Journal MTI n°4 – Gabriel Orozco au Centre Pompidou


Gabriel Orozco. L’art géométrique.

par Mariama Diallo
_

Jusqu’au 3 janvier 2011, le Centre Georges Pompidou consacre une exposition à Gabriel Orozco à travers 80 de ses œuvres. L’artiste n’avait plus exposé à Paris depuis sa première exposition intitulé « Clinton is Innocent », en 1998. Une belle occasion donc,  de découvrir ou de redécouvrir l’univers de cet artiste dans lequel dialoguent le paysage urbain et le corps humain.


Le thème du mouvement à travers les formes géométriques, reflète la vie nomade de ce mexicain né en 1962 à Jalapa, et qui vit aujourd’hui entre New York, Mexico et Paris, et qui ne se considère pas comme étant artiste mexicain par excellence, mais se définissant comme un homme libre, et appartenant à une culture universelle. Pour lui, la culture n’a pas de frontière, pas de nationalité, elle appartient à qui veut se l’approprier : « Je ne me définis pas comme artiste mexicain. On ne naît pas mexicain, cette détermination n’existe pas dans la nature. On devient la culture qui vous entoure, qui n’a pas de frontières géographiques, qui résulte plus d’un croisement d’influences et de hasards. J’ai grandi entouré de culture, française, anglaise et orientale, même si je chéris mes souvenirs d’enfance au Mexique. Je voyage sans cesse. Je n’ai pas d’atelier fixe. Internet n’a fait qu’accentuer ce mouvement qui m’est naturel. ».

Dans sa création, Gabriel OROZCO utilise différentes techniques artistiques, et nous présente ainsi un ensemble d’objets d’une très grande pluralité : photographies de ses interventions réalisées dans l’espace public (en majeure partie en Amérique du sud),  sculptures en terre cuite, collages, dessins, peintures et objets du quotidien détournés. La philosophie de l’artiste tient au fait que la création est une question de hasard et de paradoxe, c’est-à dire que la création des objets d’art doit émaner de la relation existante entre l’objet et l’environnement dans lequel il se trouve. C’est l’environnement qui donne à l’objet sa véritable beauté, l’artiste n’est que simple témoin de ce rapport. Ainsi, pour l’exposition, Gabriel OROZCO a choisi de laisser le plateau de la Galerie sud ouvert, sans cimaise, pour que l’extérieur puisse communiquer avec l’intérieur. Pour que les objets de la vie réelle dans l’espace public soient en communion avec les objets exposés dans le musée. L’expérience est d’autant plus intéresse que, lorsqu’on visite l’exposition on a l’impression d’être à la fois dedans et dehors, puisque l’environnement urbain dialogue avec la galerie.

L’artiste travaille très souvent à partir d’objets trouvés (déchets, objets usés, etc.) qu’il reconfigure d’une manière à leur redonner un nouveau souffle, un nouvel intérêt. Il se décrit comme étant un « consommateur de tout ce qui est à portée de main et un producteur de ce qui existe déjà ».

Les œuvres sont exposées sur trois supports différents : le sol, les murs et des tables de marché usées. Sur les murs sont présentées toutes les photographies, les collages, les peintures et les dessins, sur les tables de marché nous pouvons admirer quelques-uns des objets qu’il a utilisés pour réaliser ses interventions (dont certains ont leur photographie accrochée au mur, il existe donc un dialogue entre les œuvres elles-mêmes), par exemple nous retrouvons sur une des tables, un ballon de foot incisé de 25 cm de diamètre (2005) dont la photo est sur le mur. Il y a aussi des œuvres considérables comme la « French Flies » réalisée spécialement pour l’exposition, et qui représente des mouches écrasées sur des pierres. Au sol, nous retrouvons divers objets tels la « DS » (réalisée en 1997), une Citroën très étroite que l’artiste a fait découper en quatre dans le sens de la longueur, ou encore l’incroyable « Eyes Under Elephant Foot » (2009), un tronc de beaucarnéa (champignon) dont la surface est incrustée d’yeux de verre, très impressionnant à voir.

Gabriel OROZCO est un artiste post minimaliste, son travail dévoile cette volonté qu’avaient les minimalistes de préférer la sobriété, la simplicité (on pense à Mies van der Rohe et son «Less is more» – « Moins c’est mieux »), à l’art superflu qui correspond selon eux à l’expressionnisme abstrait et au pop art. Certaines œuvres d’OROZCO, comme par exemple l’œuvre intitulé « Black Kites » (1997), un crâne dessiné de damiers, ou encore le « Samurai Tree » (2006), une peinture représentant un arbre orné de feuilles symétriques, etc. rappellent énormément le travail des minimalistes très souvent basé sur des figures géométriques simples : Carl ANDRE, « 144 Magnesium Squares » (1969) ou Sol LEWITT «Incomplete Open Cube» (1974), etc.

Cette identité minimaliste apparait également à travers la présentation des œuvres. En effet, les objets exposés ne sont pas accompagnés de cartels. Les informations sur chaque œuvre exposée étaient répertoriées sur un plan-dépliant. Cette manière d’exposer est une volonté de l’artiste qui voulait que les œuvres parlent d’elles-mêmes. Une originalité est à noter : la performance qui met en scène lors de l’exposition, des acteurs jouant le rôle de policiers mexicains «importés» pour garder les œuvres.

L’exposition Gabriel OROZCO est en somme, une des nombreuses expositions de la rentrée qui en vaut le détour, car la variété des objets présentés et l’originalité de son travail plairont à un large public (dont les enfants).


Laisser un commentaire