Archives pour la catégorie Féminisme

Métaphysique du vampire : ô Satan, prends pitié de ma longue misère !

 

Jeanne A. Debats, Métaphysique du vampire, 2012, éditions Ad Astra.

Un vampire mâle ? C’est nouveau ces temps-ci. Cela faisait longtemps, depuis Anne Rice ! Et si en plus ce vampire mâle, qui aime un peu plus les garçons que les filles, tâte les belles fesses des statues archangéliques et travaille pour le Vatican, on ne nous tient plus ! On n’avait pas vu ça depuis le Gay Vinci Code, de Pascal Fioretto (mais si, vous savez bien : le roman qui se pase au Musée des Arts et Traditions Homosexuelles, le MATH !).

Notre vampire essaie de ne pas trop philosopher, car il n’est pas bon de trop se creuser les méninges quand il vous reste si longtemps à vivre. Bonne pioche : il rencontre une jeune collègue qui s’associe à sa chasse d’un nazi impuni. Et c’est parti pour des aventures rebondissantes dignes du Château des Carpathes de Jules Verne. Et en fin de compte, qui, mieux qu’un humain, saura idéalement compléter un vampire ? Chacun joue fort bien dans sa catégorie. On est loin des oppositions entre les espèces qui font les délices de True Blood, décalquées qu’elles sont des personnages de Tolkien remixés à la sauce jeu vidéo (« choisis ton personnage !).

Aussi loin que possible du déluge actuel de romans à l’eau de rose sang, de surcroît bourré de formules aussi amusantes que percutantes, méritant de passer en proverbes, le roman inaugure une nouvelle exigence : la bite-lit culte. Bite parce que ça se prononce « baïte », inutile de se leurrer. Et pourtant bite et lit ne sont peut-être pas si loin. Le vampire, avec son look désopilant d’homme trop beau pour être vrai, ne manque pas de charme. Lui-même a tout du surmâle à déclenchement automatique (ce que ses félons ennemis ne manqueront pas de remarquer). Même les curés finiront par s’en apercevoir. Et culte ? Parce que le lecteur amusé reconnaît, au détour d’une phrase, un florilège recomposé de lectures et de films célèbres, traitées sur un mode totalement décalé.

En route pour les aventures de Raphaël (mais si, c’est comme ça qu’il s’appelle !) : la Vatican et ses sbires n’ont pas fini de nous faire frissonner.

• Et la couverture est belle, ce qui ne gâte rien ! Allez faire un tour sur le site d’Ad Astra : que de belles couvertures ! et les beaux livres qu’il y a dessous !

http://www.adastraeditions.com

 

 

Ekphrasis contemporaines : Marcelline Delbecq et Fabrice Reymond

Les Contemporains

Littérature, arts visuels et théorie

Séminaire commun de recherche – CENEL EA 452 / CERILAC EA 4410

Comité organisateur : Magali Nachtergael (Paris 13, coord.), Céline Flécheux (Paris 7), Anne Larue (Paris 13), Judith Abensour (Ecole des Beaux Arts d’Angers), Anaël Marion (Paris 7) et Auriane Bel (Paris 7)

Séance du JEUDI 8 MARS

Horaire et Lieu

18h à 20h (salle 677C)
Université Paris Diderot (Paris 7)
Entrée Esplanade P. Vidal-Naquet
Bâtiment des Grands Moulins
75205 Paris Cedex 13
Métro Bibliothèque François Mitterrand

 

Séance organisée et présidée par Judith Abensour (Ecole des Beaux-Arts d’Angers)

 

Marcelline DELBECQ

Artiste française née en 1977 à Paris, Marcelline Delbecq travaille à la marge entre littérature et art contemporain. Dans la tradition de Sophie Calle ou Valérie Mréjen, elle utilise la voix, le texte et la vidéo pour reconstituer des moments de fictions étranges sur le mode de la very short story. Elle est l’auteur d’un opus de la collection « Fiction à l’oeuvre » du Frac-Aquitaine, Pareidolie, éd. Mix-Frac Aquitaine, sur l’oeuvre de Robert Barry, Returning (1975-77)

A lire en ligne un article de Cécile Camart : « L’artiste ou l’écrivain? Fabulations et postures littéraires chez Agnès Geoffray et Marcelline Delbecq« , Lectures de l’art contemporain, Revue Textuel, n°52, 2007, Université Paris 7, p. 71-85.

Fabrice REYMOND

Artiste, critique, commissaire d’exposition, écrivain, Fabrice Reymond est l’auteur d’Anabase, paru en 2009 aux éditions Mix. Il a également co-édité une anthologie de référence d’oeuvres textuelles d’artistes conceptuels des années 60 et 70 : Art conceptuel, une entologie, aux édition MIX, en 2008 (500 p.)

Il présentera son prochain ouvrage Canopée, à paraître en 2012 aux éditions Mix.

 

Marcelline Delbecq, Ghost, 2007

Marcelline Delbecq, Ghost, dessin mural, vue de l’exposition, The activist way, Cueto Project Gallery, New York, 2007

 

 

 

 


Programme du séminaire Les Contemporains 2011-12

Jeanne d’Arc, patronne des trans !

 

Renée Falconetti dans La passion de Jeanne d’Arc de Dreyer, 1927.

A l’heure où Sarkozy a décidé d’arracher la figure de Jeanne d’Arc des mains du Front national, afin de fêter pour son compte et pour celui de son parti le 600e anniversaire de sa naissance (petit voyage à Domrémy aujourd’hui-même),  il serait bon de rappeler, avec celles et ceux qui ont défendu cette hypothèse, que l’identité de genre de Jeanne était masculine. Elle aura dû, vu l’époque, se passer d’injections de testostérone. Mais cela ne l’a pas empêchée d’aller à cheval, de manier des armes, de se démener sur les champs de bataille, de porter les cheveux courts et un vêtement masculin. Son refus absolu, en prison, de porter des vêtements féminins, son amitié pour Gilles de Rais (sans doute pas l’affreux bonhomme qu’on dit : certains avaient tout intérêt à noircir sa réputation) tout concourt à étayer cette hypothèse, suggérée notamment par l’association Trans Aide et dans le livre de Stéphanie Nicot et Alexandra Augst-Merelle ironiquement intitulé Changer de sexe.

Jeanne d’Arc, une figure trangenre de premier plan, à revendiquer en ces temps de  commémoration qui en accroissent la visibilité politique !

 

Anne Larue

Université Paris 13

 

 

 

Les subalternes peuvent-elles parler?

Tel sera la question posée par Véronique Bonnet (Paris 13, CENEL) lors de la prochaine séance de l’atelier de lecture théorique du laboratoire du CENEL, qui aura lieu

le vendredi 11 février,

de 10h à 12h, en D 116

à l’Université Paris Nord 13 (99 av JB Clément, 93430 Villetaneuse).

Véronique Bonnet présentera le texte suivant : Gayatri Chakravorty Spivak : Can the Subaltern Speak ? / Les Subalternes peuvent-elles parler ? [1998], Éditions Amsterdam, 2009.

L’atelier théorique est organisé par Guillaume Bridet et Marc Kober.

Talents Hauts et le sexisme en littérature de jeunesse

par Camille Labousse

Le débat sur le « sexisme qui fait vendre »[1] en littérature de jeunesse ne date pas de ces dernières années. Les spécialistes de littérature de jeunesse ont depuis les années soixante-dix réfléchi à la question. Adela Turin fonde à cette époque la maison d’édition « Dalla parte delle bambine ». Depuis, nous assistons à un tarissement de la valorisation des personnages féminins dans la littérature de jeunesse. Nous subissons, manifestement, un phénomène de mode qui distingue une littérature pour filles et une littérature pour garçons avec ses systèmes de propriétés et de qualités particuliers aux lectrices et aux lecteurs. L’apparition, en 2005, des éditions Talents Hauts réagit contre cette tendance et propose de revisiter les personnages et les situations communément admises dans la littérature pour le public jeune.

Qu’est-ce que le sexisme en littérature jeunesse et comment Talents Hauts souhaite « lutter pour l’égalité des sexes » ?

Le sexisme en littérature de jeunesse

Le discours sexiste dans la littérature jeunesse n’est pas explicite bien entendu, mais il est autorisé à circuler et surtout à se reproduire puisque la majorité des ouvrages que les enfants lisent est proposée par l’Éducation nationale. Ces livres sont choisis pour leur qualité pédagogique et parce qu’ils participent, selon les thèses de Bourdieu, à la reproduction d’une culture. Ces textes ont donc une fonction sociale : ils doivent à la fois développer le goût de la lecture et favoriser l’intégration des enfants dans la vie. Ainsi, toute littérature doit être un modèle. Les sentiments tels que le courage, la volonté, la confiance en soi, les difficultés de la vie, le sens de l’honneur, la générosité ; l’amitié, le sens de la famille… qui y sont développés doivent servir d’exemple aux lecteurs. Or, ces caractères sont le plus souvent ceux des héros que des héroïnes. Cela s’explique par le fait que la majorité des personnages principaux en littérature de jeunesse sont masculins. Les personnages féminins n’ont que des rôles secondaires comme les grands-mères, les mères, les sœurs ou les amies intégrées à un groupe de garçons. Par ailleurs, la femme, qui gravite autour du personnage principal, ne peut être courageuse ou téméraire puisqu’elle est le symbole de la relation maternelle au héros. Elle tient le rôle de réconfort alors que l’homme, dans cette triade de personnages, apporte au personnage principal une distanciation critique qui vient le couper de la relation initiale avec la femme. Même si les lectrices parviennent à s’identifier aux héros masculins, elles retiennent le message de la mémoire collective, qui leur dit que les femmes se placent toujours au second plan.

Malgré cette tendance de la littérature de jeunesse à véhiculer les bonnes mœurs de la société, certains auteurs, éditeurs combattent cet état de fait. Ainsi, dès le XIXe siècle, les lecteurs voient émerger des héroïnes qui sortent des stéréotypes féminins, qui ne se conforment pas  à l’archétype de la petite fille modèle. Alice in Wonderland (1865) de Lewis Carroll rapporte les interrogations d’une enfant sur ce qu’elle est véritablement, ce que les autres pensent d’elle. Au XXe siècle, l’héroïne de la série Fifi Brindacier, créée par la Suédoise Astrid Lindgren en 1945, incarne la petite fille indépendante, malicieuse et épanouie.

La libération des mœurs et du progrès des droits des femmes dans les années soixante-dix a contribué à la dénonciation des rôles sexués caricaturaux dans les livres destinés à la jeunesse. Ainsi, l’essai d’Elena Gianini Belotti, Du côté des petites filles édité par les Éditions des Femmes en 1974, analyse le conditionnement des enfants par les adultes selon qu’ils appartiennent au sexe masculin ou au sexe féminin. De fait, l’ouvrage critique les méthodes pédagogiques scolaires. Durant la même période, des livres, devenus classiques depuis, ont ainsi vu le jour comme l’Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon de Christian Bruel et Anne Bozellec, publié en 1976 aux éditions Le sourire qui mord et réédité en 2009 aux éditions Être. L’histoire raconte l’aventure de Julie, qui possède un caractère bien affirmé et original. Ses parents souhaitent qu’elle se conforme à l’image stéréotypée des petites filles modèles de l’époque. Mais, ainsi, Julie ne se reconnaît plus. Elle ne sait plus qui elle est, qui elle doit être. Un matin, la petite fille se réveille avec une ombre de garçon. Elle veut s’en débarrasser et décide de s’enfuir sous terre. Elle part donc creuser un trou dans un parc et rencontre un garçon qui pleure car il a le même problème : on le traite de fille à cause de ses larmes. Ils conversent ensemble et finissent par conclure qu’ils ont droit à la différence et au mélange des genres. Cet album analyse donc les effets de l’éducation oppressante des adultes sur les désirs des enfants et la capacité des enfants à dialoguer avec eux-mêmes, à se chercher et trouver leur identité.

À l’instar de ce mouvement des années 1970, l’association « Du côté des filles », depuis 1994, lutte contre le sexisme dans la littérature de jeunesse. L’association a pour but « d’élaborer un programme d’élimination du sexisme dans le matériel éducatif, de promouvoir des représentations antisexistes, de produire et diffuser des outils de sensibilisation destinés aux maisons d’édition, aux créatrices et créateurs, aux parents, aux pouvoirs publics.[2] »

Talents Hauts

Talents Hauts est une petite maison d’édition spécialisée dans la littérature de jeunesse. Même si la maison d’édition s’inscrit dans un secteur en plein expansion, elle s’est positionnée dans une niche : la lutte contre le sexisme. Alors que la mode actuelle est en la distinction de collections pour filles et pour garçons, Talents Hauts propose des ouvrages qui traitent du sexisme et qui s’adressent à un public tant féminin que masculin grâce à la constitution de collections mixtes. Talents Hauts procure ainsi aux enfants une littérature non conventionnelle.

Le catalogue des éditions Talents Hauts est sobre. Sur ce petit livret de vingt-quatre pages se trouvent le logo, qui reprend le nom de la maison d’édition inscrit en lettres blanches sur un fond noir, et la représentation d’un œil de personnage féminin. Ce choix des éditions Talents Hauts est en décalage avec la ligne éditoriale de la maison. Aux premiers abords, le désir d’égalité n’est donc pas ce qui ressort immédiatement. On peut prendre l’exemple des éditions Thierry Magnier qui, eux, ont choisi un ange, un être asexué, en guise de logo.

Lorsqu’on ouvre le catalogue, il n’y a ni appel à la résistance, ni slogan militant. Nous sommes dans l’univers de l’enfance. Les titres des collections ne sont néanmoins pas ambigus : Des livres pour les filles et pour les garçons à destination des enfants de 3-7 ans ou la collection Livres et égaux pour les enfants de 6-11 ans. Parfois même, les collections ne revendiquent rien de particulier comme la collection Ligne 15 à partir de 12 ans, Oops et Ohlala, Filou & Pixie. La collection Mini Dual Books et Dual Books tentent de faire lire l’anglais aux plus jeunes. Nous constatons donc que la volonté d’égalité n’est pas le seul parti-pris de la maison. Elle possède, en effet, deux lignes éditoriales bien distinctes. La première étant la lutte pour l’égalité des sexes, la deuxième étant la lecture bilingue sans traduction de l’anglais. D’ailleurs, sur la page d’accueil du site internet, le slogan « Une fille = un garçon » rivalise avec « Français/English ». Mais, la revendication antisexiste est mise en avant.

En France, la majorité des auteurs pour la jeunesse sont des hommes, or, en parcourant le catalogue des éditions Talents Hauts, on se rend compte que les auteurs femmes sont très nombreuses, mais plus encore, que les associations auteurs/illustrateur homme et auteure/illustratrice femme fleurissent. On n’est donc pas ici en présence d’un féminisme acharné, seulement d’une équité. Par exemple des associations auteure/illustratrice est possible comme dans Un cadeau pour papa (écrit par Coralie Saudo et illustré par Raphaëlle Michaud) ou l’inverse comme dans La princesse Rose-praline de Gaël Aymon et illustré par Julien Castanié.

Mélanie Decourt, porte-parole et présidente de Mix-Cité, et Laurence Faron, les deux créatrices de Talents Hauts, souhaitent que, devant les livres, tous les enfants se sentent égaux et que les différences de nature s’effacent. Ainsi, Talents Hauts organise-t-il un concours ouvert aux classes de CP et de CE1 de l’académie de Créteil. Les classes doivent produire un manuscrit « d’un album antisexiste ». L’idée de ce concours est de valoriser des enfants dont l’environnement est peu familiarisé à la lecture et parfois sexiste.

Un discours non conformiste

Certains titres d’ouvrages de Talents Hauts renvoient ironiquement à la ségrégation des genres en littérature jeunesse. Ils sont en effet une réactualisation des titres d’ouvrages stéréotypés qui pullulent chez les concurrents : La princesse et le dragon, Une reine trop belle, Blanche et les sept danseurs, Les petites-filles modèles… La ligne éditoriale ne s’éloigne guère de l’imaginaire de l’enfance : les personnages traditionnels des contes de fées ou d’aventures demeurent. Cependant, il y a bien un déplacement des conventions, puisque la jeune-fille dans bien des cas est l’héroïne de l’histoire ; ce qui a pour conséquence de créer de la nouveauté dans l’attendu. Par exemple, dans La princesse et le dragon, Elisabeth, l’héroïne ne subit pas l’aventure, elle est au cœur d’un parcours initiatique. Voici comment l’ouvrage est présenté : « La princesse Elisabeth est belle et vit dans un château. Elle doit épouser le prince Ronald. » Pour le moment, nous sommes dans une situation initiale traditionnelle de conte de fée… « Mais, un jour, un dragon détruit son château, brûle sa joli robe… », ce passage décrit l’élément perturbateur de l’histoire ; et accentue même les attributs généralement associée au personnage féminin. Nous sommes loin d’un débat féministe ! « … et emporte le prince. Elisabeth décide de poursuivre le dragon et de sauver Ronald. » Il y a manifestement un retournement des codes et des attentes du lecteur. La princesse n’est pas celle qui subit mais qui agit pour retrouver l’ordre initial. Bijou casse-cou fonctionne sur le même schéma : « Il était une fois une petite fille si belle qu’on eût dit une pierre précieuse. C’est pourquoi on l’appelait Bijou. Ses parents avaient l’intention de la marier à un prince qui la garderait enfermé dans un écrin de soie. Mais Bijou ne l’entend pas de cette oreille et décide d’échapper à ce sort en devenant casse-cou, très très casse-cou ». Caro des cavernes et Inès la piratesse, Une fille tout feu tout flamme, Combinaison gagnante, Doli, Indienne Pikuni font des personnages féminins des héroïnes courageuses. Les traits de caractères que sont le courage, la force, la persévérance attribués généralement aux héros garçons sont clairement alloués aux filles. Ainsi peuvent-elles rêver de liberté, se battre en compétition et se salir. Les personnages féminins ne correspondent plus aux normes de socialisation mises en avant dans la littérature de jeunesse en général. Elles se présentent comme des êtres complices, en somme, des anti-Martines. Les héroïnes ne dissimulent plus l’intime, elles prennent parole sur la place publique et apparaissent comme des nouveaux modèles féminins.

Certains albums se concentrent sur ce que signifie être un homme et être une femme. Ils cherchent à rompre avec les topoï qui sont véhiculés dans la littérature de jeunesse. Ainsi, dans Moi, mon papa, le père idéal n’est pas celui qui occupe une haute fonction sociale ou le plus viril, mais tout simplement celui qui se consacre à ses enfants. Ma mère est maire présente une famille composée d’une mère maire de la ville et d’un père au foyer. Dans Longs cheveux, un petit garçon a une grande chevelure. Je veux un zizi est le dialogue d’une petite fille qui veut faire du bruit, « gagner à la bagarre, être élue Père Noël et bricoler » et d’un petit garçon qui préfère « cuisiner, être le petit chaperon rouge et aimerait avoir un bébé dans son ventre ». Certains ouvrages donc rappellent avec humour la tendance qu’on les adultes à vouloir cantonner les activités des enfants selon leur sexe. Ainsi Dînette dans la tractopelle évoque les catalogues de jouet qui réalisent une partition entre les pages roses des filles et les pages bleues des garçons. Dans Je veux une quiziiine !, Baptiste rêve d’avoir une cuisine pour ses trois ans. Ces livres sont censés résoudre les problèmes des enfants en leur permettant d’apprendre que les autres enfants partagent aussi les mêmes situations. La fiction les sécurise. Les lecteurs explorent et formulent ainsi leurs propres sentiments.

Enfin, des ouvrages plus militants composent le catalogue des éditions Talents Hauts. Ils font référence à des sujets graves de la société, comme les stéréotypes et les violences perpétuées sur les femmes dans notre monde contemporain. Par exemple, Le débardeur rouge narre le désir d’une enfant d’entrer dans les canons de beauté actuels alors que Dis, pourquoi la dame est toute nue ? évoque le traitement de l’image féminine dans la publicité. L’album Samiha et les fantômes est au cœur de l’actualité puisqu’il traite de la soumission des femmes aux hommes. La joue bleue évoque les violences physiques qui leurs sont portées.

Les ouvrages de Talents Hauts ne sont pas révolutionnaires. Les thèmes traités correspondent à ce que les enfants et leurs parents recherchent. Talents Hauts demeurent une maison d’édition centrée sur la littérature de jeunesse et, par conséquent, ne s’éloignent guère de la norme que doit constituer ce type de littérature. Le lecteur doit tout autant que dans un autre livre, percevoir le message annoncé et l’assimiler. Les ouvrages agissent comme des documentaires puisque leurs sujets sont explicites : solitude, exclusion, racisme… Ils doivent instruire les enfants sur leur relation à eux-mêmes, à leur entourage et à la société. Cependant, l’originalité de Talents Hauts réside dans le traitement du discours. Ce dernier propose, en effet, aux enfants de nouvelles normes de société.

Bibliographie

Blampain Daniel, La littérature de jeunesse pour un autre usage. Ferand Nathan/ Editions Labor, 1979.

Perrot Jean et Hadeuque Véronique, Écriture féminine et littérature de jeunesse, La Nacelle, Institut Charles Perrault, 1994.

Perrot Jean présentation (de), Culture, Texte et jeune lecteur, Presses universitaires de Nancy, 1993.

Références :

Article du Monde Magazine de novembre 2009 : « Littérature jeunesse, Ce sexisme qui fait vendre».

http://www.talentshauts.fr/

http://www.ducotedesfilles.org


[1] Article du Monde Magazine de novembre 2009 : « Littérature jeunesse, Ce sexisme qui fait vendre».

[2] http://www.ducotedesfilles.org

Statuettes féminines, suite.

29.-Crète-postpalat-3550
8.-Santorin-Cyclades-3500
27.-Crète-Cnossos-minoen-3600.
26. Chypre nécro 3700
25. Chypre nécro 3700
24. Syros Cyclades 4800-4500
23.-Chypre-5000
22. Crète 5000
21. Malte 5000 Tarxien
20. Anatolie 5000
19. France Lot 6000
18. Hongrie 7000
17. Vinca 6500
15.-Vinca-7000-6500
14. Hongrie 7000 dame Sé
13. Vinca 7200-7000
12. Roumanie 7200
11. Italie Sud 7300
9. Crète Sud 8000-7500
8. Vulve LepnskiVir 8000
7. Anatolie CatalHuyuk 8000
6. Malte HagarQim 8000

Les dates s’entendent Before Present.

La valse multimillénaire des statuettes féminines

On connaît les « Vénus » paléolithiques ; on connaît la « dame » de Brassempouy. Mais sait-on communément que la culture de la Vieille Europe, qui a duré plusieurs millénaires, sans solution de continuité entre la paléolithique et le néolithique, a continué à produire invariablement des statuettes féminines jusque vers 3000 BP (before present : la date est fixée à 1950, date de la découverte du carbone 14) ?

La civilisation que l’archéologue Marija Gimbutas appelle « civilisation de la déesse », et qu’on pourrait nommer de manière plus neutre (comme elle le fait également)  « civilisation de la Vieille Europe », a tenu plus longtemps qu’on peut croire, malgré la poussée des envahisseurs patriarcaux issus au départ de la culture des Kourganes, et peu à peu déversés sur tout le continent européen. Dans les poches, dans les îles, dans les endroits les plus difficiles d’accès, cette civilisation s’est maintenue très longtemps, avec ses statuettes féminines, se dessins de vulves, ses techniques de poterie, son décor si souvent fait de lignes parallèles, qui parfois s’enroulent. Si l’usage de ces figurines est peu clair et controversé (objets religieux, jouets, décors des lieux, ornements corporels ?) il demeure que ces figurines existent, et qu’elles existent avec une constance étonnante sur une surface de pays extrêmement importante : îles méditerranéennes ou de l’Atlantique proche, Balkans, Ukraine, France, Espagne, Italie, Grande-Bretagne, Anatolie… Toutes ces « cultures », qu’on saisit sous divers noms locaux comme Vinca (prononcer vinne-chat), Minoenne, Cycladique, etc. recouvrent en fait un seul et même phénomène, une culture unique : la civilisation de la vieille Europe.

J’ai photographié dans Le Langage de la déesse, de Marija Gimbutas, traduit en français aux éditions des femmes en 2006, un certain nombre de figurines. Les voici, remises dans l’ordre chronologique inversé (les plus vieilles d’abord). Ces figurines, dont on ne connaît l’usage, traduisent du moins la persistance d’une civilisation non-patriarcale qui a duré et résisté longtemps, réduisant notre actuel patriarcat à un épiphénomène de quelques millénaires à peine.

Limonite, France, Dordogne, 25000 ans PB, 4 cm. On remarque le dessin de vulve, très marqué, sur cette minuscule statuette.

Ivoire, Ukraine, 22000 PB, 15,5 cm.  

Ivoire, Ukraine, 20000-17000, 7, 2 cm

Os, Roumanie, 10000 PB, 17 cm  

Vulve, Anatolie, Catal Huyuk, 10000PB, 2,9 cm

Les « temples mégalithiques » maltais sont-ils vraiment des temples ?

Un des atouts de l’archipel de Malte (avec la douce chaleur en plein hiver) est la présence d’un nombre très grand de structures mégalithiques.

Les humains sont attestés sur les îles vers 7000 ans BP. La grotte de Ghar Dalam (prononcer « ardalam »), à Malta, porte des traces de cette vie où on cultive, où on élève des animaux, où on fabrique des poteries.

Ggantija (prononcer « djigantia »), à Gozo, est une structure mégalithique légèrement plus vieille que Stonehenge : elle date de 5500 BP. L’île de Malta héberge de nombreuses structures datant d’un peu plus tard. Toutes affectent une forme trilobée, avec plus ou moins de lobes.

Tout le monde répète que ces structures sont des « temples ».

Les travaux de l’archéologue Marija Gimbutas, qui s’est intéressée aux cultures pré-indo-européennes, permettent de relier les « temples » de Malte à une époque où les structures mentales de la patriarquie n’existaient pas encore. Nanti/es de ce cadre mental, on s’interroge dès lors sur la destination de ces édifices. Un pli patriarcal, principalement nourri de la pensée du XIXe siècle (antiféministe et religieuse) conduit à penser que le bâtiment est un « temple », avec des « absides », des « autels », et un « saint des saints ». Tel est le discours officiel, entériné par les autorités (à Malte, il existe même une institution officielle qui se consacre à la maintenance des « temples mégalithiques » : c’est dire combien ce préjugé est passé dans les mentalités d’aujourd’hui).

En réalité, rien ne permet de dire que ces structures sont des « temples », sinon notre actuelle manie de la religiosité (typique en réalité de notre siècle, le XXIe). Daniel Dubuisson a dénoncé, dans ses ouvrages, notre « mirceaéliadisme », si je puis dire, c’est-à-dire notre tendance à boire sans réfléchir diverses âneries infondées sur les « hiérogamies » (un beau mot bien savant pour une notion bien creuse) et le « sacré ». Clairement, ces habitudes mentales nous conduisent à voir du religieux partout.

Mais une statue (on en a trouvé dans les structures mégalithiques) n’a pas forcément un but religieux : ce peut être un jouet, une décoration, un souvenir, un art basé sur le plaisir de l’imitation. Des statues et des statuettes, nous en produisons aujourd’hui dans un but non religieux : figurines, poupées, produits dérivés, pères noël en plâtre, bibelots, monuments aux morts… Une statue ne signe pas forcément l’utilisation « religieuse » d’un lieu.

Quant à la déformation volontaire (ici de grosses jambes, des épaules larges…) elle peut très bien être intentionnelle. Par exemple, nos mascottes géantes ont une grosse tête, ce qui ne veut pas dire qu’on ne sait pas comment est fait un corps humain. Nos Mickeys à Disneyland sont des humains zoomorphes sans qu’on ait besoin d’inventer du « sacré », des « sorciers », des « masques rituels ». Les humains de jadis avaient AUSSI le droit de s’amuser, de faire de l’art ou de déformer intentionnellement la réalité.

Ils peuvent aussi la déformer dans un tout autre style comme on le voit par exemple dans des espèces de pièces de jeu d’échecs (?), des statuettes qui étaient précieusement gardées, roulées dans un morceau de cuir. Là, quel que soit l’usage de ces objets, l’intention stylistique est différente. Aussi différente que peut l’être un manga et un visage peint par Frida Kahlo, par exemple.

Des os calcinés d’animaux, comme on en a trouvé à Tarxien (prononcer : tarchienne), ne traduisent pas forcément un « sacrifice » : cela peut aussi être un bon barbecue. Les « autels » sont des tables ou des petits socles. Le « saint des saints » et les « absides » sont des lobes.

Le « trou d’oracle » est un trou, bien utile pour regarder ce qui se passe de l’autre côté du mur. Ce n’est pas la peine d’inventer sans preuve des histoires pythiques, il y a plus simple.

Bref, l’interprétation des « temples » maltais n’est qu’un roman patriarcal, issu d’une société qui ne peut concevoir autre chose qu’elle-même et que ses préjugés : haine des animaux (que l’on va forcément « sacrifier »), haine des femmes (on parlera dès lors des « hommes préhistoriques », des « hommes du néolithique », des « hommes des cavernes, etc.), désintérêt total pour l’accouchement, pour l’enfance, préjugé qui fait voir du « religieux » partout (un vrai asile d’ignorance, le « religieux », et qui cloue le bec de tout le monde, par effet d’autorité), etc. Nous plaquons nos propres préjugés sur la préhistoire et les temps très anciens. Peut-on tenter d’en faire abstraction une minute ? Essayons.

Quel est le principal besoin des humains préhistoriques ou d’époques très anciennes ? Edifier des églises, vraiment ? Pourquoi pas tout simplement se loger ? N’est-ce pas plus urgent que la prétendue « religion » ? Après tout, une « abside », pour reprendre ce vocabulaire plaqué, c’est aussi une chambre dans un tente avec des cloisons. Et si ces fameux « temples » étaient des logements pour les humains de l’époque ?

Ils affectent la forme de la femme – elle-même fort multilobée à Malte : toujours représentée avec de larges épaules rondes, des hanches plantureuses, des jambes quasi-sphériques. Si on regarde le plan de haut, la ressemblance entre la forme d’une femme telle que les gens de l’époque la représentaient et celle de la structure mégalithique est frappante.

Voici la photo d’une figurine du musée archéologique de Victoria et celle du plan de Ggigantja, qui figure dans le même musée.

On peut donc se demander si les humains de l’époque (qui pouvaient être fascinés par l’accouchement) n’ont pas eu envie, la nuit, de se blottir symboliquement dans les creux de la donneuse de leur vie, afin de se protéger des prédateurs et de l’extérieur par des murs bien ajustés. Cela ne veut pas dire qu’ils avaient « un culte de la fertilité » ; ce pourrait être beaucoup plus simple que ça. On pourrait penser assez logiquement que femmes, hommes, enfants aimaient à se protéger symboliquement dans ce ventre de la baleine, remontant dans la matrice par la représentation de l’endroit dont ils sont tous sortis, tout en se protégeant réellement (quelle fonction, élémentairement, pour de tels murs, si grands et si solides, sinon la protection ?). Les maltais n’avaient pas besoin d’un lieu intérieur où manger, où vire : mais un lieu où dormir. Un lieu où on ne mangeait pas : aucun résidu de nourriture ou de feu n’a été retrouvé (sinon des feux bien plus tardifs, qui sont une autre histoire). Un lieu où on n’enterrait pas les morts : aucun squelette n’a été retrouvé. Simplement un lieu où se réfugier la nuit.

N’est-ce pas ce que représente Niki de Saint-Phalle avec sa gigantesque statue La Hon (La Elle) ? On voit les visiteurs de l’exposition entrer par là. Ce n’est pas « sexuel » au sens où nous l’entendons aujourd’hui.

Dès lors, on n’aurait besoin ni de temple, ni de déesse, ni de culte, ni de tout le fourniment. Mon hypothèse est économique !

Il reste à plaindre les premiers Maltais, comme on a pu plaindre les suivants (victimes à toutes les époques de vagues de colonisations, de violences et de guerre, que ce soit les « grands Maîtres », les Britanniques, les bombes !). Ces gens vivaient paisiblement et de manière raffinée. Ils étaient sans doute peu nombreux, aimant les animaux qu’ils représentaient en frises, ne se battant pas de façon sophistiquée, s’ils se battaient. Ils étaient très bons en architecture et en poterie. Cette civilisation a été ruinée d’un seul coup par d’autres gens venus d’ailleurs, des gens qui enterraient leurs morts au lieu de les brûler, qui proclamaient la supériorité masculine (inconcevable, quand on y pense…) qui avaient des armes sophistiquées et qui ne savaient ni tourner ni bâtir.

La civilisation dite « des kourganes » (en référence à un tumulus sous lequel étaient enterrés les morts) a débuté dans le Caucase, entre deux fleuves. Elle s’est rapidement propagée. Elle était composée de guerriers, pasteurs, qui avaient des chevaux pour rassembler des troupeaux, des armes de métal, et le germe d’un système de pensée qui n’avait rien à voir avec celui de civilisations précédentes, qu’ils ont détruites. Les îles méditerranéennes, comme Malte, ont résisté longtemps. Longtemps, à Malte, on a aimé les serpents, comme en Crète ou à Chypre : l’histoire de saint Paul se faisant mordre par un serpent et n’en mourant pas, ô miracle, est bien celle de l’ancienne civilisation écrasée par le nouveau pouvoir patriarcal. Longtemps on a décoré les poteries de motifs courbes et parallèles, si différents de ce qui a suivi. Longtemps on s’est battu avec des piètres armes, longtemps on a représenté des femmes rondes sous forme de statuettes ou de plans de bâtiments. Et puis, les autres sont arrivés, et depuis c’est, comme dirait Tolkien, le règne des Hommes (au sens masculin du terme). Encore une civilisation bientôt disparue, sans doute…

Anne Larue (université Paris 13)

Roven, revue de dessin contemporain

La revue Roven à Paris 13!


Jeudi 7 octobre, à 11h30 dans le cadre du cours « Culture de l’art contemporain », Marine Pagès et Johana Carrier, les fondatrices et rédactrices en chef de la revue Roven, dessin contemporain (publiée aux Presses du Réel), viendront présenter leur travail et le projet de la revue.

A vos questions!

Magali Nachtergael


La séance est ouverte aux autres étudiants de Master intéressés (édition) : salle D 116 (si libre) ou E 300

Liens : http://www.lespressesdureel.com/magazine.php?id=114
http://rovenrevue.blogspot.com/2009/02/roven-revue-critique-sur-le-dessin.html


Mort d’une lesbienne radicale

Michèle Causse a choisi de mourir le 29 juillet 2010. Je ne sais pas pourquoi ; malade, peut-être ; sa décision lui appartient. Il y a encore si peu de mois, elle me soutenait face aux éditions Garnier qui avaient retiré mon livre de la vente. Elle m’écrivait (alors qu’elle était peut-être très malade, peut-être pour d’autres raisons décidée à mourir ; elle avait encore le courage d’écrire cela à une inconnue) :

« La censure qui vous affecte m’a permis de connaître vos travaux et de vous présenter mon vif soutien pour ce qui vous arrive. Votre histoire est peu commune. Je connais mieux, personnellement, la censure qui affecte, en amont, tout travail qui se présente comme un manifeste, toute oeuvre qui est, en elle-même, un manifeste. Croyez à ma sympathie ».

Michèle Causse a défendu les droits de la femme, lu Wittig à la première heure, écrit des essais et des fictions. Elle est considérée comme une féministe « radicale », comme Ti-Grace Atkinson (on ferait mieux de parler de féminisme conceptuel, ce serait plus juste ; le mot de « radical », imposé à ces théories, est fait pour qu’on s’écarte de ce chemin).

Féminisme conceptuel : après tout, c’était l’époque. l’art conceptuel a longtemps été un art de la subversion, de la contestation, avant d’être récupéré par les Américains et dans les musées (ou les deux).

Voici quelques textes de Causse pour commencer :

Qui a peur de Valérie Solanas ? Actes du 4e colloque International d’études lesbiennes : fureur et jubilation, 9-12 avril 2004, Espace lesbien n°4, Bagdam Espace Edition, Toulouse, 2004, pages 19-35.

Claude Cahun ou la mutante héroïque. Pour une anthologie des créatrices lesbiennes dans la Résistance, a cura di Paola Guazzo. Bagdam Espace Lesbien, avril 2008

Voyage de la grande Naine en Androssie, roman.

Et voici l’adresse de son site :

http://www.michele-causse.com

Censure de Fiction, Féminisme et postmodernité

Le 27 mai 2010

J’apprends aujourd’hui que mon dernier livre, Fiction, féminisme et postmodernité. Les voies subversives du roman contemporain à grand succès, paru il y a à peine un mois, est retiré de la vente par Claude Blum des Editions Classiques Garnier. Le livre n’apparaît plus sur les sites marchands. On ne peut plus l’acheter ni le commander.

Les raisons de cet acte seraient liées à la ligne de la maison d’édition. Je n’ai pas été consultée ni prévenue, je n’ai pas eu l’occasion de me défendre ou de m’expliquer, je n’ai pas à ce jour d’explication précise.

Il s’agit d’un livre de littérature comparée, avec notes, index et traductions de l’anglais, qui s’interroge sur la mémoire enfouie de la contreculture dans les best-sellers (principalement américains) qui traitent aujourd’hui du féminin sacré symbolique.

Le livre a été lu chez Garnier par un comité de lecture, accepté, imprimé. J’ai eu le temps d’en avoir 10 exemplaires. J’ai fait une commande de 10 autres qui n’a pas été honorée et c’est ainsi, en téléphonant à ce sujet, que j’ai appris que le livre était retiré de la vente.

Je désire porter ces faits à votre connaissance. D’un certain point de vue, c’est là une espèce de censure du contemporain (en l’occurrence des luttes féministes et anti-religieuses) dont le livre rend compte en prenant parti (car c’est un essai) mais sans le moindre manquement aux convenances : ni injure, ni pamphlet, tout est en cité, en note, le lecteur peut s’y reporter. Je m’inquiète à l’idée qu’on ne puisse plus proférer une opinion argumentée dans une collection d’essais sur la littérature sans subir ce genre de violence.

http://www.come4news.com/

http://irenedelse.wordpress.com/2010/06/01/de-quoi-les-editions-classiques-garnier-ont-ils-peur/

http://www.neoprofs.org/actualites-f5/la-collection-perspectives-comparatistes-des-editions-garnier-censurerait-une-universitaire-de-paris-xiii-t20969.htm

http://www.lepost.fr/article/2010/05/30/2093024_les-eds-garnier-censurent-un-livre-politiquement-incorrect.html

Le motif médiéval de Sheela-na-Gig et la persistance folklorique de Baubô

Résumé : Le motif sculpté de Sheela-na-Gig, visible sur de nombreux chapiteaux d’églises médiévales anglaises, traduit la persistance folklorique du motif originel de Baubô – qui fait rire la douloureuse Perséphone par l’exhibition comique de la vulve féminine. A partir de l’analyse de l’ouvrage de Barbara Freitag sur la question, nous nous intéresserons au combat sous-jacent entre mythe et folklore dans un contexte patriarcal : comment, et sous quelles formes, un « conte » grec déjà par lui-même assez « folklorique » et marginal, et qui, comme par hasard, concerne essentiellement les femmes (la fondation du culte agraire de Déméter à Eleusis) a pu subsister malgré la pression de l’idéologie patriarcale qui règne depuis 5000 ans.

Faut-il réhabiliter Margaret Murray ?

Il est d’usage, aujourd’hui, de vilipender l’anthropologue britannique Margaret Murray, qui s’est illustrée dans les années 20 et 30 par ses travaux sur le folklore médiéval anglais, et notamment sur l’imaginaire du « dieu cornu » des sorcières. Très appréciée en son temps (au point de s’être vue confier la rédaction de l’article « Sorcellerie » de l’Encyclopaedia Britannica, article qui sera réédité sans modification jusque dans les années soixante), Margaret Murray a fait l’objet d’attaques nourries, particulièrement de la part de l’écrivain britannique Elliot Rose qui, en 1962, dans un livre édité à Toronto, A Razor for a Goat. Ce mépris a été relayé par diverses autorités de l’histoire des religions, dont Mircea Eliade qui, dans Occultisme, sorcellerie et modes culturelles [1976], traduction 1978, se réfère à Murray d’une manière dont il serait bon de mettre en lumière l’ambiguïté.

On peut confronter les hypothèses de Margaret Murray sur le dieu cornu avec des romans, dont les uns, antérieurs, comme le célébrissime Tess d’Urberville, tendent à prouver qu’elle n’a pas tort au sujet du folklore anglais, tandis que d’autres (Les Dames du lac) témoignent de l’influence explicitement citée de sa pensée. Margaret Murray est une chercheuse qui a influencé la réception du Moyen Âge, tout en étant désavouée par ses pairs, ce qui a impliqué une diffusion anarchique de sa pensée.

Que penser en effet des attaques systématiques dont Murray est l’objet ? Une comparaison de sa méthode avec celle de ses collègues de l’époque, et l’analyse de ses travaux sur d’autres sujets que le folklore anglais médiéval montre que, si aujourd’hui on y trouverait à redire, Murray n’est pas spécialement à blâmer, loin de là. En somme, nous nous demanderons si ce n’est pas l’objet-même des recherches de Murray – le folklore médiéval anglais – qui entraîne un tel désavoeu. Dans Culture populaire et culture des élites dans la France moderne (XV-XVIIIe siècle), Robert Muchembled a fort bien montré comment un fort discrédit plane sur l’étude de la culture populaire. Dans quelle mesure l’étude du folklore médiéval n’entraîne-t-elle pas ipso facto une réaction idéologique de discrédit ?

Fiction, féminisme et post-modernité

Vient de paraître aux éditions Classiques Garnier

4e de couverture :

Cet essai, consacré à la littérature de l’imaginaire, s’interroge sur la valeur subversive d’un corpus dont on n’aurait a priori pas attendu la moindre velléité de subversion : la littérature contemporaine populaire de très grande diffusion, anglosaxonne et française. Il montre comment, soumise au choc du backlash (revanche antiféministe des années 80) la fiction grand public choisit une voie souterraine de résistance, et garde enfouie la mémoire d’une féminité triomphante qui devient son sujet principal et « occulte ». Ce travail engage donc une réflexion sur le caractère paradoxal des best-sellers : la littérature la plus commerciale, la plus « facile », la plus ludique serait-elle celle où s’expriment le mieux les aspirations politiques et théologiques des sociétés occidentales d’aujourd’hui ?

Ce qui est à Césarine

Les « rues Robert Delaunay » se rebaptisent peu à peu « Robert et Sophie Delaunay ».

Au lieu de dire « Christo » tout seul, comme on l’a toujours dit, on dit à présent « Christo et Jeanne-Claude ». D’où sort cette Jeanne-Claude ? Elle était là depuis toujours. Christo, c’était aussi elle, quoique personne n’en sût rien.

Mais toutes les Jeanne-Claude sont loin d’être sorties du bois : l’éditeur écrit toujours « Colette et Willy » comme auteur des Claudine, alors que Gabrielle Colette seule en est l’auteure.

Marie-Catherine d’Aulnoy est en réalité la première conteuse littéraire ; mais « traditionnellement », précise Jacques Baudou dans La Fantasy, c’est Charles Perrault qui est considéré comme le premier conteur littéraire. Tiens donc ! « Traditionnellement » !

Et Marie Curie, qui a découvert le polonium et le radium ? On la place derrière son mari : « Université Pierre et Marie Curie ». C’est pour honorer Pierre – pas Marie – que le curie devient une unité de mesure en physique.

Hypatie ? On trouve dans la traduction française du Dossier Mu de Hans Stephan Santesson, collection J’ai lu. l’aventure mystérieuse, p. 176, une allusion au « mathématicien et philosophe néo-platonicien Hypatia » : la tentative de l’auteur de tirer la mathématicienne et philosophe de l’oubli est sapée par la traductrice, qui n’imagine pas une seconde que le neutre anglais puisse, dans ce cas-ci, désigner une femme.

Un fauteuil Le Corbusier ? C’est un fauteuil Charlotte Perriand. Voir le site Elles@Centrepompidou pour les détails.

Le Tintoret ? c’était sa fille, la Tintoretta, qui travaillait activement dans son atelier. Le jour où elle est morte (en couches), le père n’a plus rien fait de bon.