Jeanne d’Arc, patronne des trans !

 

Renée Falconetti dans La passion de Jeanne d’Arc de Dreyer, 1927.

A l’heure où Sarkozy a décidé d’arracher la figure de Jeanne d’Arc des mains du Front national, afin de fêter pour son compte et pour celui de son parti le 600e anniversaire de sa naissance (petit voyage à Domrémy aujourd’hui-même),  il serait bon de rappeler, avec celles et ceux qui ont défendu cette hypothèse, que l’identité de genre de Jeanne était masculine. Elle aura dû, vu l’époque, se passer d’injections de testostérone. Mais cela ne l’a pas empêchée d’aller à cheval, de manier des armes, de se démener sur les champs de bataille, de porter les cheveux courts et un vêtement masculin. Son refus absolu, en prison, de porter des vêtements féminins, son amitié pour Gilles de Rais (sans doute pas l’affreux bonhomme qu’on dit : certains avaient tout intérêt à noircir sa réputation) tout concourt à étayer cette hypothèse, suggérée notamment par l’association Trans Aide et dans le livre de Stéphanie Nicot et Alexandra Augst-Merelle ironiquement intitulé Changer de sexe.

Jeanne d’Arc, une figure trangenre de premier plan, à revendiquer en ces temps de  commémoration qui en accroissent la visibilité politique !

 

Anne Larue

Université Paris 13

 

 

 


A propos Alka

Carnet de recherche du master pro 2 MTI (Métiers du texte et de l’image) associé au groupe Alka (recherches dans le domaine de la littérature de jeunesse, des arts et du féminisme), université Paris 13.

Laisser un commentaire