Journal MTI n°1 – Un Japonais à Paris


Kaz Oshiro à la galerie Frank Elbaz

Home Anthology (4 septembre au 23 octobre 2010)


par Marie Sophie Lhôte

_

Kaz Oshiro est né en 1967 à Okinawa, au Japon. Il vit et travaille à Los Angeles.


La galerie Frank Elbaz accueille l’artiste japonais Kaz Oshiro. Il réalise des reproductions en trompe-l’œil d’objets usuels, qui sont en fait des peintures tridimensionnelles en acrylique sur toile. Les amplis utilisés en musique, les réfrigérateurs, les machines à laver forment les humbles sujets de son travail. Hybrides, ils brouillent la frontière entre peinture et sculpture.

_

Ces œuvres sont des objets anodins qui témoignent d’un morceau de vie et qui incarnent le consumérisme américain. Ils s’interrogent sur la validité de leur présence dans le champ de l’art presque un siècle après le Porte-bouteille et la Fontaine de Duchamp. Pourtant ce ne sont pas des ready-mades mais bien des peintures tridimensionnelles. Comme des tableaux, la face arrière est laissée vierge et dévoile l’enchevêtrement complexe d’un châssis à peindre. Dans une perspective d’hyperréalisme fondée sur la rigueur de l’exécution en atelier, Oshiro procède à un enregistrement du réel et de ses altérations en produisant ce qu’il définit comme « des natures mortes en volume ». Il rend dans l’espace la précision photographique. Sa vision du monde, livrée à l’espace de la galerie par ces « definitely-not-ready-made », passe par le prisme méthodologique de l’artisan passionné.

Objets ménagers, ou le pop art revisité

Après s’être attaqué à la reproduction à l’exact d’éléments utilitaires et ménagers, Kaz Oshiro se frotte maintenant, avec une nouvelle série d’œuvres abstraites intitulées flats works et shelves, aux grands classiques de l’art américain. Ces modules de couleurs minimalistes font ouvertement références aux monstres sacrés américains comme Donald Judd, Mc Cracken ou encore Ad Reinhardt. Griffés et recollés au scotch comme ses autres objets, ils accusent, en apparence, le coup de la conservation domestique. De quoi achever de démystifier la présence de l’œuvre dans le salon du collectionneur, ici finalement réduite à sa pure fonction de design d’intérieur.

Avec une attention plus que marquée pour le détail et un intérêt pour la vie quotidienne, les pièces défient les conventions de la représentation et nous demandent de nous méfier de ce que nous voyons. A une époque saturée d’appropriation, les œuvres d’Oshiro se référent au Pop Art, à l’Art minimal et conceptuel sans tomber dans la servitude. Oshiro dit « essayer de créer des formes post-Pop Art qui juxtaposent Pop et Minimalisme au mouvement Néo-Géo (émergeant aux Etats-Unis dans les années 80 et prônant l’utilisation d’objets domestiques en matériaux sculpturaux), à l’Appropriationisme et au Photoréalisme, et les présenter comme une nature morte de (sa) génération ». Ces objets sont plus que de l’art sur l’art. Les autocollants punk-rock et tout l’attirail de la culture populaire révèlent la lecture précise et juste que fait Kaz Oshiro de la haute et basse culture américaine.

Peindre, sculpter avec une poubelle ou un micro-ondes

L’espace blanc de la galerie met en valeur ces objets typiques du quotidien qui forment une sorte de vitrine d’électroménager. Le sens de ces œuvres ne se livre pas directement. Que penser de ces casiers de classement bureautique, de cette énorme poubelle de rue ou encore de ce micro-onde? Ont-ils leur place dans la galerie d’art ? Ces interrogations font surface pendant que le visiteur déambule parmi ces non ready-made et il semble donc normal qu’il soit quelque peu dérouté par cette présentation. Mais après la consultation d’une documentation accompagnant les œuvres, il peut  se rendre compte que ces objets anodins sont plus qu’une poubelle de rue ou des amplis de guitare mais bien des œuvres picturales et sculpturales. L’artiste se dit en effet peintre et c’est d’ailleurs aux questions classiques que ses œuvres apportent des réponses. La perspective, l’accrochage et les surfaces (polies, griffées et tachées) transforment ces volumes en réelles peintures.

Il est possible que vous sortiez sceptique de la galerie. Mais vous ne serez sans doute pas les premiers ni les derniers. La Fontaine de Duchamp n’a-t-elle pas laissée son public dubitatif ? Cependant, qu’y a-t-il de plus adéquat pour critiquer le consumérisme américain que ces objets que l’on croise et utilise tous les jours ? Ceci n’est bien entendu qu’une partie du travail de l’artiste. Derrière ces œuvres, Oshiro adresse aussi un pied de nez à l’histoire de l’art dont il revisite les grands classiques : Duchamp avec ses « definitely-not-ready-made » ou le minimalisme et l’art conceptuel avec ses séries de flats works et de shelves. Il donne l’impression de rejouer l’avènement du tableau-objet hérité de Johns et Rauschenberg.

L’utilitaire détourné dans le champ de l’art

Cette exposition est intéressante dans les questions qu’elle suscite et dans les réponses que l’artiste donne de manière plus ou moins sensible en invoquant des références multiples. Quelle validité donner à des objets utilitaires dans le champ de l’art ? Quelle différence entre la culture classique et la culture populaire ? Comment se réapproprier les mouvements qui ont fait les grandes heures de l’histoire de l’art ? L’œuvre est-elle bien à sa place dans le salon d’un collectionneur ? Garde-t-elle son statut d’œuvre ou n’a-t-elle plus qu’une fonction décorative ? Et enfin, la question qui fait débat : qu’est-ce que l’art ? Ces interrogations sont présentes dans le champ de l’art depuis bien longtemps et Oshiro nous démontre qu’elles sont et seront sans doute d’actualité encore pendant un certain temps.
_

KO - Disposal Bin, 2010 (Courtesy Galerie Frank Elbaz, Paris)

_


A propos Alka

Carnet de recherche du master pro 2 MTI (Métiers du texte et de l’image) associé au groupe Alka (recherches dans le domaine de la littérature de jeunesse, des arts et du féminisme), université Paris 13.

Laisser un commentaire