Journal MTI n°2 – Guillaume Pinard, le retour

Guillaume Pinard de retour à la Galerie Anne Barrault

par Camille Labousse
_

Cela faisait quatre ans que Guillaume Pinard n’avait pas exposé rue Saint-Claude à Paris. C’est donc avec curiosité que nous découvrons sa nouvelle exposition : « Tomate ». Étonnant, n’est-ce pas ? Pour en juger, il faut surtout se confronter aux œuvres et c’est là la véritable surprise. En sortant, l’on est désorienté. Mais qu’est-ce qui détonne ? Petit décryptage de cette exposition qui se tient du 4 septembre au 23 octobre 2010.

L’exposition « Tomate » est une présentation de vingt-deux peintures à l’huile sur carton bois, mais c’est aussi et avant tout une expérience dans laquelle l’on est invité dans l’univers coloré, graphique, enfantin de l’artiste. Car les murs de la salle close sont peints de façon à représenter un jardin devant une maison. L’espace fait donc partie intégrante de l’exposition. La salle est la mise en abyme des œuvres puisqu’elle est un rappel de l’effet de perspective cubique des tableaux. Les couleurs et les lignes horizontales parcourent autant la salle que les toiles. Les formes sont naïves et les couleurs primaires, ce qui renvoie au rouge primaire du titre de l’exposition. Guillaume Pinard en nous proposant un bestiaire composé de singe, serpent, âne, cochon, tigre, cheval et de personnages aux contours humains fait référence à l’imagerie de l’enfance. Ces œuvres sont dispersées sur trois hauteurs du mur : à hauteur d’yeux, au-dessus de la tête et en-dessus de la ligne des yeux, à hauteur d’enfant. On pourrait donc croire que les enfants sont à l’honneur mais, une esthétique de l’enfance ne signifie pas que ce qui est donné à voir est naïf. Les illustrations, sous couvert d’être bon enfant, tombent dans la trivialité. La technique esthétique pourrait plaire aux plus jeunes mais il réside une opposition entre la forme des peintures et ce qu’elles montrent. Faut-il donc les dérober aux regards ? Probablement, puisque certaines sont placées en-dessous de la ligne des yeux.

Le spectateur mis en position d’inconfort

« Rouge comme une tomate » n’est-ce pas une expression d’enfants ? Ce rouge c’est aussi la couleur du visage des adultes qui s’empourpre au fil de la visite. Car derrière le style trompeusement enfantin des peintures, se cache un univers scatologique, pornographique, sexuel : l’auteur peint le sexe féminin et des formes phalliques. Il y a une tension constante entre la masculinité et la féminité. D’ailleurs « Tomate » peut se comprendre comme Two mates, c’est-à-dire le mâle et la femelle. On pense aux curiosités naturelles des très petits enfants vers les choses basses du corps ; mais l’artiste dépasse la découverte. Lorsque Guillaume Pinard imagine un singe masturbant une femme, il le peint. Quand sa peinture figure une vierge, celle-ci est réellement pucelle, image à l’appui. Ce qui est montré est saisi dans l’immédiat, sans interprétation. Ce qui a comme conséquence de choquer la moralité, de transgresser les codes esthétiques.

Une peinture qui se joue de l’héritage pictural

En effet, la norme est renversée car ce qui n’est généralement jamais montré en peinture et ici exhibé sans pudeur. L’exposition dérange notre bienséance et bouscule nos représentations de l’usage classique de l’illustration. D’ailleurs l’artiste s’amuse avec l’illusion picturale puisque ces toiles sont inspirées de l’esthétique des illustrations réalisées à l’ordinateur. Il met à mal le passé pictural comme le suppose la toile au titre fautif Bonjour Monsieur Courbé. Dans cette toile, qui présente un serpent en train de contempler une peinture, il y a une double référence, à Courbet et Piet Mondrian. Si la technique prouve l’extrême précision de l’artiste, ce dernier affiche la volonté d’aller à contrecourant des peintures académiques. Le bouquet par exemple, rappelle la nature morte mais dévie du lieu commun puisque le vase possède des attributs sexuels masculins. Le visiteur doit alors s’impliquer lui-même dans l’exposition, démêler les sens cachés s’il ne veut pas être la dupe de l’artiste. Il y a donc une véritable tension entre graphisme enfantin et sens de l’œuvre.

L’attention du spectateur est sollicitée

L’artiste focalise son attention sur certaines parties du corps, ce qui peut-être considéré comme une technique pour opprimer le visiteur. Guillaume Pinard met en exergue des sexes mâles, des seins de femmes, des mains et des yeux. On souffre presque d’asphyxie. Et plus encore lorsque nous nous mettons à épier, comme dans Paysage dans les dunes. Ce tableau représente un paysage, au milieu duquel un personnage est pris sur le fait en train de déféquer, vu à travers des jumelles. Tout est permis puisque l’exhibition se dissimule sous des coloris édulcorés. Le dispositif joue donc aussi le contraste entre la dissimulation et l’exposition. L’artiste tente délibérément de nous contrôler : il nous cloître d’abord, puis joue avec notre regard. L’artiste a délibérément balisé lieux et toiles afin de fléchir notre libre-arbitre.

Un espace en effervescence

La tomate c’est aussi l’objet qu’on jette en signe de protestation, de critique contre les mauvais acteurs. Car, l’exposition « Tomate » soulève à la fois l’enthousiasme candide et le rejet stérile.
Sous la volonté exhibée de prendre le contrôle de la salle et des cerveaux, l’auteur ne parvient guère à canaliser son imagination. Les toiles s’éparpillent et l’on papillonne d’un thème à un autre, sans réelle cohérence. La première œuvre en entrant à gauche, tranche avec les autres. Elle est grave et sombre. Les formes géométriques rappellent la croix-gammée des nazis. Par ailleurs, en filigrane apparaît, comme un hommage à Anne Barrault, un A formé par les deux corps des personnages. Un éloge que l’on retrouve dans les initiales AB. Finalement ce désordre dans la scénographie est fidèle à l’incohérence entre le fond et la forme des toiles. Mais de l’irrationnel, naît le sens. Guillaume Pinard parvient à accoupler –to mate- l’ordre et le désordre, le mâle et la femelle –two mates-. Finalement, désorienté, nous interprétons ; et c’est ce qui constitue le véritable échec de la démarche artistique.

Guillaume Pinard, Wii, 2010

A propos Alka

Carnet de recherche du master pro 2 MTI (Métiers du texte et de l’image) associé au groupe Alka (recherches dans le domaine de la littérature de jeunesse, des arts et du féminisme), université Paris 13.

Laisser un commentaire