Réflexion de Grégoire de Tours, fondateur de l’Histoire de France


Bien sûr à l’époque, l’évêque Grégoire de Tours s’inquiète de l’affaiblissement de son Eglise, mais plus encore, de celui de la « culture des lettres et des sciences libérales ». On remarquera que son entreprise de garder la « mémoire des choses passées » ne lui font pas occulter les « querelles des méchants, ni la vie des gens de bien ».

« La culture des lettres et des sciences libérales dépérissant, périssant même dans les cités de la Gaule ; au milieu des bonnes et des mauvaises actions qui y étaient commises, pendant que les barbares se livraient à leur férocité et les rois à leur fureur ; que l’Eglise était attaquée par les hérétiques et défendue par les catholiques; que la foi chrétienne, fervente dans la plupart des cœurs, était, dans quelques autres, tiède et languissante ; que les Eglises étaient tour à tour enrichies par les hommes pieux et dépouillées par les infidèles, il ne s’est rencontré aucun grammairien, habile dans l’art de la dialectique, qui ait entrepris de décrire ces choses soit en prose, soit en vers. Aussi beaucoup d’hommes gémissaient disant : «  Malheur à nos jours! l’étude des lettres périt parmi nous, et on ne trouve « personne qui puisse raconter dans ses écrits les « faits d’à présent. » Voyant cela, j’ai jugé à propos de conserver, bien qu’en un langage inculte , la mémoire des choses passées, afin qu’elles arrivent à la connaissance des hommes à venir. Je n’ai pu taire ni les querelles des méchants ni la vie des gens de bien. » (…) »

Préface à l’Histoire des Francs, Grégoire de Tours, écrit de 574-594, trad. M. Guizot (1823).


Laisser un commentaire