel l’enfant se mettra en scène. Par exemple (je ne sais pas quel est le contenu de l’exposition), mais on peut imaginer qu’il y ait des petits panneaux qui expliquent plus ou moins le fonctionnement d’une maison d’édition et, pour chaque étape du développement d’un livre, l’enfant reçoit un objet qui à la fin du parcours, reconstituera un livre. (couverture, feuillets … en mousse par exemple).
  • Faire participer les enfants aussi en leur proposant de se mettre à la place de l’auteur ou du dessinateur en racontant ou dessinant une histoire, qu’on pourrait accrocher sur un mur.

Je vous soumets le projet, même s’il n’est qu’à l’état débauche, afin de savoir si c’est intéressant et s’il est judicieux de l’explorer. Hier, au service culturel, il a été question de nous offrir la possibilité de monter un projet culturel. Donc, en creusant un peu sur l’édition pour la jeunesse; je suis arrivée à la conclusion que les livres jeunesses sont certes réalisés pour les enfants et le public jeune mais rarement réalisés par eux. Finalement, ce sont plus les adultes que les enfants qui décident de leur lecture. Donc, je pensais, qu’on pourrait essayer de créer un livre, et si possible de l’éditer (format papier et/ou numérique), fait par et pour les enfants. On se servirait de notre exposition pour récolter les désires des enfants (le contenu qu’ils souhaitent voir dedans…) en leur faisant remplir un questionnaire et en se servant des dessins et des histoires racontées (cf. ci-dessus). Parce qu’il est évident que tous les enfants (et surtout ceux de notre secteur) ne s’identifient pas aux héros ni aux cadres dans lesquels ces derniers évoluent. Ce serait aussi une initiative pour inciter les enfants à lire et prendre goût à la lecture. Un livre à leur image est, je pense, plus ludique et a plus d’impact qu’un discours.

Le « top ten » des éditeurs de jeunesse… et les autres

Notes d’après l’introduction de Luc Pinhas au livre collectif paru à l’Harmattan en 2008 sur l’édition de jeunesse francophone ; je ne retiens ici que ce qui concerne les éditeurs en France métropolitaine.

C’est donc un état des lieux datant de 2008.

L’édition jeunesse a connu une progression plus forte depuis les vingt dernières années que la moyenne des activités éditoriales.

Elle correspond à 11,3% du chiffre d’affaires global de l’édition française 2007.

9 entités assurent 72% des ventes en 2006.

1. HACHETTE, éditeur « historique » de littérature jeunesse depuis le XIXe siècle occupe la première place.

2. EDITIS regroupe Nathan, Pocket, Hemma et Langue au chat. A aussi racheté Gründ en 2007.

3. BAYARD avec appui de Milan

4. GALLIMARD, sachant que le phénomène Harry Potter l’avait plutôt placé au même rang qu’Hachette (pas d’Harry Potter en 2006).

5. FLEURUS (groupe média participations, qui détient Mango)

6. L’ECOLE DES LOISIRS

7. FLAMMARION (Père Castor et Casterman)

8. LITO (2%)

9. ALBIN MICHEL (2%).

Rachats :

Hatier et Didier > Hachette

Casterman > Flammarion

Milan > Bayard

Gründ > Editis

Situation l’oligopole partielle1.

p. 11 : importance de la « reconnaissance symbolique », rôle des novateurs ».

« Que l’on pense ainsi, par exemple, à Etre, la maison de Christian Bruel, qui a succédé au Sourire qui mord, mais aussi à Rue du monde, à l’Atelier du poisson soluble, aux Trois Ourses, à Callicéphale, à MeMo, voire au Baron perché, la maison d’Adam Biro chez Vilo ou à Lo Païs d’enfance, dans le giron des éditions du Rocher depuis 2003 ».

Ce sont ces éditeurs (et d’autres !) qui nous intéresseront pour monter notre exposition. La recherche est ouverte, bonnes lectures !

  1. pour mémoire, art contemporain : le secteur est un oligopole à fanges []

Exposer la littérature pour la jeunesse (2)

Les étudiants du master MTI, encadrés par Anne Larue et Mathilde Lévêque, organiseront une exposition sur les livres pour la jeunesse, avec le soutien et l’aide de l’Action culturelle de l’Université Paris 13 et du centre de documentation Livres au trésor.

L’exposition, qui aura lieu au début du mois de décembre à Paris 13 (Villetaneuse), sera consacrée aux « petits » éditeurs. En guise d’introduction, j’invite les étudiants du MTI à lire le premier numero de la revue en ligne « Strenae », dont le dossier thématique est consacré à l’éditeur Robert Delpire:

http://strenae.revues.org/59

Par ailleurs, les étudiants commenceront par explorer les bibliothèques et les médiathèques de leur choix pour se plonger dans le vaste univers des livres pour enfants et sélectionner des albums qui attirent leur attention (coups de coeurs, interrogations, rejet, souvenirs d’enfance ou d’école, etc.)

Ce carnet de recherche leur servira de carnet de route, où ils pourront rendre compte pas à pas de l’avancée de leurs travaux.

Mathilde Lévêque.

Exposer la littérature de jeunesse

8 pages de références BNF pour « exposition jeunesse livre », pour 9 pages avec « exposition jeunesse ». Autrement dit, la majeure partie des expositions jeunesse concerne le livre de jeunesse.

Guide de l’édition jeunesse 2007, libre accès salle T 070.8 LOUP 9

On constate que les catalogues d’expo vont en s’épaississant et en se raffinant au fil du temps, au fur et à mesure que grandit l’intérêt pour la culture de jeunesse. A noter que les expos ont lieu dans le cadre de bibliothèques, qu’elles sont souvent commanditées, du moins au début, par le milieu associatif, et qu’elles ont contribué localement au rayonnement de collections ou d’intérêts ayant déjà un ancrage de terrain (existence d’une collection d’ouvrages, association de promotion de la lecture enfantine…). Leur visée est parfois modeste, mais parfois l’exposition (et surtout le catalogue qui en résulte) a de l’ambition. celui de 2009 est un véritable outil de recherche.

1982. Qui a peur du loup ? Bibliothèque municipale de Bordeaux

Feuilles A4 imprimées de façon correcte, peut-être laser, reliées par une agrafe. Le document de la BNF est incomplètement conservé : il manque une page et une autre page est conservée en double. Le plan de l’exposition figure sur la liasse. Il montre qu’on a dégagé un coin lecture + des regroupements thématiques, le tout dans une seule salle oblongue.

Loup se veut un mot générique pour tout ce qui fait peur, sorcières, ogres, géants également.

L’impulsion de l’exposition est associative : association Nous voulons lire ! 10e anniversaire.

Présente des livres français et étrangers.

La liasse d’accompagnement de l’exposition n’a pas vocation à être un catalogue, mais un simple document d’orientation. Le but de l’exposition, avec son regroupement thématique, est de mettre en valeur les collections existantes de la bibliothèque.

1988. Caen. Expo à la bibliothèque, basée sur les ouvrages existants dans les fonds anciens de livres pour la jeunesse. Trésors de la bibliothèque de Caen. l’exposition a une visée patrimoniale. Le livre de jeunesse intéresse surtout en tant que « trésor ». Cette visée, ce regroupement aurait pu être différent : un moyen d’approche pour mieux faire connaître les collections, les « aérer », en quelque sorte !

1993. Beatrix Potter, exposition à Clamart

Livret A6, feuilles photocopiées NB, pliées, 2 agrafes, 20 pages (donc pas une grande maîtrise dans le nombre de pages par rapport au pliage, qui normalement est de 16 ou 32 pour être rentable, pas d’économie de papier !). Livret très attachant, instructif. Une vulgarisation qui rend bien compte de l’art de Beatrix Potter malgré le caractère modeste de l’exposition. Une expo de bien plus grande envergure à eu lieu à la bibl. de Munich en 2003 autour de B. Potter et Pierre Lapin.

1998. Le magasin des enfants. La littérature pour la jeunesse (1750-1830)

Exposition à Montreuil, Bibl Robert-Desnos, organisée par Isabelle Havelange et Ségolène Le Men, s.d. (1998).

Le catalogue est un livre collectif plutôt qu’un compte rendu d’exposition. Il affirme sa posture historique : il montre l’émergence de la notion d’enfance au 18e siècle, le rôle pionnier des 70 volumes écrits par Marie Leprince de Beaumont, Mme d’Epinay (qui bizarrement ne figure pas dans le répertoire bibliographique), Stéphanie de Genlis. Le catalogue, également structuré comme un livre d’histoire, n’apporte aucun renseignement sur l’exposition elle-même. C’est un outil de recherche et la façon dont les objets ont été exposés ne fait pas l’objet d’analyse. On apprend p. 123 que l’expo a surtout été constituée de livres présentés, mais aussi de portraits peints, de cahiers manuscrits, d’alphabets, cartes, boîtes, quelques objets, gravures, et des impressions sur étoffe des Fables de la Fontaine. La photo : n° 160 : Le Renard et la Cigogne, étoffe rouge brun et jaune, 50 sur 67 cm, impression à la planche de bois.

Les « magasins » étaient de véritables plans de formation pour une classe d’âge, un public enfantin déterminé ; des éducations complètes, des instructions d’éducation fondées sur le dialogue. Exemple, un extrait de Marie-Antoinette Lenoir mettant en scène l’institutrice et son élève (recommandations de lectures selon l’âge de l’élève).

Ce livre a un caractère pionnier en France, où les études sur la jeunesse n’étaient pas alors si développées. Il est en bien des points inaugural. L’usage d’appeler « Mme de » y est encore maintenu, à la place du prénom de l’auteure (usage préconisé par les féministes). La littérature de jeunesse, c’est ipso facto la promotion d’auteurs féminins, oubliés de l’histoire et biffés des mémoires. Point important…

2009. Babar, Harry Potter et Cie, BNF

Enorme livre, perspective de recherche fortement marquée. Multiples collaborations, iconographie riche et recherchée. La bibl. des bibl. reconnaît ainsi à la litt. de jeunesse une grande importance. Pour fêter l’accueil, par la BNF, de La Joie par les livres ==) création du Centre national de la littérature pour la jeunesse.

On ne parlait presque pas d’Harry Potter en réalité dans cette expo : la saga gothicoïde était placée au milieu des autres sources, sans emphase spécifique.

Le catalogue traite du livre, de l’objet livre, des classes d’âge (bébés, enfants…), du public enfantin, des trad. et adaptations, mais ne traite pas des petits éditeurs contemporains ni réellement de l’histoire de l’édition contemporaine de jeunesse. il traduit le fait que c’est encore une nécessité, en 2009, de retracer un historique qui n’est pas encore entériné. Il constitue un état des lieux de la recherche en plein essor.