Métaphysique du vampire : ô Satan, prends pitié de ma longue misère !

 

Jeanne A. Debats, Métaphysique du vampire, 2012, éditions Ad Astra.

Un vampire mâle ? C’est nouveau ces temps-ci. Cela faisait longtemps, depuis Anne Rice ! Et si en plus ce vampire mâle, qui aime un peu plus les garçons que les filles, tâte les belles fesses des statues archangéliques et travaille pour le Vatican, on ne nous tient plus ! On n’avait pas vu ça depuis le Gay Vinci Code, de Pascal Fioretto (mais si, vous savez bien : le roman qui se pase au Musée des Arts et Traditions Homosexuelles, le MATH !).

Notre vampire essaie de ne pas trop philosopher, car il n’est pas bon de trop se creuser les méninges quand il vous reste si longtemps à vivre. Bonne pioche : il rencontre une jeune collègue qui s’associe à sa chasse d’un nazi impuni. Et c’est parti pour des aventures rebondissantes dignes du Château des Carpathes de Jules Verne. Et en fin de compte, qui, mieux qu’un humain, saura idéalement compléter un vampire ? Chacun joue fort bien dans sa catégorie. On est loin des oppositions entre les espèces qui font les délices de True Blood, décalquées qu’elles sont des personnages de Tolkien remixés à la sauce jeu vidéo (« choisis ton personnage !).

Aussi loin que possible du déluge actuel de romans à l’eau de rose sang, de surcroît bourré de formules aussi amusantes que percutantes, méritant de passer en proverbes, le roman inaugure une nouvelle exigence : la bite-lit culte. Bite parce que ça se prononce « baïte », inutile de se leurrer. Et pourtant bite et lit ne sont peut-être pas si loin. Le vampire, avec son look désopilant d’homme trop beau pour être vrai, ne manque pas de charme. Lui-même a tout du surmâle à déclenchement automatique (ce que ses félons ennemis ne manqueront pas de remarquer). Même les curés finiront par s’en apercevoir. Et culte ? Parce que le lecteur amusé reconnaît, au détour d’une phrase, un florilège recomposé de lectures et de films célèbres, traitées sur un mode totalement décalé.

En route pour les aventures de Raphaël (mais si, c’est comme ça qu’il s’appelle !) : la Vatican et ses sbires n’ont pas fini de nous faire frissonner.

• Et la couverture est belle, ce qui ne gâte rien ! Allez faire un tour sur le site d’Ad Astra : que de belles couvertures ! et les beaux livres qu’il y a dessous !

http://www.adastraeditions.com

 

 


A propos Alka

Carnet de recherche du master pro 2 MTI (Métiers du texte et de l'image) associé au groupe Alka (recherches dans le domaine de la littérature de jeunesse, des arts et du féminisme), université Paris 13.

Laisser un commentaire